CFA-Eco : la monnaie unique de la Cedeao différée à une date ultérieure


Les chefs d’État et de gouvernement ont acté l’impossibilité de lancer d’ici la fin de l’année la nouvelle monnaie régionale.

Il ne restait plus que quatre mois pour lancer la monnaie unique de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cedeao), comme l’évoquaient régulièrement les textes depuis 2015. Un délai bien court alors qu’il restait encore à créer la banque centrale fédérale, à préciser le régime de change de la nouvelle monnaie, sans compter les nécessaires démarches administratives et informatiques liées à un changement de devise et la fabrication des pièces et billets…

Réunis le 7 septembre à Niamey, les chefs d’État et de gouvernement de la région ont donc acté le report – inéluctable – de la mesure.

Ils ont ainsi décidé de « différer, à une date ultérieure, le lancement de la monnaie unique » et ont évoqué l’élaboration d’une « nouvelle feuille de route », sans pour l’instant déterminer de nouveau calendrier.

Voir l’article source :

CFA-Eco : la monnaie unique de la Cedeao « différée à une date ultérieure »

À lire aussi :

Québec-Afrique : le business avant tout


Depuis 2019, la Belle Province a officiellement « une vision » pour le continent. Mais cette stratégie, plus économique que politique, reste encore à préciser.

Les signes d’un intérêt soutenu du Québec pour l’Afrique sont de plus en plus nombreux et de plus en plus visibles ces dernières années. En particulier au niveau politique, avec une « vision » en cours de définition et la nomination d’un chargé de mission pour le continent auprès du Premier ministre québécois, François Legault.

Mais ils sont surtout économiques, à l’image des 45 missions commerciales organisées à travers le Maghreb et l’Afrique de l’Ouest en 2019 ou de la présence, jusqu’alors rarissime, du continent lors de la 25e Conférence du Forum économique international des Amériques organisé à Montréal en juin de la même année.

Invitée en tant que secrétaire générale de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), Louise Mushikiwabo avait profité de cette tribune pour rappeler que « l’Afrique [devait] cesser d’être un sujet de charité pour devenir un vrai partenaire ».

Voir l’article source :

Québec-Afrique : le business avant tout

Voir sur le même sujet :

•  Étudiants africains : l’opération séduction du Québec

 

Selon une enquête sur la ZLECA : Le commerce intra-africain très faible


Plus de 70% des PDG africains estiment que le commerce intra-africain augmentera au cours des 12 prochains mois, selon une enquête publiée jeudi, reprise par l’APS. L’enquête «Africa CEO Trade Survey 2020» montre que, contrairement à d’autres régions du monde, le commerce intra-africain reste très faible, à 15%, laissant davantage de marge de croissance.

«La Zone de libre-échange continentale africaine (Zleca) pourrait également servir de catalyseur opportun pour stimuler le commerce intra-africain», indique l’enquête menée par le Comité panafricain du commerce et de l’investissement du secteur privé (Paftrac) et Afreximbank. Les conclusions de l’enquête, du moins telles que rapportées par l’APS, ne montrent pas les défis que soulève présentement la question du redressement économique dans le monde du fait déjà de la crise sanitaire et les incertitudes qu’elle laisse montrer à brève échéance. L’économie mondiale, n’est-ce pas, reste en effet tributaire de l’évolution de la pandémie, qui vient de mettre à genoux nombre d’activités de poids et de fermer les frontières dans pas mal de pays.

Quoiqu’il en soit, les PDG africains pensent que la Zleca crée des conditions d’échelle et devrait permettre d’améliorer la compétitivité et la productivité, ce qui accélérera la transformation des économies africaines pour une meilleure intégration dans l’économie mondiale. L’enquête souligne également que le secteur privé africain reste optimiste quant au commerce international, plus de 50% des PDG africains estimant que le commerce mondial augmentera au cours des 12 prochains mois. Selon les résultats de l’enquête, bien que plus de 80% des PDG africains rencontrent plusieurs difficultés dans le commerce mondial et intra-africain, ils croient toujours fermement au pouvoir du commerce qui a été le principal moteur de la croissance et des transferts de technologie et reconnaissent également que le commerce a été très important pour leurs entreprises. L’Afrique représente moins de 0,8% des exportations algériennes. La zone de libre-échange commerciale de l’Afrique est une zone dans laquelle les biens et les services circulent sans restriction entre les Etats membres de l’Union africaine (UA).

Cet accord a été signé par 44 pays africains lors de son lancement en 2018 à Kigali, et est entré en vigueur le 30 mai 2019. Cet espace constitue un marché de 1,2 milliard de consommateurs et un potentiel commercial estimé à plus de 3000 milliards de dollars.

Voir l’article source :

Selon une enquête sur la ZLECA : Le commerce intra-africain très faible

 

Immigration : le Canada assouplit les règles pour les travailleurs étrangers


Le Canada introduit un important dispositif pour les travailleurs étrangers. Jusqu’à présent, un étranger devait demander son permis de travail avant de venir au Canada. Ce n’est plus le cas.

Par Elyas Attar

VVA – Publié le: 24 août 2020 à 19:47

Bonne nouvelle pour les étrangers actuellement présents au Canada. Ceux qui possèdent une offre d’emploi auront la possibilité de demander directement un permis de travail et le recevoir sans avoir à quitter le pays.

L’annonce a été faite, ce lundi 24 août, par le ministère canadien de l’immigration. La mesure « temporaire », qui entre immédiatement en vigueur, vise à combler le déficit en matière de travailleurs, a précisé le ministère.

Le Canada est durement touché par le manque de travailleurs du fait de la fermeture des frontières depuis mars dernier dans le cadre des mesures de lutte contre le coronavirus.

La décision profitera également « aux résidents temporaires qui aimeraient travailler avec leurs compétences à la reprise du Canada après la pandémie de COVID-19 », ajoute le communiqué.

Le ministère fixe plusieurs critères que doit remplir tout demandeur. « Tous les types de visiteurs qui répondent aux critères peuvent présenter une demande », précise le ministère. Parmi les critères figure le fait d’avoir « un statut de visiteur valide au Canada au 24 août 2020 et demeurer au Canada ».

Les étrangers arrivant au Canada après cette date ne sont pas éligibles au nouveau dispositif.

Avant l’introduction de cette mesure, un étranger devait demander son permis de travail avant de venir au Canada puis entamer les démarches dans son pays d’origine pour émigrer.

S’il était déjà sur le sol canadien en tant que visiteur au moment où il postule pour un permis de travail, il « devait alors quitter le Canada et revenir avant que son permis de travail ne lui soit délivré », rappelle le ministère de l’immigration.

Voir l’article source :

Immigration : le Canada assouplit les règles pour les travailleurs étrangers

 

Gouvernances, afri-capitalisme et soft power : la nouvelle donne africaine


L’Opinion et l’agence de communication spécialisée sur l’Afrique 35°Nord organisent une conférence sur l’Afrique le 06 octobre 2020 à Paris pour analyser et décrypter l’évolution du continent autour de trois dynamiques : la montée en puissance de nouvelles citoyennetés et formes de gouvernance ; l’émergence d’un afri-capitalisme spécifique ; l’installation progressive du soft power africain.

06 octobre 2020

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSchWUgPtcryp3w7V61lCLs4GcDdFWUJ9f6eS-hYV78WWubG2w/viewform

Nous contacter

Inscriptions ouvertes à partir du lundi 20 juillet, sous réserve de confirmation de la part des équipes de l’Opinion, compte-tenu du nombre limité de places et des contraintes de distanciation imposées par la crise sanitaire du Covid-19. L’entrée sera strictement réservée aux personnes ayant reçu un carton d’invitation.

  1. Accueil
  2. Les événements de l’Opinion
  3. Gouvernances, afri-capitalisme et soft power : la nouvelle donne africaine

L’Afrique a pour l’instant bien géré la menace d’une propagation massive du coronavirus et la crise sanitaire annoncée a été évitée, notamment en raison des mesures de prévention rapides et énergiques. La vague de démocratisation observée depuis les années 90 est certes encore fragile et imparfaite, avec la persistance de régimes autoritaires et des atteintes aux libertés publiques, mais les formes de gouvernances africaines évoluent en profondeur. Entre « démocratie occidentale » et « démocrature » ? Le poids important pris par les sociétés civiles et les opinions publiques grâce notamment aux réseaux sociaux développe également de nouvelles citoyennetés.

Certes, le virus a interrompu la bonne dynamique économique observée depuis une vingtaine d’années sur le continent. Mais la tendance à développer des modèles propres de financement et d’appropriation des moyens de production, avec des groupes le plus souvent familiaux, semble durable. Tout comme demeure la montée en puissance de classes moyennes et de marchés domestiques plus structurés.

