12e FESTIVAL ORIENTALYS DU 18 au 21 août 2022


Quai de l’Horloge, Vieux-Port de Montréal

Consultez la programmation www.festivalorientalys.com

Plus de 50 spectacles en musique et en danse, des ateliers culinaires, des animations et une panoplie d’activités inédites entièrement gratuites ! Une expérience immersive de l’Orient à Montréal qui vous transportera du Maghreb au Japon en passant par le Maroc, le Yémen, l’Iran, l’Inde, le Liban, la Thaïlande et bien d’autres pays d’Orient !
Voir la vidéo promo 


1001 DJs Night

DJ Elie Bawab, DJ Ganza, DJ Sam

Vendredi 19 août à 21h30

Scène TD, Quai de l’horloge, Vieux-Port de Montréal

Pour cette soirée inédite à Orientalys, des DJs de Montréal venus de tout l’Orient prennent d’assaut la scène TD avec des intentions plus que festives!

Accourez découvrir les sélections  d’anthologie de DJ Sam, DJ Élie et de DJ Ganza pour une soirée enflammée et pleine de surprises. Leurs sonorités modernes et orientales feront se déchaîner les foules dans une succession de joie et complicité!

En savoir plus  


Zakaria Ghafouli

(Maroc)

En partenariat avec le Centre Culturel Marocain Dar Al Maghrib

Samedi 21 août à 21h30

Scène TD, Quai de l’horloge, Vieux-Port de Montréal

Une étoile montante de la relève marocaine viendra briller sur la Scène TD et fera se déchaîner, sur des rythmes raï, chaâbi et gnawa, un public illuminé de joie! Mêlant les influences les plus riches de la musique arabe avec les trouvailles foisonnantes de la musique urbaine, Zakaria Ghafouli puise les ingrédients de son art dans le ciel des noms illustres qui l’ont précédé. Ce savant mélange lui permet de réunir toutes les générations, usant des maqâms comme des boîtes à rythmes pour un alliage de traditions et de modernité qui fait s’extasier une foule en liesse!

En savoir plus  


Hommage à la chanson libanaise

Nidal Ibourk, Chadi Naddaf et Rami Badr

(Liban, Québec)

Dimanche 21 août à 19h30

Scène TD, Quai de l’horloge, Vieux-Port de Montréal

La Diva Sabah, pionnière du zajal moderne et chantre du mawal, le répertoire du fabuleux Melhem Barakat, interprète des opérettes des frères Rahbani ainsi que de chansons exaltantes, empreintes de tarab, mais aussi l’immortel Wadi el-Safi et ses chansons folkloriques libanaises, seront célébrés avec une fervente dévotion. Les chansons les plus emblématiques de la « belle époque » et de la « joie levantine » rehaussent ainsi le cœur de tous les nostalgiques et des festivaliers avides de musique radieuse.

En savoir plus  


MoW! Sinha Danse

(Inde, Québec)

Spectacle d’ouverture – Jeudi 18 août à 17h30

Scène TD, Quai de l’horloge, Vieux-Port de Montréal

Orientalys vous propose un voyage unique à travers l’univers de la danse indienne.  Pour ce spectacle de danse envoûtant, le chorégraphe de grand talent Roger Sinha mêlera l’héritage des traditions indiennes avec les fulgurances de la modernité, pour vous entraîner dans un un flashmob de danse bollywood et contemporaine pour tous!

En savoir plus  


Et bien d’autres surprises vous attendent!

Ateliers de cuisine, arts martiaux, danse orientale ou k-pop, percussions japonaises, calligraphie, cours de thaïlandais, orchestres, initiation à la danse flamenca ou Bollywood… et une panoplie d’activités vous attendent au Quai de l’Horloge du Vieux-Port !

Retrouvez toute la programmation sur www.festivalorientalys.com

Valérie Ékoumé de passage à Montréal cet été!


Activité organisée dans le cadre des Concerts Campbell, comme plusieurs concerts, spectacles et projections sont prévus offerts gratuitement, parfaits pour une soirée en famille ou entre amis! 

Valérie Ékoumé donnera quelques spectacles les 8, 9 et 10 août dans différents parcs de la ville

Dans le cadre des Concerts Campbell, venez écouter ce spectacle d’afropop dans lequel la chanteuse explore un monde rempli de couleurs où l’amour est Roi.

