Statistiques


  • À Montréal, on vit de plus en plus seul

Statistiques-Canada, ayant échappé de justesse au couperet de l’ancien gouvernement conservateur et ravivé sous les libéraux de Justin Trudeau, nous arrive avec des nouvelles statistiques fort intéressantes.

***

342,000 personnes vivent seules dans un logement ou un condo et moins de 260,000 se retrouvent à deux dans la même catégorie statistique du ménage privé.

Par choix ou par obligation dans le cas des gens seuls?  Tout dépend si on parle des personnes âgées en santé qui ne veulent pas se retrouver en foyer ou des jeunes de plus en plus nombreux gars et filles qui préfèrent partager des moments ensemble avant de fonder une famille et de cohabiter.

Notons que 33% des jeunes (20-34 ans) n’ont pas encore quitté le nid familial.  Ce pourcentage atteint 50% à Toronto.

  • Et on se marie moins chez les plus jeunes

Dans la grande région de Montréal, chez les 25 à 29 ans on retrouve 23 mille couples mariés et 35 mille couples en union libre.

Difficile de tirer des conclusions à long terme puisque chez les 30 à 34 ans la situation change.

51 mille personnes sont mariées et 36 mille partagent leur vie sous le mode de l’union libre.

  • Au Québec, on peut parler 150 langues différentes à la maison

Notes tirées du tableau du Journal de Montréal réalisé à partir des données de Statistiques-Canada :

Le tableau québécois des 10 principales langues maternelles:

Le français                             6,164,250

L’anglais                                     656,555

L’arabe                                         169,690

L’espagnol                                  145,635

L’italien                                        104,610

Les langues créoles               56,990

Le mandarin                              43,690

Le grec                                         38,640

Le portugais                              36,765

Le roumain                                 35,840

Arrivent en onzième place les langues algonquiennes avec 33,140 personnes.

  • Et les langues africaines?

Pas très loin derrière.  Dans la catégorie des langues nigéro-congolaises, on retrouve 28,360 personnes qui peuvent échanger dans ces langues maternelles à la maison.  Les langues berbères suivent (20,835)  … et puis les chiffres deviennent plus petits…

Langues couchitiques (Est de l’Afrique) 1,125

Tigregna (Érythrée) 385

Les langues nilo-sahariennes 345

Afrikaans 125

Un tableau impressionnant tout de même du Québec d’aujourd’hui.

 

Vous aimez les chiffres?


La Côte d’Ivoire et le Cameroun sont pratiquement nez à nez quant à leur nombre d’habitants. On compte 23 millions 865 mille ivoirien(ne)s versus 23 millions 248 mille camerounais(e)s. Ces données, tirées de PopulationData.net, ont déjà un an.

Il est intéressant de constater que les villes du Caire (Egypte) et de Lagos (Nigéria) sont presqu’aussi peuplées que la Côte d’Ivoire ou le Cameroun. Les deux métropoles d’Égypte et du Nigéria comptent chacune près de 23 millions de citadins.

Combien y a-t-il de pays en Afrique? Tout le monde dit que c’est facile de répondre à la question mais si on y ajoute les territoires ? La réponse est 61.

1 milliard 209 millions de personnes y habitent.

Et les touristes?

Voici les 10 pays les plus peuplés de l’Afrique et le nombre de touristes qu’ils attirent.

Nombre d’habitants : en millions                             Nombre de touristes: en millions

Nigéria                                   193                                         0,6

Éthiopie                                   92                                          0,7

Égypte                                      92                                          9

RDCongo                                 87                                         0,2

Afrique du Sud                     56                                          9

Tanzanie                                  50                                         1,1

Kenya                                        46                                          1,1

Algérie                                      41                                          1,7

Soudan                                      40                                        0,6

Ouganda                                   37                                         1,2

Maroc                                         35                                          10

Et voici quelques exemples de pays moins populeux avec plein de touristes en proportion avec leur population :

Tunisie 11 millions                 5 millions de touristes

Botswana 2,3 millions         1,6 millions de touristes

Maurice 1,3 millions              1,2 millions de touristes

Ceci n’explique pas toujours cela… mais c’était pour le plaisir de jongler avec les chiffres et de discuter.