Enfin, d’un point de vue culturel, écrivains, cinéastes, musiciens, photographes, plasticiens… véhiculent une nouvelle image du continent, permettant aux populations de se réapproprier une histoire qui a souvent été écrite par d’autres. L’épreuve du coronavirus a particulièrement montré la vitalité des artistes et intellectuels et leur volonté de prendre en main le récit et le destin du continent africain.

Déroulé de la soirée :

18 heures. Accueil.

18h15. Présentation de la soirée par Nicolas Beytout, président et fondateur de l’Opinion

18h20 – 18h35. Interview : L’Algérie, un nouvel exemple pour l’Afrique.

Invité d’honneur (sous réserve de confirmation des autorités) :

Abdelmadjid Tebboune, président de la République d’Algérie

Tebboune a décliné l’invitation de prendre part à une conférence sur l’Afrique en octobre à Paris intitulée « Gouvernances, afri-capitalisme et soft power : la nouvelle donne africaine ».

18h40 – 19h20. Table ronde : L’émergence d’un afri-capitalisme spécifique, les enseignements de la résilience africaine.

Intervenants :

Anne-Laure Kiechel, fondatrice de Global Sovereign Advisory, société de conseil aux Etats et aux entreprises publiques

Vincent Le Guennou, directeur général, associé fondateur et co-PDG d’ Emerging Capital Partners (ECP)

Brice Chasles, directeur général de Deloitte Afrique francophone

19h20 – 19h40. Face à face : Les preuves de la nouvelle donne africaine face aux désordres du monde.

Intervenants :

Tidjane Thiam, administrateur de Kering, ex-directeur général de Crédit Suisse

Rémy Rioux, directeur général de l’Agence française de développement (AFD)

19h45 – 20h25. Table ronde : L’installation progressive du soft power africain dans le nouveau récit globalisé.

Intervenants :

Imane Ayissi, styliste de mode

Franck Ekra, analyste politique, critique d’art, et co-coordinateur de la nouvele initiative « l’Afrique d’après »

20h30 – 20h50. Conclusion.

Intervenante pressentie :

Elisabeth Moreno, ex-présidente de HP Afrique et à présent ministre déléguée à l’égalité femmes-hommes, à la diversité et à l’égalité des chances

20h55 – 23h00. Cocktail.

Animation :

Nicolas Beytout, président et fondateur de l’Opinion

Philippe Perdrix, directeur général de l’agence de communication 35° Nord

Rémi Godeau, rédacteur en chef de l’Opinion

Olivier Baccuzat, rédacteur en chef adjoint de l’Opinion

Pascal Airault, journaliste à l’Opinion

Article source :

Gouvernances, afri-capitalisme et soft power : la nouvelle donne africaine

 

 

Programmation du Festival Orientalys – 10e édition numérique


DÉCOUVREZ LA PROGRAMMATION DU FESTIVAL – ÉDITION NUMÉRIQUE
DU 10 AU 13 SEPTEMBRE 2020

Consultez la programmation: www.festivalorientalys.com
Visionnez les spectacles en LIVE: www.festivalorientalys.live

Plus de 50 spectacles en musique et en danse, arts visuels, ateliers culinaires, animations et une panoplie d’activités inédites sont au programme de cette 10ème édition… que vous pouvez visionner de votre salon! Une expérience virtuelle immersive de l’Orient à Montréal qui vous transportera du Maghreb au Japon en passant par le Maroc, la Syrie, l’Iran, l’Inde, la Thaïlande et bien d’autres pays d’Orient…      La Médina s’invite chez vous!    

   Voir la vidéo promo   En savoir plus


LA CARAVANE PASSE 
(France)
Soirée d’ouverture – Jeudi 10 septembre, 19h30

En partenariat avec le Cabaret sauvage et le Festival des Confinés (Paris), Orientalys diffuse en primeur un concert du groupe La Caravane Passe qui propose une musique métissée, mélange de jazz manouche, de fanfare balkanique, de rock alternatif, de gypsy punk et d’électro. A force de sillonner les routes de l’hexagone, d’Europe, d’Asie et du Moyen Orient, la Caravane défend, depuis 20 ans, un esprit nomade où s’entremêlent le hip-hop, la tziganie, l’orientalisme, les manoucheries et la chanson française. Vous êtes tous invités à la fête aux travers de votre écran !  En savoir plus


LES MUSICIENS DE RACHID TAHA: L’ARMÉE MEXICAINE 

Avec Sofiane Saïdi
(Algérie, France)
Samedi 12 septembre, 22h30

En partenariat avec le Cabaret sauvage et le Festival des Confinés (Paris), Orientalys diffuse en primeur un concert inédit des musiciens de Rachid Taha. Il les avait surnommés « L’armée mexicaine» : le groupe solide de musiciens qui l’accompagnaient rend hommage à son leader disparu… Héros du rock, du punk et de la plus intense world, l’ex-leader de Carte de Séjour nous a quittés à la veille de ses 60 ans. Aux côtés de ses fidèles musiciens, la voix viscérale de Sofiane Saidi, chanteur chevronné de la scène d’Oran, fait souffler un vent nouveau sur les rythmes raï les plus fiévreux.  En savoir plus


RETOUR… AUX SOURCES DU FLAMENCO

Rosanne Dion et son groupe –  Artiste invité: Ali Omar El-Farouk.

(Espagne, Québec)
Samedi 12 septembre, 19h30

Dédié à la mère du chanteur « El Bancalero » et inspiré des chants qui ont bercé son enfance, ce spectacle de flamenco traditionnel est le fruit de la collaboration entre de grands artistes montréalais: Rosanne Dion à la danse, Fernando Gallego El Bancalero au chant, Caroline Planté à la guitare et Miguel Medina aux percussions.
Dans une ambiance endiablée, nous assisterons en direct à un spectacle énergique et coloré, grâce à une grande maîtrise aussi bien de l’art de la danse que celui de la musique – le tout avec une place de choix à l’improvisation. Robe majestueuse, passion impétueuse, palmas trépidantes et castagnettes débridées prendront possession de vous lors de ce spectacle aux ardeurs exaltées! En savoir plus


TRANS-FUSION : MA’ALEM FATHALLAH & ZURUBA 
(Maroc, Brésil, Québec)
Vendredi 11 septembre, 21h

Un spectacle qui promet de forts moments d’exaltation portés par les transes rituelles du gnawa, aux rythmes frénétiques sud-américains! Dans une prestation des plus déchainées, Ma’alem Fathallah et ses musiciens enivrent le public par les cadences trépidantes des krakeb (castagnettes maghrébines) et les mélodies hypnotiques de leur rituel sacré! Avec la participation de l’orchestre de percussions afro-brésiliennes Zuruba, mêlant les rythmes et les instruments d’Afrique et du Brésil, la soirée promet d’être explosive. Rejoignez-nous à travers vos écrans dans cette soirée haute en couleurs et en émotions… à la fois profane et sacrée!  En savoir plus


Et bien d’autres surprises vous attendent!

Ateliers de cuisine, tai chi, yoga, danse orientale, tissage de tapis perse, calligraphie, cérémonie de thé japonaise, mariage thaïlandais ou marocain, initiation à la danse indienne kathak ou Bollywood et une panoplie de spectacles et d’ateliers en diffusion LIVE du 10 au 13 septembre, à visionner de chez vous sur notre site web: www.festivalorientalys.com

Voici les 10 pays les plus riches d’Afrique, selon la Banque Mondiale


La Banque Mondiale vient de publier ses données sur la richesse mondiale. Mesuré par le PIB, à prix courant, le nouveau classement des économies les plus puissantes d’Afrique montre que globalement, les pays africains dotés de ressources naturelles (pétrole, mines, etc.) sont les mieux positionnés.

La Banque Mondiale vient de rendre public son nouveau classement 2019 des Produits Intérieurs Bruts (PIB) à prix courant (exprimés en dollars) des pays de la planète, soit la quantification de la valeur totale de la «production de richesse» annuelle effectuée par les agents économiques résidant à l’intérieur des territoires de la planète.

Au niveau africain, il en ressort que les grands pays dotés de ressources naturelles importantes (pétrole, minerais, etc.) figurent parmi les plus riches d’Afrique.

Voir l’article source :
Voici les 10 pays les plus riches d’Afrique, selon la Banque Mondiale

 

Près de Dakar Akon lance Akon City sa cité futuriste pour 6 milliards de dollars


Les travaux d' »Akon City » devraient débuter dès le premier semestre de 2021, à près de 100 kilomètres de Dakar, et le rappeur américano-sénégalais envisage d’y accueillir jusqu’à 300.000 habitants. Voici les images de ce méga-projet, qu’il a présenté lundi 31 août 2020 à Dakar.

