Littérature jeunesse : quatre histoires africaines à lire avant d’aller dormir


Malgré quelques clichés récurrents, les publications jeunesse consacrées à l’Afrique se réinventent : elles stimulent l’imagination tout en parlant de solidarité et de protection de l’environnement.

Il n’est jamais trop tôt pour plonger son nez dans les livres et ouvrir les yeux sur le monde qui nous entoure. En dépit des moments difficiles qu’il connaît, le secteur de l’édition continue, en France, de proposer une grande variété d’albums pour les plus petits. L’Afrique, merveilleux réservoir d’histoires, est toujours présente d’une manière ou d’une autre dans la production.

Voir l’article source :

Littérature jeunesse : quatre histoires africaines à lire avant d’aller dormir

Samuel Fosso, le photographe sous toutes ses facettes


Pour la première fois, l’artiste d’origine camerounaise bénéficie d’une importante rétrospective à la Maison européenne de la photographie de Paris. Laquelle démontre que ses multiples autoportraits sont tout sauf égocentriques.

Il est vous, il est nous, il est l’humanité. Caméléon empathique ne parlant de lui que pour mieux dire les autres, le photographe franco-camerounais Samuel Fosso bénéficie – enfin ! – d’une vaste rétrospective en France, à la Maison européenne de la photographie (MEP, Paris), jusqu’au 13 mars 2022.

Une occasion unique de (re)découvrir et de (mieux) comprendre une œuvre subtile et complexe. « L’exposition couvre son travail depuis ses débuts à la fin des années 1970 jusqu’à nos jours, explique la commissaire d’exposition Clothilde Morette.

L’approche est majoritairement sérielle et chronologique, en fonction des espaces que nous avons. Toutes ses séries sont représentées dans le parcours. »

Samuel Fosso est né à Kumba, au Cameroun, en 1962, et a d’abord vécu au Nigeria. Très jeune orphelin de mère, il est recueilli par sa grand-mère et son grand-père, guérisseur traditionnel, alors qu’éclate la guerre du Biafra.

À 10 ans, il rejoint la République centrafricaine, où il travaille un temps pour un oncle maternel cordonnier, avant de devenir apprenti chez un photographe.

À  13 ans, il ouvre son premier studio. « Avec Studio Photo Nationale, vous serez beau, chic, délicat et facile à reconnaître », proclamait alors une publicité maison.

Voir l’article source :

Samuel Fosso, le photographe sous toutes ses facettes

Une œuvre d’art africaine dans l’espace


En décembre 2022, une fusée Ariane V lancée depuis Kourou emportera dans l’espace l’œuvre d’un(e) artiste africain(e)… et un satellite de météorologie. Sélection finale le 27 novembre à Rabat.

Mieux que Jeff Bezos, Richard Branson et Elon Musk réunis ! En 2022, ce n’est pas un milliardaire aventureux qui voyagera dans l’espace, mais bel et bien une œuvre d’art africaine.

Après quelques tentatives infructueuses, en Zambie ou en République démocratique du Congo, le continent pourra enfin s’enorgueillir d’avoir hissé ses plus belles couleurs au-delà de l’atmosphère !

Et non, nous ne sommes pas le premier avril : cette idée, saugrenue s’il en est, d’envoyer une œuvre d’art dans l’espace a bel et bien germé dans l’esprit des dirigeants d’African Artist for Development (AAD), en partenariat avec Eumetsat, l’organisation européenne pour l’exploitation des satellites météorologiques.

Voir l’article source :

Une œuvre d’art africaine dans l’espace

L’art contemporain africain s’offre en beaux livres


Comment faire un beau livre sur les artistes africains modernes et contemporains qui ont marqué et continuent de marquer l’histoire de l’art ? La question peut paraître anodine, la réponse est loin d’être évidente. Si l’on prend le temps d’y réfléchir quelques minutes, la notion même de classement relève du pur casse-tête.

Ranger les artistes en fonction de leur origine nationale et les enfermer, encore une fois, dans des frontières déterminées par l’histoire coloniale ? Diviser le continent en deux – Afrique du Nord et Afrique subsaharienne – en oubliant que le désert fut aussi un lieu de riches échanges ?

Choisir des thématiques ou des techniques qui rassemblent les uns et les autres en oubliant que les plasticiens contemporains aiment à varier les plaisirs ? Opter pour un ordre chronologique montrant les évolutions, avec le temps, des approches ?

Voir l’article source :

L’art contemporain africain s’offre en beaux livres

Voir également :

Après le Covid, l’art contemporain africain revient en force

 

 

 

 

L’héritage de Senghor est un cadeau pour l’humanité


Le 20 décembre 2001, disparaissait Léopold Sédar Senghor, premier chef d’État du Sénégal. Vingt ans plus tard, à l’heure où son compatriote Mohamed Mbougar Sarr est célébré par le gotha littéraire mondial, l’œuvre du grand poète et écrivain qui a fait rayonner la langue française, la négritude et l’humanisme reste d’une brûlante actualité. Moustapha Niasse et Jean-François Mbaye lui rendent hommage.

Il y a vingt ans, le premier président du Sénégal tirait sa révérence, après deux décennies passées à la tête de l’État. Pendant sa longue mandature, il a réussi l’exploit d’imposer son pays sur la carte de la planète, ainsi que la culture africaine, dans les cercles littéraires et artistiques.

Voir l’article source :

L’héritage de Senghor est un cadeau pour l’humanité

Voir également :

Senghor, Hassan II, Ben Ali, Compaoré, Wade, Gbagbo, Ouattara… BBY et les chefs d’État africains

À Paris, la foire d’art contemporain africain AKAA explore le temps


Il est devenu difficile de parler de rendez-vous d’art, de scènes, de spectacles… sans évoquer le Covid-19. Et la sixième édition de la foire AKAA (Also known as Africa), qui a lieu au Carreau du Temple, du 11 au 14 novembre, en est une nouvelle preuve.

D’abord parce qu’en 2020, le confinement lui a volé la vedette deux semaines avant d’entrer en scène. Mais aussi parce que cette année, elle a tenté le coup en dépit du risque de faire face au même destin, et a réussi son pari. Trente-quatre galeries ont fait le déplacement, six n’ont pas pu passer les frontières.

Alors l’édition propose un format hybride, entre présentiel et digital, bien dans l’air du temps.

Voir l’article source :

À Paris, la foire d’art contemporain africain AKAA explore le temps

 

 

Restitutions : quand l’Europe tarde à lâcher son butin


La majorité des anciennes puissances coloniales privilégient aujourd’hui une approche au cas par cas, objet par objet.

Concrètement, cela suppose de mener des enquêtes sur l’origine de dizaines de milliers de pièces afin de déterminer leur modalité d’acquisition (butins de guerre, pillages, vols, dons, trocs).

Une gageure, à la fois archéologique et historique, d’autant plus que dans de nombreux cas, les œuvres sont passées de mains en mains, du soldat colonial au marin en passant par les héritiers et les collectionneurs privés avant d’arriver dans les réserves des musées où, aujourd’hui encore, les inventaires sont loin d’être exhaustifs.

Voir l’article source :

Quand l’Europe tarde à lâcher son butin

Voir également ;

Bénin : après la réception des 26 œuvres, fierté et unité nationale

RDC-Congo : comment la rumba a fait chavirer l’Unesco


Cinq ans après la cubaine, la rumba congolaise a fait son entrée au patrimoine culturel immatériel de l’Unesco. Un projet porté par Kinshasa et Brazzaville, qui n’ont pas ménagé leurs efforts.

En juin 2019, peu avant sa mort, Fumu Fylla, alors président du Comité rumba du Congo, déclarait : « Le rythme de la rumba congolaise est la cadence même du fleuve Congo, avec ses secousses vertigineuses, avec ses élans impétueux et fusionnels. » C’était lors d’une réunion des comités scientifiques des deux Congos chargés d’élaborer le plaidoyer pour l’inscription de leur rumba sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

Voir l’article source :

RDC-Congo : comment la rumba a fait chavirer l’Unesco

Voir également :

La rumba à l’Unesco : un pas en avant pour la politique congolaise ?

 

Mafé, couscous, tieboudiène… Ces plats qui font la fierté de l’Afrique


Poulet DG, mafé, couscous, tieboudiène ou ndolè… À défaut de prétendre incarner une haute gastronomie africaine, chacun de ces plats, de la Méditerranée à l’Afrique centrale, est d’ores et déjà certain de demeurer dans l’histoire de la cuisine traditionnelle. Tout comme il peut s’enorgueillir d’avoir planté ses graines sur tous les continents, au gré des migrations. En Afrique, cette grammaire culinaire fait désormais figure d’espéranto.

Ces recettes ancestrales élèvent la nourriture au rang d’art de vivre.

