La journée de la femme digitale : une première bientôt à Dakar !


La 7e édition de La journée de la femme digitale se tiendra le 17 avril 2019 à La Maison de la radio, à Paris. Pour la première fois, l’événement s’ouvre à l’Afrique avec un rendez-vous prévu à Dakar fin avril.

La journée de la femme digitale rassemble chaque année quelque 25 000 personnes – le forum est diffusé en direct sur les réseaux sociaux – autour de l’innovation au féminin. Retour d’expériences, conseils, débats… ce rassemblement annuel a pour ambition d’inspirer et d’encourager les femmes à oser, innover et entreprendre.

Voir l’article source :

journee-de-femme-digitale-premiere-bientot-a-dakar

Autres articles à voir :

Le parcours de 5 femmes leaders

le parcours de Jeanne Sissoko-Zézé

Qui est donc Arlan Hamilton, créatrice de Backstage Capital ?

 

 

Construire autrement en Afrique


Fin juin dernier se déroulait à Abidjan (Côte d’Ivoire) le premier sommet « Climate Chance Afrique », prolongation de l’événement international du même nom, centré cette année vers le continent africain. Parmi plus de 600 participants issus de 41 pays (dont 27 pays africains) dont des collectivités, entreprises, ONG et acteurs de la société civile, AVN y été invitée pour co-piloter un des 10 ateliers prévus – « Coalition Habitat durable Afrique de l’Ouest », et, en tant que membre de l’Alliance Mondiale pour les Bâtiment et la Construction (GABC), à co-animer la table ronde régionale pour les collectivités locales en Afrique de l’Ouest organisé en amont du sommet.

Voir l’article source :

Construire autrement en Afrique

Autres articles sur le même sujet :

Une-methode-de contruction-en-terre-pour-l-Afrique

burkina-faso-aviculture

energie-durable-en-Afrique

Ateliers de sensibilisation aux professionnels de la santé et des services sociaux


Afin de promouvoir la compréhension des mutilations génitales féminines/Excision(MGF) au Québec et Canada, le RAFIQ offre des ateliers de sensibilisation aux professionnels de la santé et des services sociaux.

Les MGF sont courantes en Afrique, au Moyen orient et en Asie. Elles sont également présentes au Canada, puisqu’au moins 10% des victimes des MGF, soit plus de 12,5 millions de femmes, vivent en Occident, selon l’Organisation Mondiale de la santé.

Cependant, ces pratiques ne sont pas nécessairement connues des professionnels de la santé et des services sociaux en dépit de sa prise en charge dans d’autres pays occidentaux.

Au Québec, l’enjeu des MGF est peu abordé et ce, bien qu’il ait eu certaines réalisations au Québec et au Canada.

Conscient de cette réalité, le Réseau d’action pour l’égalité des femmes immigrées et racisées du Québec (RAFIQ) a mis en place cette formation pour outiller les professionnels de la santé et des services sociaux afin d’offrir un accompagnement adapté aux victimes et potentiels victimes des MGF. 

Thème: les mutilations génitales féminines (MGF) au Québec : prévention et soutien aux femmes et aux filles

Objectif général

  • Sensibiliser les professionnels de la santé et services sociaux aux MGF en faisant connaître les impacts, les droits, les responsabilités et les législations relatifs à cet enjeu afin de promouvoir l’abandon de ces pratiques.

Objectif spécifique

  • Prévention: outils d’information et de sensibilisation (dépliant/livret/capsules/ateliers)
  • Promotion: promouvoir l’article 15 de la Charte canadienne des droits et libertés pour la promotion des filles et femmes (sans exception)
  • Protection des potentiels victimes et faciliter leur accès aux ressources

Durée: 2-3h /gratuit

Lieu : on se déplace chez vous

Pour toute information, contactez-nous : info@rafiq.ca/514 878 1325 # 2801

Merci de collaborer avec vous.