Description

De passage à Montréal pour un bref séjour, cette artiste camerounaise vous offre une musique influencée par une fusion contagieuse de styles musicaux. De la Rumba congolaise à la musique pop de Michael Jackson sans oublier la musique camerounaise, Valérie Ékoumè sera un des temps forts de cet été!

À propos de l’artiste

Issue d’une famille de musiciens, dès son plus jeune âge, elle se passionne pour la musique et plus particulièrement pour le chant. Elle a été influencée par tous les styles, de la Rumba congolaise à la Pop de Michael Jackson sans oublier la musique camerounaise.

Quelques mots sur les Concerts Campbell

Depuis 1924, les Concerts Campbell animent, en spectacles et en chansons, les parcs de Montréal durant l’été. Chaque année, grâce à la succession de  Charles S. Campbell, des concerts de qualité sont offerts à toutes et à tous dans chacun des arrondissements de la Ville.

Apportez votre chaise !

Annulé en cas de pluie.

Spectacle extérieur se déroulant sur l’esplanade devant le Quai 5160.

Pour s’informer : Quai 5160 / 514-872-4995 / quai 5160@montreal.ca

Renseignements

Quai 5160 – Maison de la culture de Verdun

5160, boulevard LaSalle
Montréal (Québec) H4H 1N8

Voir la carte

Gratuit

Sans billet

Date

 à 

Sommet Afrique États-Unis de fin d’année : Biden en père Noël ?


Joe Biden vient d’annoncer un sommet entre les États-Unis et plusieurs dizaines de pays africains pour le mois de décembre à Washington. Des « milliards de dollars » seraient en jeu…

Plus les réseaux sociaux africains, les rues africaines et certains régimes nationalistes africains bruissent d’une vocation de trajectoires endogènes, plus les puissances « mondiales » semblent rénover leurs grands-messes à destination de l’Afrique.

Voir l’article source :

Sommet Afrique États-Unis de fin d’année : Biden en père Noël ?

Chercher le printemps – Parcours croisés de femmes immigrantes dans le Centre-Sud


L’immigration en 21 portraits

Lors de la prochaine campagne électorale, la population québécoise entendra parler abondamment d’immigration. Mais au-delà des stéréotypes et des idées préconçues, que connaissons-nous vraiment de cet enjeu? L’exposition Chercher le printemps – Parcours croisés de femmes immigrantes dans le Centre-Sud, présentée par le Carrefour de ressources en interculturel (CRIC), propose d’aller à la rencontre de femmes immigrantes et de leurs réalités.

Des parcours migratoires variés

L’exposition donne la parole à vingt-et-une femmes immigrantes qui côtoient le quartier Centre-Sud. Citoyennes, demandeuses d’asile, réfugiées, résidentes permanentes ou temporaires, elles sont d’abord et avant tout des femmes déterminées qui désirent s’enraciner dans leur société d’accueil. La documentariste Laurence Dompierre-Major nous présente leurs parcours migratoires variés en textes et en photos.

Une exposition réalisée avec le Carrefour de ressources en interculturel (CRIC) du Centre-Sud dans le cadre de la quatrième année du projet Raconte-moi Centre-Sud du Mouvement Courtepointe.

Voir le communiqué :

Communique_Chercher_printemps2022-13juillet2022-1

Consultez la page web de l’exposition.

Exposition jusqu’au 4 septembre 2022

Écomusée du fier monde

2050, rue Atateken

Angle Ontario

Métro Berri-UQAM

ecomusee.qc.ca

 

Festival International Nuits d’Afrique 2022 : un programme bien riche en perspective !


Montréal sera la scène d’un spectacle d’envergure internationale le 12 au 24 juillet 2022. La ville accueillera en effet la 36ème édition du Festival International Nuits d’Afrique. Voici une grande escapade festive où la musique sera au rendez-vous. Plus d’une centaine d’activités et concerts seront programmés pour l’occasion. Ceux-ci vous permettront de mieux connaître la culture musicale de l’Afrique, de l’Amérique Latine et des Antilles.

_________________________________________________________________

Bien que plusieurs concerts pourront être appréciés gratuitement, d’autres seront payants et divers forfaits avantageux sont disponibles afin de profiter au maximum des festivités.

