4 raisons de suivre une formation continue


Elle complète votre formation initiale et booste votre CV. Découvrez 4 bonnes raisons de suivre une formation continue.

Les logiciels de votre entreprise évoluent ? Vous ne parlez pas anglais ? Vous ne savez pas tweeter ? Il est temps de se digitaliser et de se former. Ce processus d’apprentissage est l’un des meilleurs moyens pour adapter et entretenir ses compétences professionnelles afin de répondre aux attentes du marché du travail.

Jeunes adultes, salariés ou demandeurs d’emploi… A travers une formation continue, les personnes déjà dans la vie active peuvent acquérir des savoir-faire et se perfectionner dans une activité professionnelle.

De plus, la formation continue peut agir comme un accélérateur de carrière et un levier non négligeable dans l’obtention d’un nouvel emploi. Elle peut vous apporter plus que vous ne le pensez, la preuve avec ces quatre temps !

Voir l’article source :

4-raisons-de-suivre-une-formation-continue

5 questions à Nackissa, la pro du batik récompensée au Top 10 de la mode ivoirienne


Entretien avec la créatrice de la marque de prêt-à-porter made in Abidjan, Nackissa, à l’occasion du Prix du mérite décerné par le Top 10 de la mode ivoirienne.

Nackissa Doumbia, 37 ans, s’est fait un nom dans le secteur de la mode abidjanaise il y a déjà une dizaine d’années. Sa signature ? Le batik, tissu séculaire d’Afrique de l’Ouest que la designeuse aux jolies locks se plaît à injecter dans des créations tendance afro pop, aussi vives que chic, entre héritage et contemporanéité.

Voir l’article source :

5-questions-a-nackissa-pro-batik-recompensee-top-10-de-mode-ivoirienne

Rebecca Cathline : la French tech se diversifie !


L’application Ma Coiffeuse afro cofondée par l’entrepreneure afro-caribéenne, Rebecca Cathline, vient de recevoir le label French Tech Diversité. Entretien et retour sur les raisons de son succès.

A 30 ans tout rond, Rebecca Cathline a réussi le tour de force de bousculer le marché des applications en France en lançant la première appli réservée aux salons de coiffures dédiés aux cheveux crépus et frisés. Forte de 50 000 utilisat.eur.rices depuis son lancement il y a un peu plus d’un an, Ma Coiffeuse Afro vient de recevoir le label French Tech diversité. Un prix remis par Mounir Mahjoubi, secrétaire d’état chargé du numérique. « Une belle reconnaissance envers tout le travail mené », concède la cofondatrice de cette start-up innovante hébergée à la Station F, à Paris (13e).

Voir l’article source :

rebecca-cathline-la-french-tech-se-diversifie

Deux créatrices kényanes à l’honneur de la Lagos Fashion Week


Les designeuses kényanes, Lulu Mutuli et Azra Walki, lauréates du tremplin Heineken Inspired Africa, auront l’honneur de présenter leurs créations à la Fashion Week de Lagos, qui se tiendra du 25 au 28 octobre.

Sélectionnées parmi 100 portfolios de stylistes venus du Kenya, d’Ouganda et de Tanzanie, les Kenyanes Lulu Mutuli, 24 ans – créatrice du label Amilo – et Azra Walki, 27 ans – fondatrice de la marque Za Azra – sont les heureuses gagnantes du concours Heineken Inspired Fashion. Pendant trois jours, les lauréates ont bénéficié d’un workshop organisé à Nairobi sous la houlette de Mark Van Iterson, directeur international du design chez Heineken – en collaboration avec la maison de la mode LEW basée à Amsterdam – pour penser leurs collections respectives.

Voir l’article source :

deux-creatrices-kenyanes-a-lhonneur-de-lagos-fashion-week

 

Faut-il préférer les chefferies de nos aïeux à des démocraties de pacotille ?


En septembre, toute l’Afrique, du moins celle qui croit en l’équité, était aux anges lorsque le pouvoir judiciaire kényan, usant des prérogatives que lui reconnaît la Constitution, a annulé l’élection présidentielle remportée par le président sortant, Uhuru Kenyatta.

C’était une grande première sur notre continent, où les élections sont toujours contestées. Et nous avions tous applaudi, malgré les propos indignes de Kenyatta – dont le prénom signifie « indépendance », en swahili – à l’égard des juges. Le fils de son père avait sans doute oublié les violences postélectorales durement réprimées par les forces de l’ordre – du désordre, plutôt – et qui ont coûté la vie à une trentaine de Kényans dont le seul tort était de croire en la démocratie.

Voir l’article source :

faut-il-preferer-les-chefferies-de-nos-aieux-a-des-democraties-de-pacotille