Djenabou Sangare
Chargée de projet
Réseau d’action pour l’égalité des femmes Immigrées et racisées du Québec(RAFIQ)

469, rue Jean-Talon Ouest Montréal (Qc) H3N 1R4

Tél: 514 2878 1325 poste 2801

Courriel: info@rafiq.ca

Les trous noirs de la Françafrique


Entre la France et ses anciennes colonies, les affaires ténébreuses et sanglantes abondent depuis des décennies. La déclassification progressive des archives permettra-t-elle de découvrir un jour la vérité ? Rien n’est moins sûr.

« J’ai pris un engagement clair et je viens de le dire au président Kaboré : ces documents seront déclassifiés pour la justice burkinabè, qui aura accès à tous les documents sur l’affaire Sankara… »

En annonçant, le 28 novembre à Ouagadougou, la levée du secret-défense concernant l’ensemble des pièces du dossier de l’assassinat de Thomas Sankara, le 15 octobre 1987, Emmanuel Macron a créé un véritable appel d’air. Réaction immédiate de Mariam Sankara, la veuve du défunt chef de l’État burkinabè : « Cela me fait plaisir, nous souhaitions la déclassification de ces archives depuis longtemps. Nous attendons maintenant de connaître la teneur de ces documents et de voir quelle sera la suite de la procédure. »

C’est sans doute l’occasion de revenir sur douze affaires africaines couvertes, à Paris, par le secret-défense.

Voir l’article source :

les-trous-noirs-de-la-francafrique

Projet de recherche sur le dépistage de la rétinopathie diabétique


Projet de recherche portant sur le dépistage de la rétinopathie diabétique auprès d’immigrants appartenant aux minorités ethnoculturelles.  notamment aux immigrants francophones d’origine africaine (incluant les Caraïbes) ayant la citoyenneté canadienne ou encore la résidence permanente au Québec.

Entrevue de 45-60 minutes, soit en personne ou par téléphone. Une compensation financière de 40$ est prévue et le remboursement des frais de déplacement jusqu’à hauteur de 20$, s’il y a lieu.

Voir tous les détails dans ce document :

DRS_Recrutement_Participants_FR

Appel de candidatures pour le prix Charles-Biddle


Appel de candidatures pour le prix Charles-Biddle, remis par Culture pour tous et le ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion. Vous trouverez tous les détails ci-dessous ainsi que sur la page web dont le lien apparait plus bas.

Le prix Charles-Biddle souligne l’apport exceptionnel de personnes ayant immigré au Québecet dont l’engagement personnel ou professionnel contribue au développement culturel et artistique du Québec.

NOUVEAUTÉ 2018 : 

Le prix Charles-Biddle comporte désormais deux volets, assortis de deux bourses de 5 000$.

Le premier volet récompense les efforts, l’apport, l’implication, l’engagement et le rayonnement d’individus sur la scène nationale ou internationale.

Le deuxième volet récompense ce type d’efforts au niveau local (région, ville, village ou communauté).

Les candidatures seront acceptées jusqu’au vendredi 24 août 2018 inclusivement.

Les détails du prix, incluant les conditions d’admissibilité, les critères d’évaluation et les modalités de soumission, se trouvent sur le site de Culture pour tous à l’adresse suivante:

 https://www.culturepourtous.ca/professionnels-de-la-culture/prix-charles-biddle/ 

Pour toute question, n’hésitez pas à contacter Catherine Gauthier-Mercier, en charge de la diffusion de l’appel.

Catherine Gauthier-Mercier, Ph. D.