Festival international Nuits d’Afrique

Coût : Billets à partir de 10 $

Quand : Du 12 au 24 juillet 2022

Adresse : Au Quartier des spectacles et en salle

Voir la programmation :

https://www.festivalnuitsdafrique.com/

_________________________________________________________________

Voir l’article source :

Festival International Nuits d’Afrique 2022

Rachel Kéké, la femme de ménage franco-ivoirienne qui entre à l’Assemblée


Pendant deux ans, elle a été le porte-voix de la grève contre le groupe hôtelier Accor. Le 19 juin, cette Franco-Ivoirienne à la détermination sans faille, candidate aux élections législatives françaises sous les couleurs du parti de Jean-Luc Mélenchon, a été élue députée.

177- C’est le nombre de voix qui sépare Rachel Kéké de son opposante, l’ancienne ministre des Sports d’Emmanuel Macron, Roxana Maracineanu, lors du second tour des élections législatives. Dans une confrontation aux allures de duel entre David et Goliath, c’est finalement l’outsider qui l’a emporté dans la 7e circonscription du Val-de-Marne, avec 50,3 % des suffrages. Quelques jours avant cette élection, Jeune Afrique avait rencontré cette Franco-Ivoirienne qui, à 48 ans, cumule les casquettes*.

En plus de son emploi de femme de chambre et des obligations parentales qu’impose l’éducation de cinq enfants, Rachel Kéké, qui habite à Chevilly-Larue, en région parisienne, s’est lancée jeudi 19 mai dans la course aux législatives des 12 et 19 juin. « Je suis une guerrière. Des batailles, j’en ai déjà menées. Je suis prête pour celle-là », garantit-elle au téléphone, sur le seuil du collège de sa benjamine, où elle a rendez-vous.

Voir l’article source :

Rachel Kéké, la femme de ménage franco-ivoirienne qui entre à l’Assemblée

France : ces nouveaux députés d’origine africaine


Les visages et les profils des députés français fraîchement élus ont largement changé la physionomie de l’Assemblée nationale française. Parmi les nouveaux venus, de nombreux députés nés en Afrique, binationaux ou ayant des liens familiaux forts avec le continent africain.

Certains sont nés en Afrique et y ont vécu une partie de leur enfance. D’autres n’y ont mis les pieds que de manière très ponctuelle, mais sont issus de familles africaines ayant émigré en France. La plupart sont aussi des nouveaux venus, sinon sur la scène politique française, du moins sur les bancs de l’Assemblée nationale. Tous ont eu droit à des portraits dans les journaux des pays dont ils et elles sont issues.

Sans prétendre à l’exhaustivité, nous vous présentons ici une galerie de portraits de ces députés qui entretiennent des liens avec le continent africain, du fait de leur histoire familiale. Il convient par ailleurs de rappeler que la déclaration de binationalité d’un député n’est pas obligatoire en France. Dans le même temps, l’interdiction de posséder une double nationalité est rare sur le continent africain. Certains pays y mettent des limites, mais elle est possible quasiment dans tous les pays.

Voir l’article source :

France : ces nouveaux députés d’origine africaine

 

Fintech : quand les start-up chassent les cadres des télécoms


En plein boom, les start-up africaines de fintech recrutent de plus en plus parmi les talents des secteurs des télécoms pour diriger leur stratégie de croissance.

Oluwabankole Falade avait passé plus de dix ans chez MTN quand il a été recruté par Flutterwave en juin 2021 comme directeur de la régulation et des relations avec le gouvernement. Pardon Mujakachi, qui vient d’intégrer Chipper Cash en tant que vice-président chargé de la stratégie et des partenariats, peut se targuer de huit ans d’expérience chez Econet et de plus d’un an chez Etisalat. Wave a, quant à lui, accueilli parmi ses cadres Ibrahima Mall, manager en marketing numérique et fort de six mois de pratique chez Orange, ou encore Fabrice Zadi, responsable de la croissance du nombre d’utilisateurs, qui a effectué toute sa carrière dans les télécoms, d’abord chez Orange, puis chez Moov (Etisalat).

Voir l’article source :

Fintech : quand les start-up chassent les cadres des télécoms

Nigeria, Maroc, Sénégal : où sont les top développeurs africains ?