Yvan Asselin

Au Québec, l’affaire est chocolat


Cette expression typique québécoise s’inscrit dans la suite de l’affaire est tiguidou ou même de l’affaire est ketchup, signifiant que les choses ne peuvent pas mieux aller et justement, dans la grande région de Montréal (j’y inclus St-Hyacinthe) le chocolat fait vivre directement des centaines de personnes et certainement des milliers par le biais des impacts économiques.

Il suffit de jeter un œil sur les offres d’emplois des grands de ce monde présents dans la grande région de Montréal pour réaliser l’importance de ce secteur d’activité. Dans un pays sans cacaoyer, c’est quand même extraordinaire. Il y a bien entendu les grands de ce monde, les Barry Callebaut et Hershey Canada, qui sont très présents mais il se développe actuellement tout un marché spécialisé autonome où des petites entreprises se gagnent la faveur des consommateurs. En voici un exemple : J’ai découvert virtuellement, par l’intermédiaire du journaliste retraité et toujours fin goûteur Paul Toutant,  la fabrique AVA NAA de Villeray. Cette entreprise importe directement ses fèves de cacao de l’Amérique centrale.  Quoi de mieux que de citer le site internet :

Nous sommes l’un des seuls au Québec à appliquer l’approche bean-to-bar : importer le cacao, le torréfier, le concasser, le concher (affiner le chocolat) , le tempérer…et sans compromis!

En passant, le nom de l’entreprise vient de l’Inuktitut qui signifie provenir du nord. Les fèves viennent du sud c’est certain mais la fondatrice une géologue convertit en spécialiste du cacao a vécu plusieurs années au Nunavut dans le grand nord canadien. L’entreprise est née d’un voyage qu’elle a effectué au Mexique. Aujourd’hui, elle fait directement affaire avec les cacaoteros. Si vous passez à Montréal, visitez la fabrique au 309 rue Gounod, Montréal


Ce qui m’inspire dans cette aventure de Catherine Goulet c’est son audace et son intuition pour ce marché en croissance des produits dont on connaît l’origine et le trajet jusqu’au comptoir où l’on découvre des saveurs nouvelles. Je séjourne régulièrement dans mon pays d’origine, le plus grand producteur de cacao au monde, et la découverte d’AVA NAA me fait voir autrement le marché potentiel de la première ressource naturelle de la Côte d’Ivoire. Soyez assurés que je visiterai la fabrique de la rue Gounod.  Mariam Sy Diawara.


 Yvan Asselin

Plus d’énergie propre en Côte d’Ivoire


La compagnie chinoise Sinohydro a mis en service l’une des quatre turbines du barrage hydroélectrique de Soubré en Côte d’Ivoire (cinq heures en auto d’Abidjan vers le nord-ouest). En appuyant symboliquement sur le bouton pour faire tourner la turbine, le premier ministre a rappelé que dans quelques mois, une fois les travaux complétés, la centrale produira 275 mégawatts.

L’ouvrage permettra d’augmenter de 45% la part des énergies renouvelables du pays. Plein d’autres projets hydroélectriques, solaires et éoliens sont à l’étude car la pression est forte.

La demande augmente de 10% par an et la population tolère de moins en moins l’augmentation du coût de l’énergie. A ce stade-ci l’énergie thermique représente encore 75% de la fourniture totale. Source : La Tribune, Afrique.

Yvan Asselin

Dakar : un pt’it train de banlieue deviendra un Express régional


À Dakar où quatre-vingt pour cent des habitants se déplacent à pied chaque jour faute de transports publics efficaces, la Banque Africaine de Développement investira 192 millions de dollars américains pour renforcer une ligne ferroviaire reliant la banlieue au centre-ville.

En deux ans, la vitesse moyenne passera de 20 à 60 kilomètres/heure. 113 mille passagers devraient utiliser ce service, soit cinq fois plus que le nombre actuel des usagers du pt’it train (source BAD).

Yvan Asselin