Montréal l’Africaine – RFI les voix du monde


Par Céline Develay Mazurelle

09/06/2018

On continue cette semaine d’explorer le passé et le présent noir des grandes villes du monde… Après Bruxelles, Genève, Paris, Lisbonne ou encore Berlin l’Africaine, on tourne le dos aux capitales de la vieille Europe pour vous emmener de l’autre côté de l’Atlantique, au Canada, terre d’immigration par excellence, où près de 500 000 de ces immigrés seraient nés en Afrique.
A Montréal, au Québec, la présence noire, africaine et caribéenne principalement, est historique, la Nouvelle France ayant notamment pratiqué l’esclavage au XVIIème et au XVIIIème siècle. Mais c’est surtout dans les années 60, que des Haïtiens puis des Africains sont venus poser leurs valises au bord du Fleuve Saint-Laurent. Depuis, francophonie oblige, l’immigration africaine représente la 2ème immigration au Québec.
Du Balattou, club mythique des nuits africaines à la Maison de l’Afrique en passant par le quartier de la Petite Bourgogne, fief historique des Noirs de la ville ou le marché Jean Talon, suivez-nous à la rencontre d’ambassadeurs africains de Montréal.
Un reportage d’Hortense Volle.

CARNET DE VOYAGE

– PREPARER VOTRE VOYAGE :

– Au départ de Paris, la compagnie française Air France dessert Montréal 3 fois par jour ainsi que 17 autres destinations canadiennes.
– Le site de l’Office du tourisme Montréal pour « découvrir Montréal à sa façon ».

– A VISITER :

– La petite Bourgogne, berceau de la communauté ouvrière noire et anglophone de Montréal. Ici sont nées de grandes légendes du jazz, ce que rappellent aujourd’hui le nom des parcs du quartier. N’hésitez pas à arpenter le « Sentier de la Bourgogne » qui vous fera pour découvrir l’histoire, la culture et la vie communautaire du quartier en empruntant, en autres, la rue Coursol.

L’Espace Mushagalusa («Celui qui apporte la joie » en langue Shi) est une galerie d’art africain et un centre culturel dont le but est de favoriser l’harmonie sociale à travers des projets éducatifs et de création artistique.

La Maison de l’Afrique, « le meilleur de l’Afrique en partage », un lieu de rencontres et de réseautage entre entrepreneurs comme le Réseau des entrepreneurs et professionnels africains. Une boutique et une programmation culturelle ouverte sur le continent animent les lieux fondés en 2009 par Mariam Sy Diawara.

– Le Marché Jean Talon et ses alentours, en compagnie de Danny Pavlopoulos de l’agence « Spade and Palaci » , pour une visite gourmande à la découverte de produits locaux et du monde…

– Où DINER :

La Khaïma, un repaire mauritanien qui a pignon sur rue dans le quartier du Plateau et qui s’impose comme l’une des meilleures adresses africaines de Montréal ! Son chef Atigh Ould porte la culture nomade dans l’assiette et dans les cœurs… Incontournable : le breuvage « maison » à base de fleurs d’hibiscus.

Le Virunga ou « quand la gastronomie africaine rentre le Québec ». Une belle adresse gastronomique ouverte par des Montréalaises d’origine congolaise. Au menu, par exemple, « l’Exquise Québécoise », une mini-poutine au poulet composée d’un duo de frites de plantains et manioc…

– Où SORTIR :

Le Festival nomade : musique, cinéma, souk et gastronomie. Des évènements toute l’année avec une grande fête pour sa 9ème édition en février 2019. Imaginé par le chef Atigh du restaurant la Khaïma.

Le Club Balattou : LE lieu incontournable des nuits montréalaises et des musiques afro depuis plus de trente ans. Situé dans le quartier du Plateau, boulevard Saint Laurent.

Le Festival Nuits d’Afrique: L’un des dix événements majeurs de la ville de Montréal et plus grand festival de musiques africaines et caribéennes en Amérique du Nord. Sa 32ème édition a lieu du 10-22 juillet 2018.

– L’autre grande institution montréalaise servant de vitrine aux artistes africains et créoles est un festival de cinéma fondé en 1984 qui se déroule tous les ans au mois d’avril : Vues d’Afrique.

A LIRE/A VOIR :

Le dernier spectacle de Boucar Diouf, conteur et humoriste d’origine sénégalaise : Magtogoek ou le chemin qui marche. Un spectacle, tel un voyage historique sur les rives du Saint Laurent entre mémoire autochtone, humour décapant et regard scientifique.

Touki Montréal, un site d’information sur l’actualité Africaine à Montréal et dans le monde.