En Afrique, malgré la contraction de l’économie mondiale, le nombre de développeurs a augmenté de 3,8 % en 2021. Tech, salaires, hubs, défis du continent… Comment évolue cette tendance susceptible de modifier les écosystèmes locaux ?

Les professionnels du développement informatique ne sont pas moins de 716 000 en Afrique. C’est ce qui ressort d’une analyse produite par Accenture et commandée par Google pour cartographier le paysage des développeurs sur le continent. C’est l’Afrique du Sud (121 000 développeurs), suivie de l’Égypte, du Nigéria (89 000) et du Kenya (60 000), qui abrite le plus d’experts de ce secteur dans leurs écosystèmes.

Voir l’article source :

Nigeria, Maroc, Sénégal : où sont les top développeurs africains ?

Ukraine-Russie : pétrole, céréales, diplomatie… Quel sera le prix à payer pour l’Afrique ?


Le conflit entre la Russie et l’Ukraine promet d’avoir des conséquences mondiales. Diplomatiques ou économiques, elles se font déjà sentir en Afrique.

Les troupes russes ont envahi l’Ukraine depuis moins de 24 heures que les effets diplomatiques et économiques se font ressentir sur l’ensemble de la planète, Afrique comprise. Ces dernières années, Moscou a fortement développé ses relations avec le continent, dans la foulée des accords de coopération militaires ou nucléaires signés avec un certain nombre de pays africains.

Voir l’article source :

Ukraine-Russie : pétrole, céréales, diplomatie… Quel sera le prix à payer pour l’Afrique ?

Suisse-Afrique : et si l’Ukraine venait bouleverser la donne ?


La guerre en Ukraine et ses multiples conséquences pour l’ordre mondial pourraient venir tout bouleverser. Toujours est-il qu’en janvier, la Suisse a dévoilé son intérêt grandissant pour l’Afrique en même temps que sa nouvelle stratégie en direction du continent.

Avec un ton nouveau et la volonté décomplexée de faire la part belle aux affaires. « L’Afrique subsaharienne, ce sont surtout de nouvelles opportunités », s’était ainsi exclamé le libéral Ignazio Cassis, actuel président de la Confédération, alors que Berne présentait un document spécifique à l’Afrique subsaharienne.

Quelques mois plus tôt, un rapport identique avait été consacré au Moyen-Orient et à l’Afrique du Nord. « Ces régions sont appelées à jouer un rôle de plus en plus important, même pour la Suisse », insistait encore le chef de l’exécutif helvétique.

Voir l’article  source :

Suisse-Afrique : et si l’Ukraine venait bouleverser la donne ?

Sénégal : au sein de la résidence d’artistes Black Rock, des ateliers avec vue à Dakar


Une vue panoramique sur la plage du Virage. Une piscine à débordement qui semble se jeter dans l’Atlantique. Pour sa résidence artistique, Kehinde Wiley a fait dans l’ultra-luxe. Célèbre pour ses portraits des époux Obama, le peintre américain d’origine nigériane a choisi Dakar pour installer sa résidence artistique internationale et pluri­disciplinaire.

Surnommée Black Rock en référence aux roches volcaniques jonchant la plage du littoral nord de Dakar, cette résidence veut être une base à partir de laquelle la créativité ouest-africaine rayonnera et qui permettra au regard que l’on porte sur le continent d’évoluer. « Je veux que le monde tombe amoureux de l’Afrique de l’Ouest » (comme lui lorsqu’il est venu pour la première fois à Dakar, à l’âge de 19 ans), assurait Wiley lors de l’inauguration de Black Rock, le 26 mai. Ce soir-là, la villa a été le décor pour des selfies très people, accueillant des personnalités et des artistes du monde entier, comme le photographe sénégalais Omar Victor Diop, la chanteuse américaine Alicia Keys ou encore la mannequin britannique Naomi Campbell.

Voir l’article source :

Au sein de la résidence d’artistes Black Rock

Décoloniser les musées (et les esprits) : révolution tranquille à la triennale de photographie de Hambourg


« Currency » (« monnaie ») : aussi surprenant que cela puisse paraître, c’est le thème retenu pour la 8ème Triennale de photographie de Hambourg (Allemagne), qui a ouvert ses portes le 20 mai dans la cité hanséatique. Un vocable a priori économique, donc, pour guider ou orienter les douze expositions au programme de l’événement. Étonnant, peut-être, mais pas insensé dans un monde où le capitalisme dominant est remis en cause à partir de ses marges, et encore moins surprenant de la part de la directrice artistique Koyo Kouoh – qui pilote actuellement le musée Zeitz Mocaa de Cape Town (Afrique du Sud) – et de ses commissaires associés, Rasha Salti, Gabriella Beckhurst Feijoo et Oluremi C. Onabanjo.