Voir l’article source :

Ces plats qui font la fierté de l’Afrique

En Afrique, la Suisse passe à la vitesse supérieure


Décidé à resserrer les liens avec le continent pour profiter de ses possibilités, Berne a défini une nouvelle stratégie subsaharienne – et des zone prioritaires – pour les trois années à venir.

Si les liens entre Berne et le continent sont anciens, l’année 2021 est celle du coup d’accélérateur. La stratégie helvétique est maintenant clairement dévoilée et ses partenaires prioritaires précisément identifiés.

Voir l’article source :

En Afrique, la Suisse passe à la vitesse supérieure

Ces Africaines qui bousculent la science


La pandémie de coronavirus a souligné la nécessité de mener des programmes de recherche sur le continent. Et parce que de plus en plus de femmes africaines se lancent dans des carrières scientifiques, Jeune Afrique a voulu mettre en avant cinq d’entre elles, parmi les lauréates du prix L’Oréal-Unesco pour les femmes et la science en Afrique.

Voir l’article source :

Ces Africaines qui bousculent la science

La Côte d’Ivoire va devenir un producteur de pétrole important en 2023


Le président ivoirien Alassane Ouattara a affirmé vendredi que son pays allait devenir un producteur «important» de pétrole à partir de 2023, après la découverte en septembre d’hydrocarbures qui seront exploités par la société italienne Eni.

«L’exploitation va commencer dans les mois qui viennent. A partir de 2023-2024 la Côte d’Ivoire sera un producteur de pétrole à un niveau important», a déclaré le chef de l’Etat à l’occasion de la signature d’accords avec le géant pétrolier italien.

Saluant la rapidité avec laquelle le gouvernement ivoirien a donné son feu vert, le PDG d’Eni, Claudio Descalzi, a confirmé que «la première production de ce champ» aura lieu en 2023.

La Côte d’Ivoire avait annoncé en septembre dernier la «découverte majeure» de pétrole et de gaz naturel au large de ses côtes à l’est du pays.

Voir l’article source :

La Côte d’Ivoire va devenir un producteur de pétrole « important » en 2023

Décès de Pierre Rabhi, pionnier de l’agroécologie


Il a marqué de son empreinte la pensée écologiste et était une référence pour de nombreuses personnalités : Pierre Rabhi, pionnier de l’agroécologie, est décédé le 4 décembre à l’âge de 83 ans.

Auteur notamment de « Vers la sobriété heureuse », plaidoyer sur la « joie de vivre dans la simplicité », vendu à plus de 460 000 exemplaires, ce militant de la cause écologiste est mort samedi des suites d’une hémorragie cérébrale, a indiqué à l’AFP son fils, Vianney.

Voir l’article source :

Décès de Pierre Rabhi, pionnier de l’agroécologie

Panthéonisation de Joséphine Baker : la lutte contre le racisme se conjugue toujours au présent


Femme, noire, artiste et résistante, Joséphine Baker entre au Panthéon ce 30 novembre. Le couronnement de cette Africaine-Américaine d’origine, qui réprouvait toutes les idéologies de la haine, ne doit pas nous faire oublier que son combat reste d’actualité.

Une panthéonisation est un acte symbolique qui enrichit nos représentations collectives. Et le symbole est ici fort : née aux États-Unis, Joséphine Baker fut une artiste qui fit de la France sa patrie d’adoption jusqu’à en devenir le visage de ses Années folles, elle s’engagea contre le nazisme et la collaboration en rejoignant dès 1940 la Résistance,  elle combattit le racisme ici et dans son pays de naissance – elle fut la seule française à prononcer un discours lors de la marche de Washington du 28 août 1963 durant laquelle Martin Luther King prononça son fameux « I have a dream » – et elle incarna le rêve d’une humanité rassemblée en adoptant des enfants qui formèrent une « famille arc-en-ciel » venue des quatre coins du monde.

Panthéonisation de Joséphine Baker

Mamadou Coulibaly, le fabuleux destin d’un Sénégalais sans-abri devenu footballeur en Italie


Arrivé clandestinement en Europe en 2015, Mamadou Coulibaly évolue aujourd’hui en Série A et fait partie de l’élite du foot italien. Un parcours hors du commun, qu’il a raconté à « Jeune Afrique ».

Il y a encore six ans, Mamadou Coulibaly errait clandestinement en Italie. Le Sénégalais, issu de la classe moyenne, venait de quitter son pays au péril de sa vie. Il n’avait que 16 ans. Après de longs mois passés dans la clandestinité, il est aujourd’hui footballeur professionnel de Série A italienne, à la Salernitana, où il a été prêté par l’Udinese.

Voir l’article source :

Le fabuleux destin d’un Sénégalais sans-abri devenu footballeur en Italie

Musique : le festival Oasis, club cinq étoiles


L’Oasis Festival s’impose comme le nouveau fief des hipsters au Maroc. Sur un modèle international, pour une jeunesse friande d’électro, de strass et de paillettes.

On se croirait au Berghain, le temple de la techno berlinoise. Pourtant, c’est bel et bien sur la route de Marrakech, à quelques kilomètres de la zone touristique Agdal, que s’est tenue la 4e édition du festival électro Oasis. Dans la luxueuse enceinte du Fellah Hotel, le décor fait rapidement oublier Berlin.

Des palmiers rythment les allées longeant les douze villas et mènent aux trois scènes. Des sculptures de dromadaire s’érigent au-dessus des bars à bière, un souk aménagé pour l’occasion accueille les amateurs de chichas et autres bebouch (escargots locaux), pendant que les voyantes berbères lisent les lignes de la main sur fond de BPM enlevé.

Voir l’article source :

Musique : le festival Oasis, club cinq étoiles

Mort de Virgil Abloh, un styliste tourné vers la jeune génération


Le directeur artistique de Louis Vuitton a été emporté par un cancer dimanche 28 novembre, à l’âge de 41 ans. De nombreuses personnalités ont salué son « génie visionnaire ».

Il se battait contre un cancer d’une forme rare depuis deux ans. Virgil Abloh est décédé à l’âge de 41 ans en laissant derrière lui une femme, Shannon, et deux enfants, Lowe et Grey. Et une vision de la mode qui a su redéfinir les contours d’une industrie proprette et bourgeoise. Ce fils d’immigrés ghanéens installé à Chicago s’est construit un rêve américain sur-mesure. En 2018, il devient le premier styliste africain-américain et l’un des rares designers noirs à prendre la direction artistique d’une maison de luxe, celle de Louis Vuitton. « Nous sommes tous choqués par cette terrible nouvelle, a déclaré Bernard Arnault, PDG de la société mère de Louis Vuitton, dans un communiqué. Virgil n’était pas seulement un designer de génie, un visionnaire, c’était aussi un homme avec une belle âme et une grande sagesse. »

Voir l’article source :

Mort de Virgil Abloh, un styliste tourné vers la jeune génération

Voir également :

Virgil Abloh, le créateur tout-puissant de Louis Vuitton

ainsi que :

Manifeste pour une industrie du luxe « made in Africa »

 

Information


Africa Web Festival à Abidjan (Côte d’Ivoire) et La Maison de l’Afrique Montréal, tiennent à féliciter madame Gracia Kasoki Katahwa, du Parti Projet Montréal, pour sa brillante victoire à la Mairie de l’Arrondissement Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce (Montréal) , lors des élections municipales du 7 novembre 2021 dans la province du Québec.

Infirmière gestionnaire, et infirmière clinicienne de formation, membre du Conseil d’administration, et administratrice sur l’île de Montréal, dont le mandat prendra fin en 2024, de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ), Gracia Kasoki Katahwa, est aussi très impliquée et engagée dans la communauté africaine du Canada.

Elle a été présidente du Réseau des entrepreneurs et professionnels africains (REPAF) de 2015 à 2017. Soulignons, qu’elle est aussi une collaboratrice assidue de la Maison de l’Afrique Montréal. Elle a participé à l’édition 2017 à Abidjan (Côte d’Ivoire) d’Africa Web Festival. Les thématiques de cette édition étaient : La créativité numérique à l’africaine, à travers ses acteurs influents et les industries qu’elle révolutionne.

-L’innovation en termes d’outils ou de pratiques.

-L’entrepreneuriat pour découvrir les « success stories » entrepreneuriales du digital africain et les secteurs porteurs d’opportunités.

Gracia Kasoki Katahwa, marquera désormais l’histoire, en devenant la première afro-descendante élue dans une métropole québécoise.

Africa Web Festival, et La Maison de l’Afrique Montréal, tiennent aussi à féliciter, et à renouveler toutes leurs amitiés à la Mairesse de Montréal, madame Valérie Plante, réélue pour un second mandat de 4 ans à l’Hôtel de ville de Montréal.