Des immeubles qui rappellent des statues inspirés du panthéon africain, une université, des hôpitaux, des centres d’affaires, des hôtels haut de gamme, une station balnéaire…

Akon a présenté hier, lundi 31 août 2020 à Dakar, les détails de son projet de ville futuriste, qui sortira de terre à près de 100 km de la capitale, et qui nécessitera un investissement de 6 milliards de dollars, provenant de bailleurs de fonds dont l’identité n’a pas été précisée au cours de la conférence de presse.

Pour ce projet, l’architecte d’Akon City semble s’être directement inspiré du royaume imaginaire des studios Marvel, « Wakanda ». Akon City sera principalement alimentée par les énergies renouvelables et pourra accueillir à terme jusqu’à 300.000 habitants.

Voir l’article source :

Près de Dakar Akon lance Akon City sa cité futuriste pour 6 milliards de dollars

LIRE AUSSI: Vidéo. Mauritanie: Akon et son initiative « Give Projet » accompagnent une dizaine de startups

LIRE AUSSI: Vidéo. Akon expose au président Macky Sall ses projets pour le Sénégal

LIRE AUSSI: Crypto-monnaie: la star Akon lance l’Akoin pour booster les économies africaines

LIRE AUSSI: 

L’initiative Akon Lighting Africa expliquée par son co-fondateur Thione Niang

 

AVIS AUX VISITEURS


 Vous pouvez de nouveau joindre Maison de l’Afrique – Montréal en ligne sur Facebook ou par e-mail (info@maisondelafriquemontreal.com), et au téléphone pendant nos heures d’ouverture (514-875-7710). Nous nous attelons à répondre à tous les messages que vous nous avez laissés lors de cette quarantaine. Pour nous visiter, veuillez nous contacter et prendre un rendez-vous à l’avance.

Prenez soin de vous et à très bientôt !

Montréal, le 26 mai 2020


 

Zone africaine de libre échange


Le premier accord commercial dans le cadre de la Zone africaine de libre échange zlecaf aura lieu le 1er janvier 2021, indique l’Union africaine dans un communiqué. Une échéance qui sera subordonnée à l’accélération du processus de négociation qui a été retardé à cause de la pandémie du nouveau coronavirus.

Voir l’article source :

Le premier échange commercial en janvier 2021

Sur le même sujet :

Le Secrétariat permanent de la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf) a été inauguré au Ghana, en présence du président du Ghana, Nana Akufo-Addo, et le président de la Commission de l’Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat. La cérémonie a été l’occasion de mettre en avant l’importance de l’intégration économique de l’Afrique qui pourrait ainsi s’affranchir de l’aide internationale.

La Zlecaf, qui représente la plus grande zone de libre-échange du monde, est susceptible de transformer le continent grâce à son marché potentiel de 1,2 milliard de personnes et son PIB combiné d’environ 3000 milliards de dollars américains pour les 54 Etats membres de l’UA.

Voir l’article source :

Le Secrétariat permanent officiellement installé au Ghana

Africa Web Festival – Webinaire No 3


Dans le cadre de ses activités durant la crise sanitaire liée à la COVID-19, Africa Web Festival (AWF) a initié une série des Webinaires (#WebinairesAWF). Cela fait partie des activités que AWF mène tout au long de l’année.

Ce troisième Webinaire veut préparer les entreprises à faire face aux impacts de la Covid-19 et surtout à réussir leur réinvention.

– Voir notre publication en ce sens sur notre page Facebook (Africa Web Festival)

Marché des Arts du Spectacle d’Abidjan 2020


Le MASA est un programme de développement culturel des arts du spectacle africain.

Ses objectifs sont à titre principal : le soutien à la création et à la production de spectacle de qualité, la facilitation de la circulation des créateurs et leur production en Afrique et dans le monde, la formation des artistes et des opérateurs de la chaine de production des spectacles et le développement du secteur des arts de la scène (Musique, Théâtre, Danse) relevant du continent africain.

Le directeur général du MASA, le Prof. Yacouba Konaté, et son équipe ont reçu ce 25 septembre une délégation canadienne composée de :

  • Madame Sabra Ripley, agente de partenariats et de coordination internationale du Conseil des arts du Canada,
  • Monsieur Vincent Gagnon, chargé de dossier de la direction de l’Afrique occidentale et centrale aux Affaires mondiales du Canada
  • et Madame Hawa Ouattara-Koffi, agente politique-affaires publiques de l’ambassade du Canada en Côte d’Ivoire.

Cette première rencontre avait pour objet d’engager les préparatifs pour une participation remarquable du Canada au MASA 2020 en tant que pays invité d’honneur.

Visiter le site :     MASA

Télécharger le communiqué de presse : Liste des groupes sélectionnés MASA 2020


Partenaire du MASA, la Maison de l’Afrique Mandingo – Montréal (MdAM) sera présente sur l’incontournable salon des amoureux des arts et de la culture !

RETROUVEZ-NOUS AU MARCHE DES ARTS DU SPECTACLE D’ABIDJAN (MASA)

DU 7 AU 14 MARS 2020 !

Nous vous donnons rendez-vous sur le stand du Groupe Univers en partie gauche du Hall du Palais de la Culture d’Abidjan pour retrouver notre équipe.

L’occasion de découvrir les autres structures du Groupe Univers (Abidjan – Montréal) auquel nous appartenons – entre autres Pacte ; Editions MdAM, Mandingo, Africa Web Festival, Univers Com, 100%Afrq.tv, Univers Médias, Editions Passerelle, etc.  – mais aussi de rencontrer les responsables de ses différentes entités !

#MASAFestival   #MASAJazzFestival  #AbidjanMASA   #AbidjanMASA2020   #AWF2020

Visionner la vidéo jour 1 :  Recap MASA – Jour 1

MASA 2020: la culture absorbe 8% de la population active


Les arts et la culture absorbent 8% de la population en situation d’emploi en Côte d’Ivoire avec 655.000 personnes, a fait savoir le vice-président ivoirien, Daniel Kablan Duncan.

« En ce qui concerne les emplois et selon les données du recensement général de la population et de l’habitat de 2014, les arts et la culture absorbent 8% de la population en situation d’emploi avec 655.000 personnes », a indiqué le numéro 2 ivoirien à l’ouverture de la 11ème édition du Marché des arts du spectacle d’Abidjan (MASA), dont la Royal Air Maroc est le transporteur officiel.

Les personnes exerçant une profession en lien avec les arts et la culture représentent plus du triple du nombre de fonctionnaires et agents de l’Etat qui s’élève à environ 200.000″, a-t-il ajouté.

Voir l’article source : MASA 2020: la culture absorbe 8% de la population active

Ethiopian va se construire un méga-aéroport plus grand que celui de Dubaï


L’actuel aéroport de Bole à Addis-Abeba pourrait arriver à saturation dans les années à venir, entravant ainsi le développement ambitieux d’Ethiopian Airlines. Mais cette dernière a déjà pris les devants à travers un projet de méga-aéroport.

Ethiopian Airlines, l’une des meilleures compagnies dans le monde, ne cache pas ses ambitions. En plus de ses investissements dans le développement de sa flotte, elle envisage désormais de construire un aéroport à la hauteur de ses objectifs.

Sa croissance récente fait que l’aéroport actuel d’Addis Abeba Bole est devenu trop petit pour continuer à servir de hub. Ainsi, à 48 kilomètres au sud-est de la capitale éthiopienne, le site de Abusera, non loin de la ville de Bishoftu, a d’ores et déjà été identifié pour accueillir cette méga-infrastructure.

Voir l’article source : Ethiopian va se construire un méga-aéroport plus grand que celui de Dubaï

Voir également : Ethiopian Airlines, désormais cinquième compagnie du monde, en nombre de pays desservis

ainsi que : Voici comment Ethiopian Airlines assoit sa domination du ciel africain

Voici les besoins colossaux du secteur aéronautique africain pour les 20 prochaines années


Le trafic en termes de passager devrait croître de 5% en moyenne chaque année en Afrique durant les 20 prochaines années. Pour y faire face, les compagnies aériennes africaines auront besoin de 1.200 nouveaux appareils à l’horizon 2038 et devront recruter près de 21.000 pilotes.

L’activité du transport aérien de passagers devrait continuer à croître dans le continent africain. En marge du cinquième sommet «Aviation Africa» qui s’est tenu les 4 et 5 mars 2020 à Addis-Abeba, en Ethiopie, le constructeur aéronautique européen Airbus, a estimé que l’urbanisation, le commerce et le tourisme, actuellement en progression rapide dans le continent va fortement augmenter le trafic de passagers de, et vers, l’Afrique à raison d’une hausse de 5% par an, au cours des 20 prochaines années.