Voir l’article source :

Décoloniser les musées (et les esprits)

Comment sortir l’Afrique de sa dépendance aux céréales importées


Le mil et le sorgho africains ont été délaissés au profit du riz asiatique et du blé européen, accentuant la dépendance du continent aux importations, et l’exposant aux fluctuations des cours sur les marchés mondiaux. Un phénomène encore exacerbé par l’inflation et les conséquences de la guerre en Ukraine. Décryptage d’une dépendance et des pistes pour en sortir.

Voir l’article source :

Comment sortir l’Afrique de sa dépendance aux céréales importées

Bénévoles pour Nuits d’Afrique


Nous doublons de volume, les besoins en bénévoles sont donc bien présents.  Vous trouverez en pièce jointe l’appel d’offres en français et en anglais.

Voir l’offre : Appel bénévoles

Je vous remercie,

Amélie Jean Raymond
Responsable des bénévoles
514-499-9239 #232

Productions Nuits d’Afrique
4374 boul. St-Laurent, Montréal, Qc, H2W 1Z5
Visitez notre site web pour plus d’informations ! 

  festivalnuitsdafrique.com 

 

Invitation pour la célébration de la journée mondiale de l’Afrique le 25 mai 2022


Bonjour,

Veuillez trouver l’invitation de la journée Mondiale de l’Afrique qui se tiendra le mercredi 25 mai 2022 à partir de 18h00 au Centre Culturel Marocain (Dar Al Maghrib) à Montréal, 515 Avenue Viger E, Montréal, QC H2L 2P1.

Accès par métro :

Métro Berri, sortie Sainte Catherine. Prenez la rue Berri en direction du sud (5 minutes)

Métro Champs de Mars.  Allez en direction nord-ouest vers Avenue Viger E (5 minutes)

Au plaisir de vous compter parmi nous.

Un congrès national sur le renforcement de capacités des OBNL


Des solutions novatrices aux enjeux complexes de nos collectivités.

Le Happening OBNL 3737 arrive à grand pas ! Joignez-vous à nous pour LE Happening OBNL 3737. Le premier de son genre.

Procurez-vous vos billets dès aujourd’hui, les places sont limitées !

L’événement ?

Un congrès national de trois jours sur le renforcement de capacités des OBNL créé par des noirs au profit des communautés noires.

Thème central ?

Des solutions novatrices aux enjeux complexes de nos collectivités.

Lieu ?

Hôtel Double Tree by Hilton à Montréal, QC

Quand ?

24, 25, 26 mai 2022

 

Inscrivez vous dès aujourd’hui à notre grande sélection d’atelier et de conférence et même notre soirée Tapis Rouge : J’achète mes billets  

  • 5 ateliers
  • Soirée Tapis Rouge – Hommage aux bénévoles

Consultez l’agenda de l’événement pour connaître tous les détails de la programmation : En savoir plus

 

Cameroun-Côte d’Ivoire : rivalités autour de l’attiéké, du gari et du tapioca


Quel nom donner à ces spécialités à base de manioc, communes à plusieurs pays africains, mais qui sèment la discorde entre eux ? Définir leur spécificité et leur identité va bien au-delà du simple chauvinisme : cela favorise le dialogue entre les cultures.

Dans des pays en rivalité sur le plan culturel, l’alimentation est l’une des pommes de discorde les plus récurrentes. Elle peut constituer, à elle seule, un casus belli, notamment lorsqu’il est question d’appropriation culturelle.

Depuis plusieurs semaines, des Camerounais et des Ivoiriens se déchirent sur la Toile à propos de l’attiéké, du gari et du tapioca, dont ils ont une conception sociale distincte. Pour mieux cerner le nœud de ce conflit, il serait bon d’expliquer à quoi renvoie réellement chacun de ces produits. Disons, d’emblée, que l’attiéké n’est pas le gari, et que tous deux ne sont non plus le tapioca.