#AWF2021

Le Goncourt 2021 décerné à « la Plus Secrète Mémoire des hommes » de Mohamed Mbougar Sarr


Consacré en cette rentrée littéraire, cent ans après le prix Goncourt de René Maran, « La plus secrète mémoire des hommes », le nouveau roman de l’auteur sénégalais, est un superbe éloge de l’existence.

Il y a une douce ironie dans le sacre littéraire et médiatique du jeune sénégalais Mohamed Mbougar Sarr (31 ans) qui vient de remporter le prix Goncourt 2021, la plus prestigieuse récompense littéraire française. Son nouvel opus est en effet tout entier construit autour d’une tragique histoire restée dans les annales : la fascinante trajectoire de l’écrivain malien Yambo Ouologuem, prix Renaudot en 1968 pour Le Devoir de violence, avant que des accusations de plagiat ne viennent entraver une carrière extrêmement prometteuse dans le monde des lettres et ne le poussent à s’effacer de la scène jusqu’à sa mort, le 14 octobre 2017, à Sévaré.

Voir l’article source :

Le Goncourt 2021 décerné à de Mohamed Mbougar Sarr

Voir également :

Mohamed Mbougar Sarr : « Lire apporte un surplus de vision politique »

ainsi que :

Les rêves volés de la jeunesse africaine, par Mohamed Mbougar Sarr

et :

L’émancipation par la littérature

Fespaco : le Somalien Ahmed Khadar remporte l’Étalon d’or


Le réalisateur somalien Ahmed Khadar a remporté samedi 23 octobre l’Étalon d’Or de Yennenga du 27e Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) pour son premier long-métrage, « La femme du fossoyeur ».

Le jeune réalisateur de 40 ans, également de nationalité finlandaise et dont le film est tourné à Djibouti en version originale somali, n’a pas pris part à la cérémonie de clôture du festival dans la capitale burkinabè.

Le président du jury qui lui a décerné le prix, le Mauritanien Abderrahmane Sissako, a déclaré que « pour tout cinéaste africain c’est le plus beau prix qu’on puisse avoir, c’est toute une fierté ».

Voir l’article source :

Fespaco : le Somalien Ahmed Khadar remporte l’Étalon d’or

Fespaco et El Gouna : deux festivals de cinéma pour l’Afrique


Entre le 16 et le 23 octobre, ce n’est pas un mais deux festivals de cinéma qui se tiennent sur le continent, au Burkina Faso et en Égypte : le Fespaco à Ouagadougou et le festival du film à El Gouna.

C’est à la fois une bonne nouvelle et une mauvaise nouvelle : après presque deux années plombées par la pandémie de Covid-19, le temps est enfin revenu des festivals de cinéma sur le continent. Petit bémol néanmoins, les changements de programmation provoqués par la crise sanitaire font que deux des principaux événements consacrés au 7ème art se déroulent exactement en même temps.

Voir l’article source :

Fespaco et El Gouna : deux festivals de cinéma pour l’Afrique

Fespaco 2021: 17 films en compétition pour le grand prix


Dix-sept films seront en compétition pour le grand prix du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco), le plus grand rendez-vous du cinéma africain qui se déroulera du 16 au 23 octobre dans la capitale burkinabè, ont annoncé jeudi les organisateurs.

Initialement prévue du 27 février au 6 mars, l’édition 2021 du Fespaco a été repoussée en octobre en raison de la pandémie de coronavirus dont une deuxième vague frappait le pays.

Sur 1.132 films inscrits, 17 ont été retenus dans la catégorie long métrage de fiction, pour concourir pour la récompense suprême, l’Etalon d’or du Yénnenga, a déclaré lors d’une cérémonie de présentation des œuvres sélectionnées, le délégué général du Fespaco, Alex Moussa Sawadogo.

Les réalisateurs des 17 films en lice sont issus de 15 pays du continent, avec deux Egyptiens et un Burkinabè notamment.

Les autres sont originaires du Sénégal, de l’Angola, du Cameroun, du Nigeria, de la Tanzanie, de la Somalie, de la Côte d’Ivoire, du Tchad, du Rwanda, du Maroc, de la Namibie, du Lesotho et de la Tunisie. Enfin, un film haïtien a également été retenu.

Voir l’article source :

Fespaco 2021: 17 films en compétition pour le grand prix

Voir également :

Burkina Faso : le Fespaco, enfin !

 

Le prix Nobel de littérature 2021 attribué au romancier tanzanien Abdulrazak Gurnah


Né en 1948 à Zanzibar, il est arrivé comme réfugié au Royaume-Uni en 1968. Professeur d’anglais et de littérature post-coloniale à l’Université du Kent, à Canterbury, il a écrit dix romans et plusieurs nouvelles, en anglais mais aussi en swahili, sa langue maternelle. Son roman Paradise a été finaliste du Booker Prize en 1994 (sorti en France sous le titre Paradis, publié d’abord chez Denoël en 1997 puis au Serpent à plume en 1999, traduit par Anne-Cécile Padoux). Il aussi été finaliste du Los Angeles Times Book Prize (2005) et du Commonwealth Writers Prize (2006).

Son roman Près de la mer (Galaade, 2006), a été lauréat 2007 du prix RFI Témoin du monde. Galaade a aussi édité Adieu Zanzibar en 2009. Les deux livre sont été traduits par Sylvette Gleize. Tous ses livres sont indisponibles en France, notamment à cause de la faillite de Galaade en 2017.

Son dernier roman, Afterlives, est paru chez Bloomsbury Publishing, sa maison d’édition britannique, en septembre 2020.

Gallimard Montréal

Voir l’article du Monde :

Le prix Nobel de littérature 2021 attribué au romancier tanzanien Abdulrazak Gurnah

50e édition du Festival du Nouveau Cinéma


Du 6 au 17 octobre 2021. En salle à Montréal.

Du 6 au 31 octobre 2021. En ligne

Le Festival du Nouveau Cinéma, une belle histoire qui dure depuis 50 ans…

Faire découvrir un cinéma audacieux et sans pareil, assurer le succès de films d’ici et d’ailleurs, révéler des auteurs comme Atom Egoyan, Marc-André Forcier, Souleymane Cissé, Zacharias Kunuk, Denis Villeneuve, Guy Maddin, Léa Pool, Jim Jarmusch, Jane Campion, Alfonso Cuaron, Wong Kar-wai, Wim Wenders, Abbas Kiarostami, Raymond Depardon… depuis plus de 40 ans, le Festival du nouveau cinéma assure sa mission avec bonheur et détermination.

Cette édition anniversaire verra également le lancement de la toute première édition d’un Marché de Coproductions International destiné aux projets de longs métrages et de Réalité virtuelle (VR). Le « Nouveau Marché », développé en collaboration avec le Festival du film de la Ville de Luxembourg (LUX FilmFest), se tiendra deux fois par an, à Montréal, au FNC, en octobre, et à Luxembourg en mars.

Voir le site :

Festival du Nouveau Cinéma

Festival International du Film black de Montréal


La Fondation Fabienne Colas – créatrice du plus grand festival du Films Black au Canada: le Festival du Film Black de Montréal, du très populaire Festival du Film Black de Toronto ainsi que du Festival du Film Black de Halifax – est fière et ravie d’annoncer que le mouvement de Festivals de Films Black s’étend à Ottawa, la capitale du Canada et la ville …

Voir le site :

Festival International du Film black de Montréal

Baisser de rideau sur la Saison Africa 2020


La Saison Africa2020, série d’expositions, de débats et de spectacles visant à “donner un point de vue africain sur le monde”, s’achève jeudi, après dix mois de programmation dans toute la France et plus de 4 millions de spectateurs malgré la pandémie de Covid-19

. Lancée en décembre dernier, la manifestation a été bousculée par la pandémie et les confinements “mais, paradoxalement, le fait que de nombreux événements aient été organisés en ligne a permis de toucher une audience dans le monde entier, et pas seulement en France”, s’est félicitée auprès de l’AFP la commissaire générale de l’exposition, N’Goné Fall.

Proposée par le président Emmanuel Macron dans son discours à la jeunesse africaine à Ouagadougou en 2017, la Saison Africa2020 a regroupé des participants de 54 pays du continent – artistes, chercheurs, économistes, scientifiques –, invités à débattre des enjeux majeurs du XXIe siècle.

Les divers spectacles, expositions ou conférences ont ainsi abordé des thèmes tels que l’engagement citoyen, la migration, l’urbanisme, l’éducation, le rapport au passé…

Une large place a également été accordée aux femmes, à leurs initiatives et à leurs projets. Au total, plus de 1 500 événements ont été organisés dans plus de 200 villes en France métropolitaine et outremer, mobilisant quelque 900 structures africaines et françaises.