Cette croissance, largement supérieure à la moyenne mondiale, sera stimulée par le lancement du Marché unique de transport aérien africain (Mutaa).

Voir l’article source : Voici les besoins colossaux du secteur aéronautique africain pour les 20 prochaines années

Coronavirus – Transport aérien : l’IATA estime les pertes des compagnies africaines à 400 millions de dollars en 2020


Les compagnies aériennes africains seront affectées par l’épidémie du coronavirus. Selon l’Association international du transport aérien (IATA), les pertes des compagnies aériennes du continent sont estimées à 400 millions de dollars en 2020. Un impact négatif pour des compagnies déjà fragiles.

Les compagnies aériennes mondiales sont durement affectées par l’épidémie du coronavirus qui a réduit considérablement les voyages dans le monde.

La suspension des liaisons aériennes avec la Chine par de nombreuses compagnies a porté un sérieux coup au secteur du transport aérien mondial qui devrait accuser des pertes de recettes évaluées à 29,3 milliards de dollars en 2020, dont 12,8 milliards de dollars par les compagnies aériennes chinoises.

Si ces pertes seront surtout enregistrées par les compagnies asiatiques qui sont très lourdement affectées, les transporteurs aériens africains ne seront pas épargnés par les effets de l’épidémie.

Voir l’article source :

Coronavirus : l’IATA estime les pertes des compagnies africaines à 400 millions de dollars en 2020

Sur le même sujet :

 

 

 

Le Coronavirus en passe de gripper les économies africaines


Quand la Chine éternue, c’est l’Afrique qui s’enrhume.

Si l’épidémie du coronavirus qui a fait plus de 1016 morts, 42.500 cas de contamination et une trentaine de pays touchés, n’est pas contenue rapidement, les conséquences sur les échanges et les économies africaines seront catastrophiques. Le continent est devenu dépendante de la seconde économie mondiale. La Chine, qui pèse 19% du PIB mondial, est le premier importateur de nombreuses matières premières africaines. En conséquence, quand son économie s’enroue, celle du continent se grippe.

Tous les secteurs risquent d’être touchés. C’est le cas notamment du pétrole, du transport aérien, des matières premières, etc.

Au-delà, ce sont les échanges économiques entre la Chine et l’Afrique qui risquent de prendre un sérieux coup, notamment en matière d’investissements et d’échanges commerciaux.

Voir l’article source : Le Coronavirus en passe de gripper les économies africaines

 

Goldman Sachs prédit un baril à 20 dollars, un risque pour les producteurs africains


L’Arabie Saoudite fait chuter le prix du baril pour forcer les autres producteurs à réduire leur production. Conséquence, Goldman Sachs estime que le cours du baril pourrait chuter jusqu’à 20 dollars. Ce serait une catastrophe pour les producteurs africains aux coûts de production élevés.

Voir l’article source :  Goldman Sachs prédit un baril à 20 dollars, un risque pour les producteurs africains  

Sur le même sujet :  Alors que le cours du pétrole chute, celui de l’or, valeur refuge, grimpe

L’Afrique au cœur de la crise mondiale du déplacement interne


La migration africaine a de nombreux visages. Du Maroc à l’Espagne, de la Libye à l’Italie, c’est souvent celui de ces migrants partant à la recherche d’un avenir meilleur en Europe, périssant pour certains lors de leur périple.

Ils sont aussi nombreux à ne jamais quitter le continent. De la Somalie au Kenya, du Soudan du Sud à l’Ouganda, ils se déplacent en quête de nouvelles opportunités et s’installent, temporairement ou pour toujours, dans des pays voisins.

Mais les plus nombreux restent à l’intérieur des frontières de leur propre pays. Des millions de personnes fuient chaque année conflits et catastrophes. Elles trouvent refuge dans des villages ou des villes, chez des voisins ou des familles d’accueil, dans des camps formels ou informels.

Voir l’article source : L’Afrique au cœur de la crise mondiale du déplacement interne

Voir également sur le même sujet :

 L’Afrique ne peut plus rester indifférente à ses migrants

L’éternel mirage européen

Cinq idées reçues sur les migrants et l’immigration

Infographie : tout ce qu’il faut savoir sur les migrants intra-africains

Infographie-Migrations : les routes des harraga

 

 

 

Felwine Sarr : « L’Afrique n’est toujours pas décolonisée »


Refusant la nostalgie d’un passé traditionnel mais cherchant à construire un futur ancré dans les cultures locales, l’essayiste sénégalais dénonce l’aliénation intellectuelle des élites qui pensent le continent à l’aune du modèle occidental.

Économiste, philosophe, musicien, éditeur et libraire aux côtés de Boubacar Boris Diop et de Nafissatou Dia Diouf, Felwine Sarr n’est jamais là où on l’attend.

Voir l’article source : Felwine Sarr : « L’Afrique n’est toujours pas décolonisée »

Histoire africaine : le rôle central et méconnu de l’écriture


La palabre et le calame : on l’oublie trop souvent, mais l’écriture joue un rôle central dans l’histoire et la culture africaines, au même titre que l’oralité. Une vérité que le journaliste français Jean-Michel Djian rétablit dans son dernier livre, « Les Manuscrits de Tombouctou. Secrets, mythes et réalités ».

Voir l’article source : Histoire africaine : le rôle central et méconnu de l’écriture

Hervé Bourges, une vie sur les chemins d’une Afrique multiple


Hervé Bourges, décédé dimanche à l’âge de 86 ans, a toujours maintenu un lien étroit avec le continent africain.

Membre du cabinet d’Edmond Michelet, alors Garde des Sceaux, conseiller d’Ahmed Ben Bella, fondateur de l’école de journalisme de Yaoundé, directeur de celle de Lille, patron de RFI, de TF1, de France 2, de Radio Monte-Carlo, ambassadeur auprès de l’Unesco, président du Conseil supérieur de l’Audiovisuel, une douzaine de livres au compteur et, toujours, le continent, sans cesse revisité : 70 séjours dans la seule ville de Dakar.

Une Afrique multiple, un continent qui est à ses yeux « une origine, une référence, un concept, une humanité en marche »

Les occurrences de son Dictionnaire amoureux de l’Afrique le résument tout entier. Pangolin du Cameroun « cuisiné en ndomba », bières et abacost, Foccart et Boumediène, Nina Simone et Miriam Makeba, Zidane et Zao, Daoud et Awadi : le chef Bourges marie les profils sucrés ou épicés d’une Afrique multiple.

Un continent qui est à ses yeux « une origine, une référence, un concept, une humanité en marche ». Et comme la métaphore gustative n’était jamais loin chez ce grand sensuel, il ajoute : « Un fruit qui s’ouvre généreusement ».

Voir l’article source : Hervé Bourges, une vie sur les chemins d’une Afrique multiple

Voir également : Le journaliste-écrivain Philippe Gaillard est mort

(Journaliste, écrivain, historien, Philippe Gaillard est devenu correspondant avant d’entamer ensuite une carrière de fonctionnaire et de journaliste qui va accompagner les indépendances des colonies françaises d’Afrique.)

Un vent d’espoir souffle sur la région des Grands Lacs


Le discours axé sur l’instabilité politique et les conflits dans la région des Grands Lacs cède désormais le pas à la rhétorique fondée sur le désir d’approfondir l’intégration économique régionale et le développement durable.

Une nouvelle page de l’histoire de la région africaine des Grands Lacs est en train de s’écrire sous nos yeux.

Voir l’article source : Un vent d’espoir souffle sur la région des Grands Lacs

Rova, du caviar made in Madagascar


Il fallait y penser : au nord d’Antananarivo, des entrepreneurs français se sont lancés dans la production d’œufs d’esturgeon, désormais exportés sous la marque Rova vers des hôtels et restaurants de luxe.

Cerné de petites collines, le lac artificiel de Mantasoa, à 60 kilomètres au nord de Tana, est devenu un lieu de villégiature privilégié pour l’élite politique et économique de la Grande Île.

Ses rives sont autant de refuges pour les habitants d’Antananarivo qui ont la chance de pouvoir échapper au stress de la capitale.

Voir l’article source : Rova, du caviar made in Madagascar

 

Afro-descendants : chez les « invisibles » de l’Argentine


Exclus d’une société qui se veut traditionnellement « blanche », les Afro-Argentins peinent à faire entendre leur voix. Reportage au cœur d’une communauté qui lutte pour son histoire et sa dignité.