Voir l’article source :

Rivalités autour de l’attiéké, du gari et du tapioca

Voir également :

Soul food, la cuisine africaine-américaine au-delà du poulet frit

Rendez-vous d’affaires de la Francophonie


LOJIQ – Les Offices jeunesse internationaux du Québec, en partenariat avec Québec International et le Centre des congrès de Québec, souhaite faciliter la participation de jeunes entrepreneurs francophones du continent africain à la 1re édition des Rendez-vous d’affaires de la Francophonie du 4 au 6 juillet 2022.

L’appel de candidatures est disponible à l’adresse suivante :

Rendez-vous d’affaires de la Francophonie

La date limite pour recevoir les candidatures est le 15 avril.

LOJIQ |Les Offices jeunesse internationaux du Québec

934, Ste-Catherine Est – Montréal (Québec) H2L 2E9

200, ch. Ste-Foy, bur. 1.20, Québec (Québec) G1R 1T3
Numéro sans frais 1-800 465-4255 – lojiq.org | info-LOJIQ

Salimata Touré
Chargée de projets

Programme Entrepreneuriat
Bur. 514 873-4255, poste 250 l stoure@lojiq.org

Veuillez noter que nos équipes sont en retour progressif à nos bureaux de Montréal et Québec.

Avant de vous déplacer, ayez l’amabilité de nous appeler afin de vous assurer de la présence de nos collègues.

Merci de votre compréhension et de votre collaboration.

 

3ième mission au Salon des Technologies de l’information et des Communication SITIC AFRICA à Abidjan, Côte d’Ivoire 30, 31 MAI, 1er JUIN


Pourquoi SITIC AFRICA

D’après l’évolution de la pandémie au Canada et sur le continent africain il semble maintenant possible d’imaginer une présence physique des entreprises canadiennes et des associations sectorielles qui les représentent lors de la mission qui est prévu à Abidjan à la fin du mois de mai de 2022.

Grâce à l’appui concret d’Affaires mondiales Canada, du Réseau Action TI, de Canadian Information Processing Society (CIPS) ainsi que de l’Association Opportunité Numérique Africaine, une mission d’entreprises se confirme pour le 30, 31 mai & 1er juin 2022 à Abidjan, Côte d’Ivoire. Un pavillon canadien de 12 mètres carré est présentement en réalisation pour l’événement.

La mission canadienne, secteur des Technologies de l’information vers Abidjan (SITIC AFRICA 30,31 mai, 1er juin) organisée par le Réseau Action TI (Québec) & CIPS (Canada), c’est quoi?

  • Réaliser des rencontres B2B préprogrammées et ciblées avec les donneurs d’ordres d’Afrique du Nord (Maroc, Algérie, Tunisie, Égypte, Mauritanie), de l’Afrique subsaharienne (Côte d’Ivoire, Sénégal, Bénin, Niger, Burkina Faso, Mali, Cameroun, République Démocratique du Congo, Ghana, Togo, Kenya, Gabon, Rwanda, Nigéria, Djibouti, Madagascar), du moyen orient (Jordanie, Émirats arabes unis) et des pays européens (France, Belgique, Allemagne, Italie).
  • Donner une visibilité à votre entreprise auprès de plus de 5 000 visiteurs professionnels internationaux de l’Afrique, de l’Asie, de l’Europe et de l’Amérique.
  • Participer aux Forums Internationaux organisés dans le cadre du SITIC AFRICA ABIDJAN 2022 : Fin Tech, E-Santé, Industrie 4.0, Formation 4.0.
  • Possibilité d’organiser un atelier de travail dédié à votre entreprise.
  • Rencontrer les Institutions de l’Enseignement Supérieur et de Formation Professionnelle Africains et Occidentaux, du secteur public et du secteur privé actifs dans le Secteur du numérique.
  • Rencontrer les intervenants africains et internationaux actifs dans l’écosystème du numérique.
  • Rencontrer les Starts Up africaines actives dans le Secteur du numérique.
  • 4e édition du Forum International FinTech en partenariat avec l’Association Professionnelle Tunisienne des Banques avec une implication du secteur financier ivoirien, français, africain et européen.
  • 4e édition du Forum international E-santé en Afrique en partenariat avec les Autorités ivoiriennes et les professionnels de la santé en Afrique.
  • 3e édition du Forum International Industrie 4.0.
  • Forum International Formation 4.0 avec la participation d’Universités africaines et occidentales publiques et privées.
  • Forum International E-Agriculture en partenariat avec les autorités ivoiriennes.