Jazz Petite-Bourgogne, un webdocumentaire qui raconte l’incroyable contribution de Montréal à l’histoire du jazz en explorant la vie des musiciens noirs légendaires de La Petite-Bourgogne. Conçu par Radio Canada.

Écouter l’émission :

Voir l’article source :

afrique-montreal-africaine-canada

Voir la série :

Si loin si proche

APPEL AUX BÉNÉVOLES – FESTIVAL INTERNATIONAL NUITS D’AFRIQUE 2018


Le recrutement de la 32e édition est officiellement commencé et le Festival international Nuits d’Afrique a besoin de vous !

Se déroulant du 10 au 22 juillet 2018, l’événement déploie un large éventail métissé de talents d’ici et de l’autre côté de l’océan, originaires d’Afrique, des Antilles et d’Amérique

Latine. Rejoignez l’équipe pour participer à une aventure humaine et culturelle haute en   couleurs !

Plusieurs postes à combler :

– Accueil

– Accréditations

– Chef d’équipe

– Catering

– Informations

– Village des enfants

– Marché Tombouctou

– Quartier général

– Montage, démontage

Afin de vous inscrire en tant que bénévole, veuillez remplir ce formulaire en ligne.

Formulaire de bénévole

Date limite : 17 juin 2018

Voir l’annonce en format pdf :

Appel_bénévoles

Journée internationale de sensibilisation à l’albinisme 13 juin 2018 (17h – 21h) au Centre Afrika


Les personnes atteintes d’albinisme subissent des discriminations et de la stigmatisation à l’échelle mondiale. Toutefois, l’essentiel des renseignements sur des cas d’agression physique contre ces personnes proviennent principalement de pays en Afrique.

Les campagnes d’éducation et de sensibilisation peuvent aider à lutter contre les superstitions et les stigmatisations associées à l’albinisme.

Journée internationale de sensibilisation à l’albinisme, 13 juin.

Source : Haut-Commissariat des Nations UNies aux droits de l’homme (HCDH)

Journée Mondiale de l’Afrique


Journée Mondiale de l’Afrique

La journée mondiale de l’Afrique célèbre l’anniversaire de la signature des accords de l’OUA (Organisation de l’Unité Africaine), le 25 mai 1963.

C’est l’occasion pour chaque pays d’organiser des événements dans le but de favoriser le rapprochement entre les peuples africains. Cette journée (déclarée fériée sur l’ensemble des états membres de l’OUA) est aujourd’hui devenue une tradition fortement enracinée dans l’ensemble des pays africains, et elle représente le symbole du combat de tout le continent africain pour la libération, le développement et le progrès économique.

Un continent en mutation profonde

L’Afrique est considérée à juste titre comme le berceau de l’humanité, à l’origine d’un grand nombre de peuples, de langues, de religions et de traditions.

Ce tableau ne peut pas occulter les tristes records battus par le continent Africain : Le PIB par habitant est le plus bas du monde et l’évolution actuelle ne corrige en rien le chiffre malgré les extraordinaires ressources naturelles dont regorge le continent Africain.

L’endettement des pays reste très lourd faute d’un développement économique harmonieux. La pénurie d’eau potable demeure un sujet de préoccupation et ses conséquences sur la santé des populations sont importantes. Le SIDA quant à lui fait de réels ravages et le continent africain présente le plus fort taux de séropositivité au monde.

Un site à visiter : www.evene.fr

Article source : journee-mondiale-de-l-afrique

Vidéo :

 

Lancement de la programmation des Journées Africaines


INVITATION  

À l’occasion de la 14e  édition des Journées Africaines

26 – 27 mai 2018 à l’Écomusée du fier monde

L’équipe du Centre Afrika a le plaisir de vous inviter  au lancement de la programmation des Journées Africaines  visant à mettre en évidence la diversité du monde africain  et de montrer ses richesses illustrant les valeurs de respect, de paix et de solidarité.