« Vous devriez changer de voie, car même en obtenant les meilleurs résultats au monde, aucun Argentin ne prendra une Noire pour psychologue ».

Ancienne étudiante en psychologie à l’Université de Buenos Aires, Laura Omega a changé d’orientation professionnelle suite au conseil de son professeur, à la fin des années 1990.

« Et il avait raison », estime la jeune femme, aujourd’hui employée dans une enseigne de textiles.

Sa passion, c’est la musique, mais « les artistes noires n’intéressent pas les maisons de disques », regrette-t-elle.

Voir l’article : Afro-descendants : chez les « invisibles » de l’Argentine

Afro-descendants : au cœur d’une communauté noire qui lutte pour exister au Mexique


En dépit de leur contribution au pays, dont ils constituaient alors le deuxième groupe démographique après les autochtones, les Noirs ont été effacés de l’histoire mexicaine au lendemain de l’indépendance. À Corralero, une communauté afro-mexicaine se bat pour exister. Reportage.

« Tu ne peux pas être Noire et Mexicaine », s’est souvent entendu dire Beatriz Guzman. L’Afro-Mexicaine n’a d’ailleurs appris que ses ancêtres étaient Africains qu’à l’âge de 40 ans. Comme elle, peu de Mexicains connaissent l’histoire noire de leur pays.

D’après les chiffres officiels, seule 2,9% de la population se revendique afro-mexicaine mais « beaucoup d’individus ignorent leur origine, ou la taisent pour éviter les discriminations », regrette Rosa Maria Castro, militante pour les droits des femmes des communautés noires.

Présents sur l’ensemble du territoire, les Afro-Mexicains sont davantage visibles dans le sud du pays, sur la « Costa Chica » (États de Guerrero et de Oaxaca) et le Veracruz, où ils vivent en communauté.

Voir l’article source : Afro-descendants : au cœur d’une communauté noire qui lutte pour exister au Mexique

Le 1er mars 1896 la victoire de l empereur Ménélik II sur les Italiens


Le 1er mars 1896, l’armée de l’empereur Ménélik II met en déroute les soldats italiens. La bataille d’Adoua clôt la première guerre italo-éthiopienne, débutée en 1885, et met provisoirement un terme aux ambitions coloniales italiennes en Éthiopie.

Vers 5 heures du matin ce dimanche 1er mars 1896, l’armée italienne quitte ses fortifications dans la région du Tigré, dans le nord du pays, pour la ville d’Adoua.

Dirigée par le général Oreste Baratieri et composée de 20 000 hommes, elle espère attaquer par surprise l’armée éthiopienne.

Si cette dernière est plus nombreuse, avec 70 000 soldats estimés, elle est moins bien équipée que l’armée italienne.

Une grande partie dispose de simples boucliers en peaux de bêtes et d’armes blanches traditionnelles.

Voir l’article source : Le 1er mars 1896 la victoire de l empereur Ménélik II sur les Italiens

 

France, souviens-toi du naufrage de L’Afrique


Il y a tout juste 100 ans, par une froide nuit de janvier, le paquebot Afrique coulait au large de Bordeaux dans une mer déchaînée.

Parmi les quelques 600 passagers, 192 tirailleurs sénégalais qui rentraient chez eux après avoir servi la France durant le premier conflit mondial.

Il n’y eut en tout qu’une trentaine de survivants. Une tragédie injustement oubliée.

Il faut se souvenir du 12 janvier 1920. Il faut, cent ans plus tard, se souvenir des 568 personnes qui périrent dans le naufrage de L’Afrique, au large de Bordeaux.

Il faut, cent ans plus tard, honorer la mémoire des 192 tirailleurs sénégalais qui étaient à bord de ce paquebot et espéraient rentrer chez eux après avoir mené une guerre qui n’était pas la leur.

Voir l’article source : France, souviens-toi du naufrage de L’Afrique 

Voir également : Le jour où L’Afrique a coulé

Invasion de criquets pèlerins en Afrique de l’Est


L’Est du continent africain fait face à une invasion de criquets pèlerins qui inquiète au plus haut niveau. Suffisant pour l’Organisation des Nations unies (ONU) de demander une aide internationale pour lutter contre les énormes essaims de criquets pèlerins qui balaient cette partie du continent noir.

D’après la FAO, l’Ethiopie, le Kenya et la Somalie sont tous aux prises avec des essaims « sans précédent » et « dévastateurs » d’insectes ravageurs. L’agence onusienne craint que le nombre de criquets pèlerins ne soit multiplié par 500 d’ici au mois de juin 2020.

Poursuivant son inventaire, la FAO ajoute que l’Ethiopie et la Somalie n’ont pas connu d’infestation de cette ampleur depuis 25 ans, tandis que le Kenya n’a pas vu une menace acridienne de cette taille depuis 70 ans.

Pour leur part, le sud du Soudan et l’Ouganda sont également menacés si les essaims continuent de croître et de se propager. « La vitesse de propagation des ravageurs et l’ampleur des infestations sont si élevées qu’elles ont poussé les capacités des autorités locales et nationales à leurs limites », a soutenu la FAO.

Voir l’article source : Invasion de criquets pèlerins en Afrique de l’Est

Mali : la frappe du bazin un exercice qui redonne au tissu son éclat d’origine


Le bazin, appelé « jim » dans les pays du Maghreb, fait partie des tissus de cérémonie les plus prisés en Afrique de l’Ouest.

Lors des baptêmes ou des mariages, les femmes et hommes se drapent de leurs boubous faits dans cette étoffe en coton.

Le bazin africain à base de coton est teinté de façon artisanale  pour devenir un tissu damassé caractérisé par la raideur et une éclatante brillance.

Voir l’article source : La frappe du bazin un exercice qui redonne au tissu son éclat d’origine

 

Une levée d’un million d’euros pour Afrikrea


Le site spécialisé dans les produits de beauté, l’artisanat ou encore la haute couture africaine continue de séduire et a signé un accord avec DHL.

Et de un million d’euros pour Afrikrea. La jeune pousse d’Abidjan, qui propose dans le monde entier les produits de créateurs africains, a réussi à convaincre les investisseurs historiques de remettre au pot.

Voir l’article source : Levée d’un million d’euros pour Afrikrea

Voir également : Afrikrea : état des lieux de l’e-commerce de la mode africaine

Cryptomonnaie : la start-up nigériane Bitfxt lève 15 millions de dollars


La jeune pousse spécialisée dans les échanges de crypto-monnaies et basée à Lagos a levé 15 millions de dollars auprès de la société britannique Payitup Clearinghouse Ltd.

À travers cet accord, l’entreprise britannique devrait agir comme une chambre de compensation sur tous les marchés en Afrique et en Europe par le biais de ses filiales et réseaux de règlement immédiat.

Bitfxt pourra en outre bénéficier auprès de son partenaire d’une facilité de crédit renouvelable de 125 millions de dollars pour ses mouvements financiers.

Voir l’article source : La start-up nigériane Bitfxt lève 15 millions de dollars

 

Où investir en Afrique en 2020 ?


Dans son rapport « Où investir en Afrique en 2020 », la banque sud-africaine Rand Merchant Bank (RMB) recense pour la première fois la Somalie dans son classement, le Maroc surclasse l’Afrique du Sud et le Sénégal décrocherait le ruban bleu de la croissance entre 2019 et 2024.

Le rapport « Où investir en Afrique en 2020 » foisonne de classements réalisés à partir des statistiques d’organismes multilatéraux, d’agences de notation et d’instituts de recherche privés.

Ces sources ont permis à la banque sud-africaine d’établir un top 10 des pays les plus séduisants pour les investisseurs. Dans l’ordre on retrouve, l’Égypte, le Maroc, l’Afrique du Sud, le Kenya, le Rwanda, le Ghana, la Côte d’Ivoire, le Nigeria, l’Éthiopie et la Tunisie.

En queue de peloton viennent le Soudan du Sud, le Liberia, le Burundi, la Somalie et la Guinée équatoriale.

Voir l’article source : Où investir en Afrique en 2020

Voir également : Le top 10 des pays africains où il faut investir en 2020 selon la Rand Merchant Bank

Invitation de la Banque TD et de la Fondation MUNTU pour vivre une expérience unique!


UN ÉVÉNEMENT UNIQUE POUR DONNER LA PAROLE AUX JEUNES DE LA DIVERSITÉ

C’EST GRATUIT!