Réseau Action TI & Canadian Information Processing Society entendent se servir de cette mission portant sur l’opportunité numérique africaine pour sensibiliser les associations sectorielles, les divers paliers gouvernementaux et les entreprises des secteurs TI du Québec et du Canada dans le but de les attirer vers Abidjan et ensuite vers la JIQ (octobre) pour y rencontrer les entreprises et associations sectorielles africaines qui seront invitées à se déplacer au Québec (Montréal, Québec) et en Ontario (Ottawa, Kanata) toujours si le contexte reste favorable.

Les réseaux sociaux du Réseau Action TI, l’AONA et la Canadian Information Processing Society sont utilisés au maximum de leur capacité pour relayer les messages des opportunités existantes pour les entreprises québécoises et canadiennes.

SEM. Bafétigué OUATTARA, Ambassadeur de Côte d’Ivoire au Canada pourrait accompagner les entreprises canadiennes pour cette mission.

Dans sa 6e édition, SITIC AFRICA ABIDJAN 2022 est désormais l’événement incontournable pour les entreprises œuvrant dans les secteurs des technologies de l’information, les chefs d’entreprises, les professionnels de l’informatique et les décideurs qui viennent partager leurs expériences, prendre part aux discussions et qui sont à la recherche de nouvelles opportunités de coopération non traditionnelles.

SITIC AFRICA ABIDJAN 2022 se veut être la plateforme africaine par excellence pour les partenariats, les affaires et les échanges au service des entreprises IT.

La mission est dirigé par le Réseau Action TI.

Réseau Action TI

Inscris-toi maintenant :

Pour plus d’information et s’incrire

Dans sa 6e édition, SITIC AFRICA ABIDJAN 2022 présente une offre africaine et internationale dans le numérique avec une ouverture sur les nouveautés 5G, Internet des Objets, Big Data, Industrie 4.0

D’importantes délégations de gens d’affaires visiteront le SITIC AFRICA ABIDJAN 2022 notamment de l’Afrique du Nord (Maroc, Algérie, Tunisie, Égypte, Mauritanie), de l’Afrique Subsaharienne (Côte d’Ivoire, Sénégal, Bénin, Niger, Burkina Faso, Mali, Cameroun, République Démocratique du Congo, Ghana, Togo, Kenya, Gabon, Rwanda, Nigéria, Djibouti, Madagascar), du moyen orient (Jordanie, Émirats arabes unis) et des pays développés (France, Belgique, Allemagne, Italie).

Comme à chaque année, l’Association Professionnelle Tunisienne des Banques s’associe à Tunisie Afrique Export pour mobiliser le secteur bancaire et financier tunisien, africain et occidental à cet important événement international du numérique.

Russie-Ukraine : et si l’Europe se tournait vers le gaz africain ?


L’invasion de l’Ukraine menée par Vladimir Poutine a mis en lumière la trop grande dépendance énergétique des pays de l’UE vis-à-vis de Moscou. Les ressources du continent pourraient leur permettre de s’en affranchir.

Bien que des alertes aient été lancées plusieurs semaines à l’avance, l’invasion de la Ukraine par les forces armées russes a pris le monde entier de court – et l’Europe en particulier. Si cette crise met en évidence les délicats enjeux géopolitiques et militaires autour de l’éventuelle entrée de l’Ukraine dans l’Union européenne (UE) et/ou dans l’Otan, elle souligne surtout la grande dépendance de l’Europe envers la Russie pour ses approvisionnements en gaz naturel.

Voir l’article source :

Russie-Ukraine : et si l’Europe se tournait vers le gaz africain ?

 

Sommet de la francophonie : « Construisons un nouveau modèle solidaire à Djerba »


Repenser notre manière de coopérer pour aller vers plus d’efficacité et répondre aux défis du temps présent : tel doit être l’objectif du 18e sommet de l’OIF, prévu en Tunisie en novembre prochain. Une ambition qu’il convient de rappeler, en cette Journée internationale de la Francophonie, le 20 mars.