“On a pu voir, écouter ce que les Africains avaient à dire sur l’état du monde actuel”, a estimé Mme Fall. “Il est encore trop tôt pour dire quel sera l’héritage laissé par cette saison mais, d’ores et déjà, tous les projets réalisés avec l’Éducation nationale et le fait d’avoir pu rendre visibles autant de femmes artistes, intellectuelles et scientifiques sont déjà une très grande victoire”, a-t-elle estimé.

 Par AFP

Commerce : comment Dubaï est devenu un tremplin pour l’Afrique


Les atouts de la ville émiratie séduisent de plus en plus d’entreprises internationales. En quelques années, la ville est parvenue à s’imposer comme un véritable hub vers le continent.

Du haut du 44e étage de la tour où est installé le siège de Phoenix Global, Eklavya Chandra embrasse du regard une vue à couper le souffle sur le littoral de Dubaï et sa centaine de gratte-ciel ayant poussé comme des champignons en une dizaine d’années de folies immobilières.

Phoenix Global, fondé en 2000 à Bangkok par Eklavya Chandra et trois autres associés indiens pour exporter du riz asiatique vers l’Afrique, a connu une croissance exponentielle ces dernières années.

Et décidé de s’installer à Dubaï en 2015, d’où il a diversifié ses activités vers d’autres produits agricoles dont le sucre, les céréales, les semences et les produits maraîchers.

Voir l’article source :

Dubai Afrique

 

Expo 2020 Dubaï : « Nous devons écouter ce que l’Afrique a à dire d’elle-même »


Alors que Dubaï s’apprête à organiser l’Exposition universelle 2020, repoussée en raison de la pandémie, Reem Al Hashimy, ministre émiratie de la Coopération internationale, a reçu JA pour évoquer l’événement et la place qu’y tient l’Afrique.

Après un report l’année dernière en raison de la crise liée au Covid-19, l’Expo 2020 Dubaï s’ouvre le 1er octobre sous le slogan : « Connecter les esprits, construire le futur ». Tout un symbole pour cette zone du monde où rien ne semble impossible.

Voir l’article source :

« Nous devons écouter ce que l’Afrique a à dire d’elle-même »

Thomas Sankara : derniers instants, derniers témoins, derniers secrets…


Le 15 octobre 1987, le leader de la révolution burkinabè était assassiné. Deux ans plus tard, Sennen Andriamirado, rédacteur en chef de Jeune Afrique et intime de l’ex-chef de l’État, publiait « Il s’appelait Sankara ».

Voici ici reproduit le récit de la dernière journée du président du Faso sous la plume de notre confrère disparu en 1997.

Voir l’article source :

Thomas Sankara : derniers instants, derniers témoins, derniers secrets…

 

 

 

 

 

 

 

Ressources naturelles : comment éviter une nouvelle « ruée vers l’Afrique »


Une nouvelle course vers les ressources naturelles du continent s’annonce, à l’orée des transitions énergétiques et numériques en cours. Aussi, un autre mode de gouvernance mondiale s’impose.

Les ressources naturelles, qu’elles proviennent de l’eau, de la terre, du sous-sol ou de l’air, doivent être considérées comme des biens communs, destinés à être partagés par tous.

Cela signifie que leurs mécanismes de gouvernance doivent être harmonisés à tous les niveaux – local, national, régional et mondial – pour garantir une exploitation durable, respectueuse de l’environnement et des personnes qui en dépendent. Mais cela s’est avéré très complexe.

Voir l’article source :

Comment éviter une nouvelle « ruée vers l’Afrique »

Ces Africains qui resteront dans l’histoire des Jeux olympiques


Dans Les histoires insolites des Jeux olympiques de l’Antiquité aux Jeux de Rio 2016, paru en 2020 aux Éditions Amphora, Luciano Wernicke raconte plus de 400 histoires olympiques.

On se souvient notamment de celle de l’athlète noir américain Cornelius Johnson, champion du saut en hauteur (2,03m), qu’Hitler refusa de saluer aux Jeux de Berlin en 1936 et à celle du boxeur Mohammed Ali, victime de racisme même après avoir gagné une médaille d’or lors des Jeux de Rome en 1960.

Mais nombre d’athlètes africains ont aussi été les héros de grands moments des Olympiades. Histoires marquantes, tragiques, hilarantes ou ridicules, bruit de couloirs ou indiscrétions jamais révélées…

Voir l’article source :

Ces Africains qui resteront dans l’histoire des Jeux olympiques

Citoyennes et citoyens aînés: Une communauté d’influenceurs_TCAIM


La Table de concertation des aînés de l’île de Montréal (TCAÎM) est fière de vous présenter la troisième mouture de son projet « citoyennes et citoyens aînés: Une communauté d’influenceurs », qui a pour finalité de faire valoir la participation citoyenne des aînés en vue de répondre aux objectifs du plan d’action municipal de la Ville de Montréal pour les personnes aînées 2018-2020 (reconduit pour 2021).  

La TCAÎM offre gratuitement une série d’ateliers d’information portant sur des enjeux municipaux tels que la démarche Municipalités Amies des aînés (MADA), le transport, le logement, les espaces extérieurs et bâtiments, la participation sociale et citoyenne, etc. 

Concrètement, le projet se décline en trois temps: 

  1. Formation d’une demi-journée sur les instances municipales et la participation citoyenne; 
  2. Une série d’ateliers, en formule « café-causerie », portant sur les réalités, enjeux et besoins spécifiques des éléments mentionnés au-dessus; 
  3. La participation à un débat électoral en lien avec les élections municipales qui se dérouleront le 7 novembre 2021. 

À la lumière de ce qui précède, j’attire votre attention pour mobiliser de citoyennes et de citoyens qui désirent participer à cette une série d’ateliers d’information. À l’aide d’une variété d’éléments didactiques, vous serez mieux outillé pour influencer ceux et celles qui prennent les décisions politiques qui vous concernent. 

Je profite de l’occasion pour vous inviter à diffuser le dépliant publicitaire à vos membres, vos partenaires du milieu communautaire ainsi que dans vos divers réseaux sociaux. Vous le trouverez ci-joint.  

L’inscription est obligatoire.  

La série d’ateliers d’information commence le 15 SEPTEMBRE 2021. 

La confirmation de votre présence serait vivement appréciée avant cette date. 

Pour de plus amples renseignements, n’hésitez pas à me joindre au (514) 261-5940
ou m’écrire à catherine.bradette@umontreal.ca     

Voir l’affiche :

Affiche_Aines_Influenceur_TCAIM

Catherine Bradette,

Candidate à la maîtrise en anthropologie (UdeM)

Auxiliaire d’enseignement Vieillesse, cultures et sociétés

Personne-ressource Soutien à domicile des personnes âgées

Personne-ressource Introduction à la gérontologie

Membre étudiante du CELAT, du CIRRIS (ULaval) et du LABRRI (UdeM)

Formation professionnelle pour les communautés afro-descendantes


22 octobre 2021

Il reste 2 semaines pour vous inscrire à la journée de formation de Vues d’Afrique sur le rôle du producteur!

Vous visez une carrière en production audiovisuelle comme productrice, producteur, ou en direction de production, comptabilité de production, administration? Vous êtes cinéaste désireux de mieux comprendre les rouages de la production? Vous souhaitez créer une maison de production ou mieux structurer une entreprise existante?

Vues d’Afrique offre une activité de formation gratuite, avec l’appui de Téléfilm Canada, en vue de contribuer à une meilleure intégration de professionnels et professionnelles issus des communautés africaines et créoles dans le milieu de la production audiovisuelle au Québec. La journée de formation est prévue en présentiel, le 22 octobre 2021.

La formation portera sur les multiples aspects du rôle du producteur / de la productrice et de son équipe. Les ateliers, animés par des producteurs chevronnés membres de l’Association québécoise de la production médiatique, porteront sur les multiples aspects du travail du producteur / de la productrice et de son équipe, du développement de projet à la diffusion, la promotion et la distribution, en passant par le créatif, le financier et le légal, pour le cinéma, la télévision et le numérique. La formation peut intéresser des professionnels de tous les niveaux d’expérience.

Les candidat-es sont invité-es à envoyer leur cv et un paragraphe sur leurs attentes avant le 27 septembre à secretariat@vuesdafrique.org . Les candidatures retenues seront annoncées fin septembre 2021.

Veuillez trouver ci-joint le formulaire d’inscription.

Formulaire_dinscription_pour_formation_production

Au plaisir !