ÖP2U est une approche revisitée et innovée de l’arbre à palabres

LE 5 MARS 2020 de 18h00 à 21h00

MAISON DE L’AFRIQUE, 6256 Avenue Henri-Julien, Montréal, H2S 2T8

PROGRAMMATION
18H00 à 19H00 – COCKTAIL ET ATELIER DE PERCUSSION
19H00 à 21h00 – ARBRE À PALABRES – PRESTATIONS ARTISTIQUES

Voir le Communiqué

Mois de l’Histoire des Noirs : KNLO d’Alaclair Ensemble et plusieurs autres réunis pour une grande conversation aux tons ancestraux et futuristes.

Pour l’événement l’Arbre à Palabres, nous voulons permettre aux participant.e.s de vivre une expérience humaine authentique et enrichissante en mélangeant art traditionnel, art urbain et art numérique tout en incluant des conversations et des échanges avec des acteur.trice.s clé des communautés Noires de Montréal

KNLO d’Alaclair Ensemble et plusieurs décideurs, acteurs sociaux, entrepreneurs, artistes et experts des communautés noires seront au rendez-vous afin de participer à l’Arbre à palabres qui permettra d’ancrer un espace de débat ouvert en valorisant l’intelligence collective et de mieux prendre place dans l’identité commune que nous avons le devoir de construire ensemble.

ÖP2U est une approche revisitée et innovée de l’arbre à palabres qui permet d’ancrer un espace de débat ouvert en valorisant l’intelligence collective afin de mieux prendre place dans l’identité commune que nous avons le devoir de construire ensemble.
LA JEUNESSE, SON FUTUR, SON POUVOIR D’AGIR
Des acteurs sociaux, des entrepreneurs, des artistes et experts des communautés noires seront au rendez-vous afin de participer à cet Arbre à palabres. À travers un pitch, des jeunes  démontreront que notre pouvoir d’agir est toujours possible.
Lors de cet événement, nous voulons permettre aux participants-es de vivre une expérience humaine unique, authentique et enrichissante  en mélangeant art traditionnel, art urbain tout en incluant des conversations et des échanges.
ARBRE À PALABRES 

L’Arbre à palabres est une pratique ancestrale du continent africain. En Afrique, on se réunit au pied de l’Arbre à palabres, généralement le baobab, pour discuter des décisions importantes à prendre pour l’avenir de la communauté.Nelson Mandela voyait lui-même dans l’Arbre à palabres une «institution démocratique à part entière».

Des décideurs, des acteurs sociaux, des entrepreneurs, des artistes et experts des communautés noires seront au rendez-vous afin de participer à l’Arbre à palabres. Tout comme l’an dernier, en exclusivité lors de l’événement du 5 mars, des jeunes entrepreneurs vous présenteront une gamme de leurs produits.
UN ÉVÉNEMENT GRATUIT!
MUNTU est un regroupement d’acteurs et d’actrices de changement dont le seul but est de soulager, de soutenir et d’améliorer les conditions de vie des de jeunes en difficultés d’ici et d’ailleurs. Pour ce faire, nous visons à promouvoir et à favoriser leur autonomie financière, leur intégration, leur insertion par la créativité, l’innovation, l’entreprenariat et l’implication sociale.
 

 

Afrique du rire : La troisième édition programmée du 6 au 21 février


Les humoristes africains se réunissent de nouveau pour des shows hilarants dans le cadre du festival «Afrique du Rire». Du 6 au 21 février, Booder (Maroc), Ahmed Sparrow (Algérie), Sacko Camara (Côte d’Ivoire), Kev Adams (France), Gohou Michel (Côte d’Ivoire), Fabrice Éboué (France), Digbeu Cravate (Côte d’Ivoire), Patson (Côte d’Ivoire), Le Magnific (Côte d’Ivoire), Kimenyi Hervé (Rwanda), L’Observateur (Côte d’Ivoire), Redouane Bougheraba (Algérie) et le Maroco-Ivoirien Oualas partiront en tournée dans quatre pays de l’Afrique. Ils fouleront les planches du Maroc, du Sénégal, de la Côte d’Ivoire et du Bénin, qui est à l’honneur pour la troisième édition de «Afrique du Rire».

Voir l’article source :

Afrique du rire, 3è édition

Digitalisation – L’impôt payable via mobile money à Madagascar


Service gratuit. Le fisc se met à l’heure de la digitalisation en raison de la convention signée, hier, avec les trois opérateurs exploitant le marché du mobile money à Madagascar.

Un nouveau mécanisme s’installe, permettant à chaque contribuable de faire sa déclaration fiscale à partir de son compte en mobile money. «

Cette nouveauté a pour finalité d’éradiquer la corruption, en ce sens que la déclaration fiscale s’effectue d’une manière virtuelle sans contacts humains ni échanges directs entre les personnes », affirme Germain, directeur général des impôts.

« Hetraphone » tel est le nouveau nom de ce service digital proposé par le fisc, dans le but d’encourager tous les contribuables à faire leurs déclarations et paiements d’impôts, droits et taxes via mobile money.

Voir l’article source :

Madagascar – L’impôt payable via mobile money

Exposition : « Le monde en tête » fait découvrir les couvre-chefs africains


Jusqu’au 15 mars 2020, le Musée des confluences de Lyon expose les trois cents coiffes rassemblées pendant près de trente ans par Antoine de Galbert, héritier du groupe Carrefour et mécène. Ces couvre-chefs s’offrent comme des bouquets ou des buissons savamment éclairés, regroupés par fonctions.

Les coiffes spécifiquement africaines sont disséminées dans les treize sections de l’exposition, au milieu de celles qui proviennent d’Asie ou d’Amérique, symbolisant tour à tour le passage à l’âge adulte, le statut de guerrier ou celui de chef.

Voir l’article source :

Exposition couvre-chefs africains

Espionnage : qui écoute qui en Afrique ?


Entre surveillance des opposants et des terroristes, le marché des « grandes oreilles » explose sur le continent africain.

Chefs d’État, opposants, hommes d’affaires : nul n’est à l’abri des hackers, et s’en prémunir est une vraie gageure.

Du Gabon à la Côte d’Ivoire en passant par le Cameroun, enquête sur cette très lucrative guerre de l’ombre.

Voir le dossier Jeune Afrique :

Espionnage qui écoute qui en Afrique

[SEEA-MTL] Prochaine conférence à l’UQAM – Jeudi 13 février 2020 à 19h


Le Chapitre de Montréal de la Société pour l’Étude de l’Égypte ancienne et le département d’Histoire de l’UQAM sont heureux de vous convier à la conférence intitulée:
«L’amulette du cœur sur corde dans les représentations de l’Égypte pharaonique : évolution et signification»
présentée par Cynthia Parra, M.A. en histoire, UQAM,

Date: Jeudi 13 février 2020 à 19h

Lieu: UQAM, salle A-1720, Pavillon A, 400 rue Sainte-Catherine Est

Entrée libre

Résumé de la conférence:

Basée sur son mémoire de maitrise, Cynthia Parra nous présente sa recherche qui visait plusieurs objectifs. Tout d’abord, elle a voulu combler les lacunes des ouvrages précédents sur le sujet en ajoutant des données et en explorant davantage certaines représentations. Pour ce faire, elle a méticuleusement ratissé les musées et les sites archéologiques afin de trouver des représentations du cœur en pendentif. Elle est arrivée à un total d’un peu plus de 138 artéfacts illustrant le cœur comme suspension. Ceux-ci ont été traités en groupe soit sur un mortel, sur un enfant, sur un ennemi, sur une divinité et ceux ne figurant pas autour du cou.

La seconde partie de la recherche cherchait à étudier la possibilité que le cœur sur bijou soit une manifestation du changement de paradigme chez les Égyptiens qui a contribué au décloisonnement de l’accès à l’au-delà. Elle a constaté que la réponse était nuancée. En effet, le cœur pourrait être un élément de preuve démontrant un décloisonnement limité connecté au changement de mentalité. Toutefois, l’organe cardiaque possède une si grande variété de significations que nous ne pouvons pas affirmer avec certitude que sa présence accrue au Nouvel Empire est, sans l’ombre d’un doute, un symbole de ce changement.

Lors de cette conférence, Cynthia Parra nous présentera quelques cas tirés de son mémoire et nous exposera les conclusions de sa recherche.

Cloé Caron, présidente

Comment et pourquoi les femmes fabriquent le très prisé beurre de karité


Pour fabriquer du beurre de karité, huile végétale extraite des fruits de l’arbre du même nom, typique de la savane d’Afrique, le processus est long. Un produit alimentaire, mais aussi cosmétique, aux multiples vertus.

Le beurre de karité est une huile végétale comestible extraite des fruits du karité («vie» en langue mandingue), un arbre poussant principalement dans les zones arborées de la savane africaine, en Afrique de l’Ouest, centrale et de l’Est.