Vendredi  25 mai à partir de 17 h 30

à l’Espace Mushagalusa

533 rue Ontario Est

Métro Berri-Uqam

Apport de (feu) Guy V. Amou dans le développement des Journées Africaines

Hommage aux artisans d’intégration

Des bouchées africaines seront servies

Prestations musicales

RSVP: centreafrika@centreafrika.com

514 843-4019

Centre Africa_Invitation_lancement 25_05_2018

Angola : Anne Zingha, reine du Ndongo et du Matamba


Au XVIIe siècle, Anne Zingha règne sur les royaumes de l’actuel Angola et parvient à éviter la colonisation de son pays. Une icône angolaise et panafricaine de la résistance à l’impérialisme européen.

Njinga Mbandi, Nzinga Mbandi, Ana Nzinga, Anne Zingha… De nombreux noms sont attribués à la la reine reine du Ndongo et du Matamba qui régna au XVIIe siècle sur un territoire aussi vaste que l’actuel Angola. Une reine qui reste à ce jour un exemple de gouvernance féminine en Afrique.

À la mort de son père, le roi du Ndongo Ngola Mbandi Kiluanji en 1617, le frère d’Anne Zingha, Ngola Mbandi, le remplace à la tête du royaume. Peu charismatique, à l’inverse de son père, il est également moins intelligent que sa sœur. Ce dont il a conscience : en 1622, Ngola Mbandi envoie Anne Zingha à Luanda en émissaire, afin de négocier un traité de paix avec le gouverneur du Portugal. Lors de cet entretien, Anne Zingha s’impose comme une redoutable négociatrice et diplomate.

Voir l’article source :

angola-anne-zingha-reine-du-ndongo-et-du-matamba

Qu’est-ce qu’un leader?


Un leader, c’est une personne qui trouve le tour de nous convaincre, de nous engager, de nous rassembler autour d’un projet pour faire en sorte qu’il fonctionne. C’est quelqu’un qui mobilise, qui convainc, qui réussit… mais qui rate son coup aussi et qui en tire des leçons pour donner une chance à sa prochaine tentative d’être un succès.

Un texte de Gérald Fillion

Voir la suite de l’article :

quest-ce-quun-leader-gerald-fillion

Prix Pulitzer : la révolution Kendrick Lamar


À seulement 30 ans, Kendrick Lamar, avec son album « DAMN », se voit couronné du prix Pulitzer, qui n’a jamais récompensé un artiste de musique moderne. Une consécration pour le rappeur, qui raconte avec poésie les souffrances des jeunes Africains-Américains.

Nombreux sont les mélomanes à qualifier Kendrick Lamar de génie. Son album DAMN, sorti en 2017, lui vaut ce lundi 16 avril de remporter le prix Pulitzer de la musique. Une première dans l’histoire de ce prix et du hip-hop. Créée en 1943, la prestigieuse récompense américaine n’avait, jusque-là, été attribuée qu’à des albums de musique classique ou de jazz.

Mais le rappeur de Compton, dans le comté de Los Angeles, n’est pas un rappeur comme les autres. Après avoir gagné 12 Grammy Awards en 2016, le jury du Pulitzer lui offre désormais un prix pour une consécration incroyable.

Voir l’article source :

prix-pulitzer-la-revolution-kendrick-lamar

Le classement des artistes africains les mieux cotés


Classer des artistes ? Quelle idée ! Et pourtant, le marché de l’art n’est pas, tant s’en faut, un monde où l’on vit d’amour et d’aquarelle fraîche.

Les artistes sont aujourd’hui, souvent, des entrepreneurs qui savent bien comment une cote se construit et s’entretient. Pas de recette pour autant – cela se saurait –, et le talent reste une donnée fondamentale. Chaque année, l’Africa Art Market Report, lancé par le marchand d’art Jean-Philippe Aka, propose une approche chiffrée du marché de l’art africain, moderne et contemporain. Nous en avons extrait ces trois classements.

Voir l’article source :

marche-de-lart-le-classement-des-artistes-africains-les-mieux-cotes