Mariama Fofana

Responsable administrative

Statut consultatif auprès de la Francophonie

secretariat@vuesdafrique.org

100, rue Sherbrooke Est, bureau 3100

Montréal (Québec) H2X 1C3

Tél.: 514-284-3322 poste 221

www.vuesdafrique.org

 Suivez-nous sur:  

Youtube

Sincères condoléances


C’est avec une immense tristesse, que nous avons appris la disparition de monsieur Sylvain Cariotte , le père de notre sœur  Cathia Cariotte, survenue le 24 août 2021 à Rivière-des-Prairies, au Québec . Toute l’équipe de la Maison de l’Afrique Mandingo à Montréal (Canada) ainsi que celle de Africa Web Festival à Abidjan (Côte d’Ivoire) dont Cathia, est une précieuse collaboratrice, présentent ses sincères condoléances à toute la famille Cariotte, ainsi qu’à leurs proches et à leurs connaissances. Que son âme, repose en paix auprès de son créateur et de ses ancêtres. Du courage dans l’épreuve. Yako Cathia.

Consommation : le marché du luxe conforte son expansion en Afrique


L’émergence d’une classe aisée en Afrique subsaharienne fait le bonheur des enseignes haut de gamme, bien décidées à combler les envies de faste de cette clientèle exigeante.

Ces dernières années, l’Afrique subsaharienne se laisse doucement séduire par les produits de luxe, voire d’hyper-luxe. De la haute joaillerie au prêt‑à-porter en passant par la haute horlogerie, la parfumerie, les vins et spiritueux ou encore les bolides dernier cri, les enseignes internationales les plus prestigieuses comptent désormais sur une clientèle africaine dont le train de vie et les revenus donnent le tournis : 145 000 d’entre eux disposent d’actifs s’élevant à 1 million de dollars minimum (environ 850 000 euros).

Voir l’article source :

Le marché du luxe conforte son expansion en Afrique

Air Sénégal met le cap sur New York et Washington pour mieux bâtir son « hub aérien sous-régional »


Air Sénégal vient d’inaugurer sa première liaison Dakar-New York, aux Etats-Unis dans la nuit du mercredi 1er au jeudi 2 septembre 2021. Un évènement important pour la forte communauté sénégalaise vivant au pays de l’Oncle Sam et qui va contribuer à faire de Dakar «un hub aérien sous-régional».

Air Sénégal poursuit son développement et son déploiement à l’international. La compagnie vient d’ajouter New York à ses destinations avec le lancement de la liaison Dakar-New-York. Un Airbus A330 néo de la jeune compagnie sénégalaise, lancée en 2018, a relié dans la nuit du mercredi à jeudi les deux villes. Outre Dakar-New York, Air Sénégal va également relier, à partir de ce jeudi 2 septembre, la capitale sénégalaise à Washington DC-Aéroport de Washington-Baltimore International (BWI).

Voir l’article source :

Air Sénégal met le cap sur New York et Washington pour mieux bâtir son « hub aérien sous-régional »

 

Appel à comité de sélection 2022 de Vues d’Afrique


Le 38e Festival international de cinéma Vues d’Afrique prendra place à Montréal du 26 mars au 1er avril ligne et du 1er au 10 avril 2022 en salle.

Le Festival international de cinéma Vues d’Afrique projette chaque année plus de 100 films portant sur l’Afrique, les pays créoles et leurs diasporas.

Vues d’Afrique favorise la diversité culturelle et le rapprochement entre les personnes de toutes origines et les pays africains et créoles.

Comme chaque année, Vues d’Afrique fait appel à des professionnels et amoureux de cinéma Africain et créole pour sa sélection.

Chaque comité sera composé d’environ 5 à 7 personnes.

Si faire partie de cette aventure vous intéresse, vous êtes les bienvenus.

 CATÉGORIES COMPÉTITIVES

Les films sélectionnés pour la compétition et répondants aux critères de sélection pourront ainsi concourir dans l’une des catégories suivantes :

●     Fiction Internationale (long métrage, moyen métrage et court métrage)

●     Documentaire International (long métrage, moyen métrage et court métrage)

●     Série TV et web, et Animation

●     Regards d’ici (Films canadiens et québécois) – Fiction et documentaire (long métrage, moyen métrage et court métrage)

●     Droits de la personne (catégorie transversale)

●     Développement Durable (catégorie transversale)

●     Agir pour l’égalité (catégorie transversale)

●     Regards sur la relève (long métrage, moyen métrage et court métrage)

Conditions :

·       Avoir des connaissances dans le domaine du cinéma et ou avoir travaillé comme (enseignant, réalisateur, producteur, journaliste critique, …) 

·       Être motivé

·       Être disponible pour visualiser les films

·       Être disponible pour une réunion virtuelle de prise de contact et d’explication du mode de fonctionnement, 2 réunions virtuelles pour les délibérations

·       Afin que vous ne soyez pas surchargée une présélection sera effectué par l’équipe de programmation 

Déroulement :

Vous aurez la possibilité de choisir une ou deux catégories maximums.

Vous aurez également accès à une fiche Excel créée par nos soins sur le drive pour les liens de visionnement des films

Les visionnements commenceront en octobre 2021 et la délibération finale sera en janvier 2022.

Lien d’inscription de film 2022

Français : Inscription

Anglais : Inscription en anglais

À votre agenda:

38ème Festival international de cinéma Vues d’Afrique

26 mars au 1er avril en ligne et du 1er au 10 avril 2022 en salle.

Des questions :

gestion

programmation

Un premier président noir au Conseil des arts de Montréal


Entré en fonction le 1er septembre, Ben Marc Diendéré devient le 11e président du Conseil des arts de Montréal (CAM) et le premier Noir à occuper ce poste. Connu comme un leader se situant au confluent des secteurs des télécommunications, du transport et de l’agroalimentaire, le résident de Côte-des-Neiges compte parmi son réseau les milieux universitaire et associatif, des affaires et de la philanthropie.

Voir l’article source :

Un premier président noir au Conseil des arts de Montréal

Urbanisme : Mariam Kamara, l’architecte « made in Africa »


Façonnant ses projets entre le Niger, son pays natal, et les États-Unis, cette architecte défend une vision de l’urbanisme résolument pragmatique et innovante.

De petites escapades entre deux grands esprits. Depuis qu’ils forment le tandem « mentor et protégée » du programme Rolex de mentorat artistique 2018-2019, la Nigérienne Mariam Kamara et le Britannique d’origine ghanéenne Sir David Adjaye se voient régulièrement.

Les deux architectes veulent mieux appréhender leurs univers respectifs avant de plancher, pendant deux ans, sur leur projet commun : la construction d’un centre culturel à Niamey.

Voir l’article source :

Mariam Camara

Vive les villes ouest-africaines ! Et cap sur la vie de leurs habitants. Ceux d’aujourd’hui et ceux de demain. Travaillés au corps depuis des années par nombre d’élus, d’architectes et d’urbanistes locaux, les États et les collectivités territoriales ont enfin replacé les citadins au cœur des schémas directeurs, des plans de développement et des politiques territoriales.

Voir la série :

Afrique de l’Ouest : ces villes où il fait bon vivre

 

Le lancement du métro d’Abidjan se précise avec le démarrage des travaux de libération des emprises

Africa 2020


Initiée par Emmanuel Macron, le Président de la République française, la Saison Africa2020 (initialement prévue de juin à décembre 2020) se déroulera sur tout le territoire français (métropole et territoires ultra-marins) de début décembre 2020 à mi-juillet 2021.
Dédiée aux 54 États du continent africain, la Saison Africa2020 est un projet hors normes. Conçue autour des grands défis du 21ème siècle, elle présentera les points de vue de la société civile africaine du continent et de sa diaspora récente. Africa2020 sera la caisse de résonance de ces agents du changement qui impactent les sociétés contemporaines.

Un projet panafricain

Comment mettre à l’honneur un continent de plus de 30 millions de km2 et de plus d’un milliard deux cent millions d’habitants ? Pour relever le défi d’une Saison dédiée à l’Afrique et rassembler les sociétés africaines autour de dénominateurs communs, il fallait éviter le piège des nationalismes, des régionalismes, et de la promotion de groupes linguistiques et ethniques. 

L’Afrique est dépositaire d’une mémoire collective, le réceptacle de civilisations aux frontières mouvantes dont les gestes ont traversé les siècles.

Ce qui lie les populations du continent africain c’est la conscience de vivre sur le même territoire, d’appartenir à la même Histoire, d’être confrontées aux mêmes défis en terre africaine : l’accès à l’éducation et à la santé, le respect des droits humains, le droit à la libre circulation, à l’autodétermination et à l’émancipation économique.

Voir l’éditorial : Saison Africa 2020 Présentation

Voir la programmation : Saison Africa 2020

Festival Orientalys 2021 – Quai de l’horloge du Vieux-Port de Montréal du 19 au 22 août 2021


Le Festival Orientalys dévoilait récemment sa programmation, qui contient notamment plusieurs concerts extérieurs gratuits au Quai de l’horloge du Vieux-Port de Montréal, ainsi qu’une sélection de spectacles en mode virtuel.