C’est à partir des fruits de cet arbre, qui ressemblent à des noix, et qui enveloppent une amande blanche et grasse, que le beurre de karité est produit.

Voir l’article source :

Comment et pourquoi les femmes fabriquent le très prisé beurre de karité

Études supérieures – L’ attrait des universités canadiennes


Beaucoup ne le savent pas, mais selon le classement du World Happiness Report, le Canada est le septième pays le plus heureux du monde, alors que la France, par exemple, n’apparait qu’à la 23ème place. De plus en plus de jeunes de tous les continents choisissent le Canada pour la poursuite de leurs études. Attirés par cet immense pays, ses paysages grandioses, la mentalité ouverte de ses habitants. Attirés aussi par des universités de renommée mondiale, pour ne citer que celles de Colombie britannique, de Toronto, ou encore la McGill University et les Hautes Études Commerciales de Montréal. Pour se donner un ordre d’idée, chaque année, environ 26 000 jeunes Français, qui ont pourtant toutes les filières chez eux, choisissent de tenter l’aventure canadienne. Des familles malgaches qui en ont les moyens ne sont pas en reste, hésitant entre ces deux giga-pays que sont le Canada et, pour certains, l’Australie. Peut-être que le classicisme du Vieux monde a fait son temps dans bien des esprits.

Voir l’article source :

Attrait des universités canadiennes

Candidatures visant une participation à une délégation au MASA à Abidjan


Le Conseil des arts sollicite des candidatures visant une participation à une délégation au Marché des Arts du Spectacle d’Abidjan (MASA) à Abidjan, en Côte d’Ivoire, du 7 au 14 mars 2020 où le Canada est le pays invité d’honneur.

Date limite : Le 20 janvier 2020

Montant : Jusqu’à 4 500 $ pour les billets d’avion, l’hébergement et les indemnités journalières.

Voir tous les détails : (deux documents)

International delegation – MASA FR

Présentez votre demande dès aujourd’hui _ délégation au MASA à Abidjan

Afrique : ce que sera l’économie en 2020 selon la Banque mondiale


En Afrique subsaharienne, l’accélération de la croissance se confirme en 2020, malgré la morosité des plus grandes économies de la région, alors qu’en Afrique du Nord, l’Egypte, le Maroc et la Tunisie devraient être les principaux moteurs de la croissance de la zone.

Après le ralentissement en 2019, l’heure est de nouveau à l’accélération de la croissance dans les pays au sud du Sahara, selon le rapport sur « Les perspectives de l’économie mondiale », publié ce mercredi 8 janvier 2020.

Voir l’article source : Afrique : ce que sera l’économie en 2020 selon la Banque mondiale

Motema, la tablette qui se veut « made in RDC » et prend en compte les réalités des Congolais


L’ingénieur congolais Dieudonné Kayembe Kabukula est à l’initiative de Motema, une tablette susceptible de répondre à de nombreuses préoccupations de la population, au premier rang desquelles l’éducation. Son objectif est désormais de commercialiser son outil à travers le continent. Interview.

Numériser le système éducatif congolais en vue d’en faire un outil didactique. C’est l’idée de l’ingénieur Dieudonné Kayembe Kabukula, directeur de la start-up FlechTech, qui a reçu le prix de l’innovation du ministère de l’Industrie pour sa tablette Motema (qui signifie « cœur », en langue nationale lingala).

Pédagogique et inédite, elle permet par exemple d’offrir le programme scolaire aux Congolais dans un pays où environ 3,5 millions d’enfants en âge de fréquenter le primaire ne sont pas scolarisés, selon les chiffres du Partenariat mondial de l’éducation (PME). L’objectif de l’ingénieur est désormais de commercialiser son outil à travers l’ensemble du continent.

Voir l’article source : Motema, la tablette qui se veut « made in RDC » et prend en compte les réalités des Congolais

Franc CFA : Macron et Ouattara annoncent la fin de la monnaie coloniale en 2020


La visite d’Emmanuel Macron en Côte d’Ivoire est l’occasion pour lui et son hôte, Alassane Ouattara, d’annoncer la fin du franc CFA en Afrique de l’Ouest. La France va se retirer des instances de gestion et de contrôle de la monnaie commune qui ne portera plus son nom hérité de la colonisation.

« Une réforme historique », salue Emmanuel Macron. En visite en Côte d’Ivoire, Emmanuel Macron et le président ivoirien Alassane Ouattara ont annoncé une réforme d’envergure du franc CFA.

Ce dernier devrait en effet changer nom pour s’appeler l’Eco. « Nous avons décidé une réforme du franc CFA avec trois changements majeurs […] dont le changement de nom » et « l’arrêt de la centralisation de 50 % des réserves au Trésor français », a déclaré Alassane Ouattara.

Voir l’article source :

Franc CFA: Macron et Ouattara annoncent la fin de la monnaie coloniale en 2020

ainsi que la réaction de Mme Kristalina Georgieva, directrice générale du FMI, à cette annonce :

Franc CFA: la directrice du FMI salue la réforme annoncée par Ouattara et Macron

Africa CEO Forum 2019 : 1800 chefs d’entreprises attendus à Abidjan en mars 2020


La 8ème édition du rendez-vous international du secteur privé africain « AFRICA CEO FORUM » se tiendra les 9 et 10 mars prochains à Abidjan, en présence de 1.800 chefs d’entreprises attendus.

Plusieurs questions seront traitées à ce rendez-vous, à savoir la lutte contre la croissance des inégalités, les combats environnementaux, la création d’emplois, l’intégration des jeunes générations, les enjeux de compétitivité, le rôle des entreprises et leurs leaders face aux mutations actuelles.

Voir l’article source :

africa-ceo-forum-en-mars-2020

Mauritanie-Sénégal : British Petrolium confirme des réserves de gaz proches de celles de la Libye


De nouvelles données chiffrées communiquées vendredi soir par British Petrolium renforcent l’importance de la perspective d’exploitation prochaine du gisement transfrontalier offshore «Grand Tortue/Ahmeyim (Gta)» à cheval entre le Sénégal et la Mauritanie.

Ce site, découvert au cours des dernières années,  renferme «plus de 15 billions de pieds cubes ou 425 milliards de mètres cubes de gaz naturel exploitable. La superficie totale du gisement pourrait contenir 50 billions de pieds cubes, soit l’équivalent de 1,4 milliard de m3. Ces réserves représentent  toute la production de gaz du continent africain au cours des 7 dernières années» selon le  communiqué de presse de l’entreprise BP, chargée de l’exploitation de GTA,  en partenariat avec Kosmos Energy.

Voir l’article source : mauritanie-senegal-british-petrolium-confirme-des-reserves-de-gaz-proches-de-celles-de-la libye

Sentiment anti-français : Mamadou Koulibaly répond à Macron


Alors qu’Emmanuel Macron a invité les chefs d’Etat africains sur un ton condescendant à venir s’expliquer à Pau sur le sentiment anti-français, l’opposant ivoirien Mamadou Koulibaly, du parti Lider, lui apporte une cinglante réplique.

Mamadou Koulibaly commence par parler du cas de Nathalie Yamb, la militante de nationalité suisso-camerounaise du parti Lider qu’il dirige. Cette dernière, faut-il le rappeler, avait tenu un discours acerbe contre la France et sa politique d’exploitation et d’asservissement du continent, au sommet Russie-Afrique, réuni à Solchi.

Voir l’article source : sentiment-anti-francais-mamadou-koulibaly-repond-macron

Gaz naturel : l’Afrique pourrait fournir 20 % des besoins mondiaux d’ici 2025


Après une décennie relativement calme, les exportations de gaz naturel africain ont de beaux jours en perspective, notamment grâce aux investissements colossaux réalisés au Mozambique. Dans son dernier rapport, la Chambre africaine de l’énergie fait un point sur les grands projets annoncés.

Dans son dernier rapport sur les perspectives énergétiques de l’Afrique pour 2020, la Chambre africaine de l’énergie, groupement interprofessionnel des métiers de l’énergie et des mines en Afrique, s’intéresse notamment au potentiel d’exportation du gaz naturel africain, dont les exportations sous forme liquéfiée vont fortement augmenter.

Voir l’article source :

gaz-naturel-africain

Mois de l’Histoire des Noirs 2020 Black History Month


Vous organisez une activité durant le Mois de l’Histoire des Noirs ?

 Are you planning an activity for Black History Month ?

SOUMETTEZ VOTRE ACTIVITÉ | Submit your event

INSCRIVEZ-VOUS / SUBMIT

DEADLINE  : 31 DEC. 2019

DATES À RETENIR / ADD TO YOUR CALENDAR

JAN.10 : FERMETURE PLATEFORME

Après cette date, il ne sera possible de faire aucune modification à vos activités sur la plateforme.