Voici un aperçu de ce qu’on pourra y voir, et surtout entendre, du 19 au 22 août 2021 :

Programmation

A propos du Festival

Festival gratuit entièrement dédié à la rencontre des cultures orientales et occidentales, Orientalys célèbre une Montréal plurielle, avant-gardiste et ouverte à l’Autre. Durant l’été de chaque année, le Vieux-Port de Montréal vibre au rythme de fusions audacieuses et de spectacles inédits parcourant trois continents, du Maghreb à la Chine, en passant par l’Espagne, la Turquie, la Syrie, le Liban, l’Iran, le Cambodge, l’Inde, le Japon et bien d’autres pays d’Orient !

Spectacles, ateliers, animations, expositions et activités pour enfants et adultes sont au programme de chaque année… le tout autour d’une véritable Médina orientale!

Dans ce lieu de partage et d’échange, les festivaliers pourront déambuler au sein d’un espace singulier, retrouvant l’atmosphère des veillées sous une tente nomade, négociant un objet d’artisanat rare ou profitant des bienfaits de l’huile d’argan et du savon noir. Des kiosques de gastronomie et de pâtisseries aux saveurs exquises sauront satisfaire également les papilles des gourmands !

Le Festival Orientalys est conçu et produit par Alchimies, Créations et Cultures.

Amina Gerba, Fondatrice et Présidente du Forum Afrique Expansion, siégera au Sénat du Canada


Le Forum Afrique Expansion accueille avec gratitude et fierté cette nomination par le Premier ministre du Canada, le Très Honorable Justin Trudeau, pour occuper la prestigieuse fonction de Sénatrice et siéger à la Chambre Haute du parlement canadien. Cette distinction, annoncée ce 29 juillet 2021, est une reconnaissance du travail qu’Amina Gerba accomplit depuis près d’un quart de siècle pour le rapprochement entre les communautés du Canada, l’inclusion des minorités ou encore l’entreprenariat économique des femmes. À cela se rajoute un engagement permanent pour la promotion de la coopération internationale en vue d’une prospérité partagée en Afrique et le rayonnement du Canada dans le monde.

Voir l’article source :

Amina Gerba, Fondatrice et Présidente du Forum Afrique Expansion, siégera au Sénat du Canada

Voir le communiqué du bureau du Premier ministre  Communiqué

31e Festival international Présence autochtone à Montréal


Le 31e Festival international Présence autochtone se tiendra du 3 au 11 août

« La joie arrachée à la nuit »

Le Festival international Présence autochtone 2021, a dévoilé les grands éléments de programmation et propose une exploration de zones à risque, où se retrouvent les traces enfouies d’un passé immémorial qui ne s’est pas laissé effacer et où s’ouvrent, dans le brouillard du présent, les chemins d’un futur lumineux que les artistes laissent hardiment entrevoir. Guérisseur et guerrier, mémoire du passé et annonciateur des temps nouveaux, l’art autochtone vient se dresser fièrement dans la cité.

En 2021, s’annoncent :

  • 5 soirées mémorables sur la scène Québecor de la place des Festivals, pavoisée aux couleurs des nations premières.
  • Plus de 60 films en compétition pour l’obtention des convoitées Mattiusi.
  • Des expositions à La Guilde, au Quai des brumes et sur la rue Ste-Catherine.

PROGRAMMATION

Calendrier

Cinema

Concerts

Evenements

Arts visuels et médiatiques

Plan  : Carte

Appel de candidatures : programme général de subventions


Date limite: 1er septembre 2021
Disciplines artistiques : toutes

Le Programme général de subventions du Conseil des arts de Montréal vise à soutenir la création, la production, la diffusion de l’art et la mise en œuvre d’activités artistiques.

En permettant à différentes organisations artistiques du milieu des arts de bénéficier d’appuis financiers, ce programme contribue à l’accomplissement de leur mandat.

Il soutient l’excellence artistique et encourage le rayonnement de l’art, sous toutes ses formes, auprès de divers publics.

L’aide se décline en plusieurs volets :

► Soutien au projet pour les organismes
Mandats admissibles : tous

Ce volet s’adresse aux organismes artistiques montréalais afin de soutenir un projet de nature ponctuelle et non récurrente.

► Soutien au projet pour les collectifs
Mandats admissibles : recherche, création et production

Ce volet s’adresse aux collectifs artistiques montréalais afin de soutenir un projet de nature ponctuelle et non récurrente.

► Parrainage fiscal
Mandats admissibles : tous

Ce volet s’adresse aux organismes artistiques qui désirent obtenir du financement pour leurs activités tout en aidant le Conseil à trouver des fonds. Il permet de solliciter des dons auprès de fondations, d’entreprises et de particuliers.


Voir tous les détails :  Subventions


Conseil des arts de Montréal |

1210, rue Sherbrooke Est, Montréal, Québec H2L1L9, Canada

artsmontreal.org | artsmontreal@montreal.ca |

Tel : 514-280-3580

Une première gouverneure générale autochtone, « un choix historique »


La nomination de l’Inuk Mary Simon comme 30e gouverneure générale du Canada est accueillie avec fierté dans la sphère politique autochtone. Cependant, la « nature coloniale » de son rôle rend certains internautes perplexes.

Michèle Audette, ancienne commissaire de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées (ENFFADA) et conseillère à la réconciliation à l’Université Laval, a pu rencontrer Mme Simon à quelques reprises, notamment à l’Organisation des Nations unies.

Je pense que [le gouvernement a] fait un choix remarquable et historique, a-t-elle affirmé sur les ondes de RDI. Je suis rassurée de savoir qu’elle pourra continuer de parler de sa vérité et celle des premiers peuples.

L’Association des Femmes autochtones du Canada (AFAC) a réagi à l’annonce de cette nomination par communiqué.

En tant que femmes autochtones, nous sommes ravies de l’annonce d’aujourd’hui et fières qu’une femme inuk occupe enfin ce poste prestigieux, peut-on y lire.

Voir L’article source :

Une première gouverneure générale autochtone, « un choix historique »

Avis de décès


C’est avec une immense douleur, que nous avons appris la disparition le 16 juin dernier de notre sœur Chantale Nelson.

Personnalité très impliquée dans les activités socio-culturelles de Montréal, elle était une fidèle amie de la Maison de l’Afrique.

Toujours présente aux événements organisés dans nos enceintes, elle ne ratait aucune occasion, pour immortaliser à travers sa caméra ces moments de partage et de convivialité propre à la Maison de l’Afrique.

Photographe passionnée, travailleuse sociale, Chantale Nelson, est une femme de cœur appréciée de tous, tant pour sa jovialité, que pour sa générosité.

Elle laisse dans le deuil son conjoint Serge Lerus, et ses deux enfants Mélodie et Gregory.

La Maison de l’Afrique, présente ses condoléances à son conjoint et à ses enfants, ainsi qu’à sa famille en Guadeloupe, et ailleurs.

Que son âme, repose en paix auprès de son créateur et de ses ancêtres ». Yako.

 

Ons Jabeur : « Je veux donner une bonne image de l’Afrique, du monde arabe et de la Tunisie »


La Tunisienne a remporté le 20 juin l’Open de Birmingham. Elle devient la première femme maghrébine à remporter un tournoi sur le circuit WTA. Jeune Afrique était allé à sa rencontre lors du tournoi de Roland-Garros, le 2 juin.

Elle est l’une des trois représentantes du continent à Roland-Garros, qui se tient à Paris du 30 mai au 13 juin. La joueuse de tennis Ons Jabeur, 26e mondiale, a réussi son entrée dans le tournoi international en dominant la Kazakhe Yulia Putintseva en deux sets (7-5, 6-2).

Après sa victoire, la Tunisienne de 26 ans s’est arrêtée pour livrer ses impressions à Jeune Afrique. L’occasion d’évoquer son ambition à Paris et son rôle de modèle pour la jeunesse tunisienne en particulier et arabe en général.

Le 20 juin, Ons Jabeur a remporté l’Open de Birmingham et est devenue la première femme maghrébine à remporter un tournoi sur le circuit WTA.

Voir l’article source :

« Je veux donner une bonne image de l’Afrique, du monde arabe et de la Tunisie »

L’animation africaine sur les traces de Pixar


En Afrique, l’univers du dessin animé entre en ébullition. Illustration avec le succès de la série « Kenda », co-produit avec la société ivoirienne iMotion, et le long-métrage nigérian « Lady Buckit and the motley mopsters » (LBMM), diffusés par Trace.

Les élections des délégués commencent dans l’école de Kenda… La petite fille et ses amis vont-ils choisir Gros Jules, qui leur offre des biscuits fourrés à la fraise (« sans arrière-pensée »), triche et fait circuler des rumeurs, ou bien vont-ils lui préférer l’intègre Adamo ? Réponse sur les chaînes du groupe Trace, qui co-produit cette série d’animation avec la société ivoirienne iMotion de Stéphane Mendonça.