After this date, no modification will be permitted on the platform.

JAN. 23 : CONFÉRENCE DE PRESSE / PRESS CONFERENCE

JAN. 30 : LANCEMENT / LAUNCH

CRITÈRES DE PARTICIPATION – CRITERIA FOR PARTICIPATION

Lancement PSDEC 2020 par la ville de Montréal


Le Programme de soutien à la diversité des expressions culturelles de la Ville de Montréal sera bientôt en ligne! La nouvelle date de tombée est le vendredi 20 décembre 2019 à 17h00*

Plusieurs organismes n’ont pas fait parvenir leurs bilans. Il est primordial de répondre a cette obligation dans les délais inscrits dans les documents du PSDEC.

Le Programme de soutien à la diversité des expressions culturelles correspond aux enjeux identifiés dans la Politique de développement culturel 2017-2022 de la Ville de Montréal Conjuguer la créativité et l’expérience culturelle citoyenne à l’ère du numérique et de la diversité , «en favorisant une approche transversale qui vise sur le pouvoir de la culture comme levier de développement».

Ainsi, il favorise la participation culturelle citoyenne, la cohésion sociale et le développement des quartiers culturels, l’inclusion et la diversité des publics.

Notez que:

  • Le formulaire de demande dûment rempli ainsi que les autres documents demandés devront obligatoirement être acheminés par voie électronique;
  • Les renseignements demandés ne peuvent être inscrits que sur le formulaire (aucun autre document annexé ne sera transmis au comité d’évaluation). Il faut donc se limiter aux espaces prévus sur le formulaire;
  • Les dossiers incomplets, non signés ou ne répondant pas aux critères d’admissibilité seront automatiquement rejetés;
  • Aucun document ne sera accepté après la date limite de dépôt : le vendredi 20 décembre 2019 à 17h.

Des rencontres d’information pour présenter le programme ainsi que le formulaire de demande se tiendront sous peu

Les documents sont présentement à être finalisés et seront disponibles sur le site internet sous peu.

Nathalie Goudreau
Agente de développement culturel
Responsable du programme PSDEC
Service de la culture
Direction cinéma, festivals et événements
Division festivals et événements

psdec@ville.montreal.qc.ca
514-868-0797

Cameroun : Agropad une innovation qui permet l’irrigation solaire à distance via le portable


Mis au point par l’ingénieur camerounais Erik Gyslain Tiam, ce dispositif technologique permet à chaque agriculteur de gérer l’arrosage de son exploitation à distance via son téléphone portable, avec ou sans connexion Internet.

Erik Gyslain Tiam est celui qui a imaginé l’Agropad, un système d’irrigation solaire à distance qu’il commercialise au Cameroun via sa start-up «Global Initiative».

Ce dispositif technologique permet à chaque agriculteur de gérer l’arrosage de son exploitation à distance via son téléphone portable, avec ou sans connexion Internet.

Voir l’article source :

Agropad une innovation qui permet l’irrigation solaire à distance via le portable

Agriculture : une application pour lutter contre les pertes des récoltes en Afrique


Une structure dénommée Feed the future, basée au Ghana, a mis au point «Grain Mate», un appareil qui réduit fortement les pertes de graines post-récoltes.

Après quatre longues années de recherches parrainées par l’Agence américaine pour le développement international (USAID), Feed the future, une structure basée à Accra, au Ghana, a mis en place un appareil baptisé « Grain Mate » dont l’objectif est de combattre et réduire les pertes de graines post récoltes.

Voir l’article source :

Agriculture: une application pour lutter contre les pertes des récoltes en Afrique

Rwanda : voici pourquoi Mara X et Mara Z sont les premiers smartphones Made in Africa


Le Rwanda vient de présenter les deux premiers modèles de smartphones Mara X et Mara Z considérés comme les premiers vrais téléphones «Made in Africa». Contrairement à des modèles avec des composants importés et montés dans de nombreux pays du continent, le Rwanda a accompli un pas de plus.

Le président rwandais Paul Kagame vient d’inaugurer Mara Phone, l’usine de fabrication des premiers modèles de smartphones «Made in Africa» du Groupe Mara.

Mara Phone est, de fait, la toute «première usine de téléphones intelligents de haute technologie» en Afrique.

Voir l’article source : Voici pourquoi Mara X et Mara Z sont les premiers smartphones Made in Africa

Côte d’Ivoire : 5 milliards de dollars récoltés à Dubaï pour développer le tourisme


La Côte d’Ivoire a mobilisé « cinq milliards de dollars » auprès d’investisseurs arabes à Dubaï pour son programme « Sublime Côte d’Ivoire » visant à développer le tourisme étranger.

« La table ronde des bailleurs à Dubaï les 20 et 21 octobre (…) a marqué son intérêt pour la destination ivoirienne », souligne le ministère du Tourisme dans un communiqué transmis à l’AFP mardi.

« Au total, ce sont un peu plus de 5 milliards de dollars que le ministre du Tourisme et des Loisirs (Siandou Fofana) a mobilisés auprès d’eux », ajoute le ministère.

Voir l’article source : 5 milliards de dollars récoltés à Dubaï pour développer le tourisme

Cameroun : un frigo solaire pour pallier les coupures d électricité


Conçue par Triomphant Tchulang, lauréat de l’édition 2019 du prix Pulse Africa d’EDF dans le pays, cette invention devrait notamment faciliter l’accès à l’énergie à plusieurs milliers de Camerounais dans les zones non électrifiées.

Triomphant Tchulang, étudiant en énergies renouvelables à l’École polytechnique de Maroua, dans l’Extrême-Nord du Cameroun, s’est distingué lors de l’édition 2019 du prix Pulse Africa d’EDF (Electricité de France).

C’est la première fois que ce concours d’innovation, sponsorisé par le géant français de l’énergie, est organisé au Cameroun.

Voir l’article source : Cameroun: un frigo solaire pour pallier les coupures d’électricité

32 è commémoration de la disparition de Thomas Sankara


GRILA

Groupe de Recherche et d’Initiative pour la Libération de l’Afrique

 

présente

   

32 ème commémoration de la disparition de

Thomas SANKARA

3 Films

 Thomas Sankara l’homme intègre, Robin Shuffield, 52mn à 11h30

Fratricide au Burkina, Thomas Sankara et la Françafrique, 52mn, Didier Mauro Thuy Tien Ho à 15h

Une révolution rectifiée, Michel Noll , 52 mn à 17h

 

Séance d’information

Le suivi de la CIJS Campagne Internationale Justice pour Sankara à 18 h

 

Mardi 15 octobre 2019, de 11h30 à 19h30 au

CIRFA 1710 Beaudry suite 210. Gratuit

Groupe de Recherche et d’initiative pour la Libération de l’Afrique

514 499 3418

www.grila.org

Voir l’affiche : 15 octobre 2019 Sankara

Franc CFA une ‘servitude’ pour le continent, selon l’économiste togolais Kako Nubukpo


Une « servitude »: voilà comment l’économiste togolais Kako Nubukpo décrit le franc CFA dans un entretien à l’AFP, à l’occasion de la publication d’un livre à charge contre les élites économiques africaines et les institutions financières internationales.

« Le franc CFA pose un problème politique et de souveraineté », assure l’auteur de « L’urgence africaine », publié cet automne aux éditions Odile Jacob, dans un entretien accordé avant la réunion traditionnelle des ministres des Finances de la zone franc vendredi à Paris.

Voir l’article source :

Franc CFA une ‘servitude’ pour le continent, selon l’économiste togolais Kako Nubukpo

Projet de recherche – Participants recherchés


Vous êtes invités à participer à une recherche sur l’engagement paternel et le développement socio-affectif de l’enfant en contexte migratoire.

Pour N. Jean-Claude Bationo, étudiant au doctorat en psychopédagogie, au (418) 262 4432, ou par courriel à nebila.bationo.1@.ulaval.ca

Objectifs  de  la  recherche :

Cette  recherche  qui  s’intéresse  aux  effets  des  profils d’acculturation des pères immigrants sur leur engagement et sur le développement socio-affectif de leur enfant vise à :

1) décrire les profils d’acculturation des pères immigrants et explorer  les  liens  entre ces profils et les variables de contexte de l’immigration;

2) déterminer  la  relation  entre  les  profils  d’acculturation  et  l’engagement  des  pères immigrants;

3)  tester la relation indirecte entre les profils d’acculturation  des  pères immigrants et le développement socio-affectif de l’enfant à travers l’engagement paternel en contexte migratoire.

Voir tous les détails dans ce document :

Courriel de recrutement des participants