Le dessin animé (15 épisodes de 5 minutes chacun) a été sélectionné au prestigieux festival spécialisé d’Annecy. Un autre projet diffusé par la chaîne, Lady Buckit and the motley mopsters (LBMM), un long-métrage d’animation nigérian du réalisateur Adebisi Adetayo, fait également partie de la sélection.

Voir l’article source :

L’animation africaine sur les traces de Pixar

Comment le Québec veut peser en Afrique


Après une année 2020 grippée par le virus, la diplomatie québécoise entend bien être présente à son rendez-vous avec l’Afrique à Djerba. De la présentation de sa stratégie à sa présence au Sommet de l’OIF, elle aura l’occasion de préciser son attachement au continent.

L’année 2021 sera-t-elle celle du passage à l’acte pour le Québec ? Pour cause de pandémie mondiale, les principaux rendez-vous fixés l’an dernier au continent par la diplomatie québécoise n’ont pu avoir lieu.

Annoncée mi-2019, la première stratégie africaine depuis longtemps d’un gouvernement québécois est encore dans les cartons du ministère des Relations internationales et le XVIIIe Sommet de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), porte-voix sans égal de la province sur la scène extérieure, notamment en direction des pays du continent, a été décalé d’un an pour être reporté à la fin de cette année.

Voir l’article source :

Comment le Québec veut peser en Afrique

Voir tout le dossier :

Québec-Afrique : de la parole aux actes

Il est temps de réinventer l’assurance santé !


Le mobile money peut permettre d’améliorer nettement la couverture santé sur le continent, y compris pour les populations les plus vulnérables, soutient le Tunisien Ridha Meftah, fin connaisseur du secteur.

Avant même l’apparition du Covid-19, pas moins de 53 % des Africains sondés par Afrobarometer déclaraient avoir manqué de soins nécessaires au moins une fois au cours de l’année passée, avec les proportions les plus élevées au Gabon, au Togo, au Niger et en Guinée.

Selon l’OMS, la mauvaise santé des Africains a un effet majeur d’aggravation de l’appauvrissement des personnes vivant au-dessus du seuil de la pauvreté, représentant 41% de la population du continent.

Voir l’article source :

Il est temps de réinventer l’assurance santé !

Rapport 2021 sur la transparence fiscale en Afrique


Selon Sami Zoubeidi, directeur général de la fiscalité, le soutien a donné à la Tunisie «l’opportunité de s’aligner sur les normes et pratiques fiscales internationales, pour garantir un haut niveau de transparence fiscale et pour construire une culture d’échange d’informations dans notre administration fiscale. Cela s’est traduit en revenus supplémentaires en Tunisie, comme c’est le cas dans certains autres pays africains».

Mieux. En 2020, l’Ouganda a identifié 43,2 millions de dollars (34,7 millions d’euros) en ayant envoyé 33 demandes, soit une moyenne de 1,3 million de dollars (1,1 million d’euros) par demande envoyée. L’intérêt pour l’échange d’informations fiscales augmente en Afrique. Selon le même document, le Nigeria a entrepris ses premiers échanges en 2020, rejoignant le Ghana, les îles Maurice, les Seychelles et l’Afrique du Sud, tandis que le Maroc et le Kenya se sont engagés à entamer les premiers échanges en 2022.

Voir l’article source :

Rapport 2021 sur la transparence fiscale en Afrique

Voir le document :

Rapport de l’Initiative Afrique (IA) du Forum mondial sur la transparence et l’échange d’informations à des fins fiscales

 

 

L Afrique en 2021 : et si nous parlions des bonnes nouvelles ?


« Le Ghana et la Côte d’Ivoire doivent devenir la plaque tournante mondiale du chocolat. Nous devrions avoir une zone de développement conjoint et inciter les entreprises à s’y installer pour transformer le cacao », avait martelé John Dramani Mahama.

The Africa Report (TAR), publication sœur de Jeune Afrique, n’a pas oublié ce moment, qui a marqué l’amorce d’un rééquilibrage de la relation entre producteurs de matières premières et multinationales.

Après moult manœuvres dilatoires et menaces, « à la fin de l’année [2020], les plus grandes compagnies avaient accepté les arguments du Ghana et de la Côte d’Ivoire et conclu un accord sur la tarification et la surcharge » sur le prix du cacao, explique TAR dans son nouveau numéro (avril-mai-juin).

Cette réussite africaine n’est que l’une des nombreuses bonnes nouvelles que « The Success Issue » (« L’Édition de la réussite » au sens propre, mais aussi « l’enjeu » ou « la question » de la réussite), le nouveau numéro de TAR a choisi de mettre en valeur.

Voir l’article source :

L Afrique en 2021 : et si nous parlions des bonnes nouvelles ?

Découvrez « l’Édition du succès », le nouveau numéro de The Africa Report

Dévaluations : les éternelles recettes du FMI qui font mal aux ménages africains


Face à la crise qui touche de nombreux pays du continent, aggravée par le Covid-19, le FMI apporte ses soutiens financiers conditionnés. Et l’une des constances de l’institution est la « dévaluation ». Une solution loin d’être une panacée et qui aggrave la flambée des prix et les tensions sociales.

En février dernier, le Soudan a dévalué de manière brutale la valeur de sa monnaie de 85%. Très endetté et traversant une crise économique aiguë, le pays a été obligé de suivre les recommandations du Fonds monétaire international (FMI) qui jugeait sa monnaie, la livre soudanaise, surévaluée. Pour faire avaler la pilule de cette thérapie de choc, la Banque centrale soudanaise a fait passer l’injonction de l’institution de Breton Woods, le dimanche 21 février 2021, en annonçant l’adoption du taux de change flottant régulé de la livre soudanaise. Au lieu de parler de dévaluation, l’institution a souligné que « Le gouvernement de transition a décidé d’adopter un ensemble de politiques visant à réformer et harmoniser le régime de change en appliquant un taux de change flottant dirigé ».

Mais même si le terme tant redouté de « dévaluation » n’a pas été utilisé, cette décision, sensée contribuer à stabiliser l’économie du pays, a tout de même fait perdre 85% de sa valeur à la monnaie soudanaise. Ainsi, le taux de change d’un dollar est passé de 55 livres à 375, en quelques heures.

Voir l’article source :

Dévaluations : les éternelles recettes du FMI qui font mal aux ménages africains

Voir également l’article :

« Dévaluations déguisées »: le remède amer du FMI aux pays africains

Côte d’Ivoire : une pépite nommée « Mercedes »


Les chercheurs ivoiriens sont parvenus à créer une espèce de cacao ultra robuste, la Mercedes, issue de l’hybridation de plantes locales, qui fait le bonheur des agriculteurs comme des industriels.

Au début des années 2000, les agronomes ivoiriens ont abouti à la mise au point d’une variété devenue la coqueluche des cacaoculteurs du pays : la Mercedes. Issue de quinze ans de travaux au sein des laboratoires du Centre national de recherches agronomiques (CNRA) de Yamoussoukro, elle a permis à la Côte d’Ivoire d’atteindre des records de production, avec des volumes de cacao récolté passés de 1,2 million à 2,2 millions de tonnes entre 2004 et 2016.

Née de l’hybridation entre plusieurs espèces locales – et non par organismes génétiquement modifiés (OGM) –, elle a été baptisée en hommage à la marque automobile allemande – réputée robuste – en raison de sa résistance aux maladies végétales et à sa grande productivité.

La « berline » des fèves ivoiriennes produit ses premières cabosses dix-huit mois après sa plantation, contrairement à la variété classique dont les fruits n’apparaissent qu’entre trois et six ans après.

Voir l’article source :

Côte d’Ivoire : une pépite nommée « Mercedes »

Voir le dossier :

«Quatre idées pour doper la productivité agricole en Afrique»

Une autre Afrique à imaginer


Si l’initiative de Paris d’organiser un sommet pour la relance des économies africaines est à saluer, il faudra plus pour aider l’Afrique à amortir les impacts économiques et sociaux liés à la crise du Covid-19.

De plus, c’est l’existence d’un environnement politique et institutionnel capable de soutenir la création de richesse et de répondre aux besoins des dépenses publiques.

Ce qui signifie avant tout l’existence d’un mode d’organisation sociale où les pouvoirs publics sont non seulement effectifs, mais surtout rendent possible un système de gouvernance qui associe l’exercice du pouvoir à l’imputabilité politique.

Pour relancer leur économie, les pays africains doivent avant tout promouvoir une gestion politique favorable à l’émergence d’institutions capables de mettre les ressources matérielles et humaines au service du développement.

Cette institutionnalisation des capacités endogènes pourrait s’effectuer suivant une double dimension, normative et pragmatique.

Voir l’article source :

Une autre Afrique à imaginer

Journée mondiale de l’Afrique


La Journée de l’unité africaine, également appelée Journée de l’Afrique ou Jour de la libération africaine ou Journée mondiale de l’Afrique, est célébrée chaque année le 25 mai. Il commémore la fondation de l’Organisation de l’unité africaine (OUA) en ce jour de 1963.

La journée mondiale de l’Afrique vise à souligner la nécessité de renforcer l’unité et la solidarité des États africains.

Djerba capitale mondiale de la Francophonie en 2021


« Dans les décombres du colonialisme, nous avons trouvé cet outil merveilleux, la langue française », aimait à répéter le poète Léopold Sédar Senghor, ancien président du Sénégal.

Une formule qui, dans les années 70, reflétait la philosophie des pères fondateurs de la Francophonie institutionnelle, Senghor, Habib Bourguiba et Hamani Diori, et qui consiste à mettre à profit la langue française au service de la paix, de la solidarité, du développement et du rapprochement des peuples par le dialogue des civilisations. Le projet francophone a, sans cesse, évolué depuis.

Cinquante ans après, la Tunisie, membre fondateur de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), accueillera en grande pompe la XVIIIe édition du Sommet de la Francophonie sur le thème « Connectivité dans la diversité : le numérique vecteur de développement et de solidarité dans l’espace francophone ».

Voir l’article source :

Djerba capitale mondiale de la Francophonie en 2021

Ces chansons mythiques africaines entrées dans l’Histoire


De l’Égypte à l’Afrique du Sud, « Jeune Afrique » a sélectionné cinq chansons qui ont profondément marqué le continent.

De l’Égypte à l’Afrique du Sud, « Jeune Afrique » vous invite à redécouvrir ces refrains mythiques

Voir la série :

. Oum Kalthoum : « Enta Omri », un chant au service du raïs (1/5)

Miriam Makeba : « Pata Pata », une comptine devenue un hymne anti-apartheid (2/5)

Bembeya Jazz : « Regard sur le passé », une épopée à la gloire de Sékou Touré (3/5)

Fela Kuti : « Zombie », un combat bien vivant (4/5)

Salif Keita : « Mandjou », la gratitude du griot pour le président (5/5)

 

13ème Rencontres africaines de la photo de Bamako : les candidatures sont ouvertes


La 13ème édition des Rencontres africaines de la photo de Bamako est lancée désormais sur les rails.

On vient d’apprendre à la fois les dates (20 novembre 2021 au 20 janvier 2022), l’ouverture des candidatures et la nomination d’un nouveau Délégué général en la personne du célèbre designer Cheick Diallo.

C’est ce que révèlent des informations publiées la semaine dernière sur le site Internet de la manifestation : http://www.rencontres-bamako.org .

Voir l’article source :

13ème Rencontres africaines de la photo de Bamako

L’Afrique face au coronavirus : un choc politique, sociétal et culturel majeur


Le combat contre le Covid-19 est vital. Si elle n’est pas maîtrisée à temps, la pandémie pourrait induire une régression démographique sur le continent. Alors, démocraties vs monocraties : quel modèle de riposte pour l’Afrique ?

La mécanique du malheur est-elle à nouveau enclenchée ? Les « millions de morts » annoncés par Bill Gates et António Guterres sur le continent africain si la pandémie du Covid-19 s’y répandait sans contraintes rappellent les prévisions apocalyptiques du même type, répétées sur toutes les tribunes au début des années 2000 par Kofi Annan et Luc Montagnier, à l’époque où le sida fauchait en Afrique un million de vies tous les dix mois.

Voir l’article source :

L’Afrique face au coronavirus : un choc politique, sociétal et culturel majeur

 

 

 

Coronavirus : l’Afrique face à la pandémie des fake news


Depuis l’apparition de la pandémie de Covid-19, une épidémie d’informations contradictoires et de désinformation manipulée se propage aux quatre coins du globe. Si l’Afrique est jusqu’ici le continent le moins touché par le virus, elle ne résiste pas à la fièvre des fake news.

Moins d’un mois après avoir exprimé son « respect » à l’égard de son homologue chinois, Xi Jinping, pour « ses efforts » et « sa transparence » dans la gestion de l’épidémie de Covid-19, Donald Trump a donc décidé de punir l’Organisation mondiale de la santé (OMS), en la privant de la contribution annuelle des États-Unis, laquelle s’élève à près de 900 millions de dollars.

Voir l’article source :

Coronavirus : l’Afrique face à la pandémie des fake news

Quelle finance africaine souhaitons-nous véritablement ?


Les 10 et 11 mars prochains, un demi-millier de décideurs publics et privés actifs en Afrique sont conviés* à codéterminer – occasion inédite – le futur et les buts de la finance sur notre continent.

Au milieu des hosannas et satisfecits proclamés ici, distribués là, le nombre de pertes humaines dues officiellement au Covid-19 demeurant en-dessous des « anticipations », le continent ayant échappé à l’hécatombe redoutée : un certain soulagement est possible.

Voir l’article source :

Quelle finance africaine souhaitons-nous véritablement ?

Sommet France-Afrique, le rendez-vous de la Françafrique intellectuelle


En participant au sommet de Montpellier, les 9 et 10 juillet 2021, Achille Mbembe et d’autres intellectuels africains se font « la voix de leur maître ». Il n’appartient pas à la France de guérir le continent de son trauma postcolonial.

« On avait fourré dans sa pauvre cervelle qu’une fatalité pesait sur lui ; qu’il n’avait pas puissance sur son propre destin. » (Aimé Césaire, dans Cahier d’un retour au pays natal, éditions Présence africaine). Nous y sommes tous, à des degrés divers. Nous y sommes tous, l’intellectuel plus que les autres. Nous y sommes tous, mais beaucoup n’en sont pas conscients.
Quels préalables conduisent l’intellectuel africain à croire au messianisme de la France sur le destin de l’Afrique !

Voir l’article source :

 Sommet France-Afrique, le rendez-vous de la Françafrique intellectuelle

« Refondre l’enseignement est une solution durable au chômage des jeunes »


Chômage, sous-emploi, formation professionnelle. Le ministre ivoirien de la Promotion de la Jeunesse et de l’Emploi des jeunes, Mamadou Touré, a accepté de revenir pour Jeune Afrique sur les dossiers qu’il gère depuis sa nomination en juillet 2018.

Plus jeune ministre du gouvernement Gon Coulibaly II, le très médiatique Mamadou Touré, 43 ans, est ministre de la Promotion de la Jeunesse et de l’Emploi des jeunes depuis juillet 2018.

Membre du Rassemblement des républicains (RDR), il connaît bien la problématique du chômage des jeunes ivoiriens puisqu’il a successivement occupé les postes de conseiller technique chargé de la jeunesse à la présidence, secrétaire d’État à l’Enseignement technique puis à la formation professionnelle.

De passage à Paris le 24 mai dernier, à l’occasion d’une rencontre organisée sur l’emploi décent par l’Agence française de développement (AFD), il revient sur les besoins en formation d’un pays où 30 % des actifs sont surqualifiés pour l’emploi qu’ils occupent et où les jeunes diplômés sont les plus touchés par le chômage.

Voir l’article source :

« Refondre l’enseignement est une solution durable au chômage des jeunes »

Les nouvelles technologies créeront-elles vraiment des emplois en Afrique ?


Si la Banque mondiale, la Cnuced ou l’UA encouragent le continent à investir massivement pour réussir sa transition numérique, cette révolution pourrait ne pas être la panacée espérée, notamment en termes d’emplois.

L’Afrique est littéralement bombardée d’invitations à jouer la carte des nouvelles technologies. Pas un rapport de l’Union africaine, de la Banque mondiale et de l’Agence française de développement, de la Banque africaine de développement, du Fonds monétaire international (FMI) ou de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (Cnuced) sans que l’innovation, le numérique et internet ne soient présentés comme la panacée.

Mais est-ce vraiment le bon moyen pour accélérer la multiplication des emplois dont auraient besoin le million d’Africains subsahariens qui arrivent sur le marché du travail…chaque jour ?

Voir l’article source :

Les nouvelles technologies créeront-elles vraiment des emplois en Afrique ?

Les 50 personnalités qui font l’Afrique numérique en 2021


Encore accélérée à la faveur de la pandémie, la révolution technologique en marche sur le continent réunit un écosystème de plus en plus riche. Pour la première fois, Jeune Afrique, qui la suit depuis ses débuts, propose un palmarès des 50 personnalités qui incarnent le mieux cette effervescence.

S’il est une industrie qui a toujours dépassé les attentes en Afrique, c’est sans conteste celle des télécoms. Aujourd’hui, le continent compte plus de 500 millions d’utilisateurs de téléphones mobiles. Presqu’un Africain sur deux.

Voir l’article source :

Les 50 personnalités qui font l’Afrique numérique en 2021