Les 19 et 20 novembre prochain se tiendra le 18e sommet de la Francophonie, sur le joyau bleu de la Tunisie : l’île de Djerba « la douce », carrefour de civilisations, terre multiconfessionnelle et trésor patrimonial.

Voir l’article source :

Sommet de la francophonie : « Construisons un nouveau modèle solidaire à Djerba »

Francophonie économique : une cinquantaine de décideurs africains se donnent rendez-vous en Asie


Après un report pour cause de pandémie, la mission économique et commerciale de la Francophonie s’ouvre le 21 mars. Au programme, dix jours d’ateliers et de rencontres entre Vietnam et Cambodge, destinés à mettre en avant les secteurs de l’agro-industrie, des énergies renouvelables et des biens et services numérique.

Ce lundi 21 mars, à Hô Chi Minh-Ville, s’ouvre la mission économique et commerciale de la Francophonie. L’occasion pour 92 participants venus d’Afrique, d’Amérique du Nord, d’Europe occidentale et de l’océan Indien de prospecter des marchés et de négocier avec plus de 500 opérateurs économiques asiatiques. Cette mission est conduite par Louise Mushikiwabo, secrétaire générale de l’Organisation internationale de la francophonie, qui a fait le déplacement dans la cité vietnamienne. Le programme proposé mêle visites des entreprises sur place, ateliers thématiques et rencontres d’affaires B2B.

Voir l’article source :

Francophonie économique : une cinquantaine de décideurs africains se donnent rendez-vous en Asie

Marché des Arts du Spectacle 2022


Le Groupe Univers à travers ses structures que sont Mandingo, Maison de l’Afrique Montréal, Africa Web Festival et Paserelle Éditions est toujours aux côtés du MASA.

Cette année, à l’instar des autres membres du Groupe, la Fondatrice Mme. Mariam SY DIAWARA a marqué de sa présence cette 12e édition qui a lieu au Palais de la Culture d’Abidjan du 5 au 12 mars 2022.

Nous souhaitons à tous un favorable Marché des arts du spectacle !

#MASA2022 #awf2022

 

 

 

Ngozi Okonjo-Iweala : princesse Igbo, déterminée, surdiplômée… Qui est la patronne de l’OMC ?


À son CV impressionnant et à sa puissance de travail peu commune, la Dame de fer nigériane devra ajouter patience et art du compromis pour réformer en profondeur une institution clé en perte de vitesse. Elle entre en fonction le 1er mars 2021.

À Abuja comme à Genève, où elle a été élue le 15 février directrice générale de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), vous ne verrez jamais Ngozi Iweala-Okonjo qu’en coiffe et boubou traditionnels, histoire de signifier qu’elle est nigériane et fière de l’être. Partout, on l’appelle « Ngozi ». Au Nigeria, ses ennemis ajoutent, en langue yorouba, « Wahala », ou « la femme à problèmes ».

Voir l’article source :

Qui est la patronne de l’OMC ?

Voir également :

Ngozi Okonjo-Iweala : « L’essor de l’Afrique ? Ce n’est pas un mythe ! »

Ce qu’il faut retenir du rapport commandé par Macron sur la restitution du patrimoine africain


Révélé par la presse trois jours avant sa publication officielle, le rapport sur la restitution du patrimoine culturel africain, dirigé par Bénédicte Savoy et Felwine Sarr, détaille très concrètement la méthode, le planning et les œuvres concernées par la restitution. Décryptage.

Dans leurs recommandations, les auteurs du rapport préconisent «la restitution rapide» des objets prélevés en Afrique par la force ou « présumés acquis dans des conditions inéquitables ».

Rentrent dans cette définition les objets saisis « lors d’affrontements militaires », ceux acquis « par des personnels militaires ou administratifs actifs sur le continent pendant la période coloniale (1885-1960) ou par leurs descendants ».

Idem pour les pièces récupérées « lors de missions scientifiques antérieures à 1960 ». Les objets « oubliés » – c’est-à-dire qui avaient été prêtés par des institutions africaines à certains musées pour des expositions ou des campagnes de restauration mais n’ont jamais été rendus – sont aussi concernés.

Voir l’article source :

Ce qu’il faut retenir du rapport commandé par Macron sur la restitution du patrimoine africain

 

La fintech Flutterwave, valorisée trois milliards de dollars, s’installe au premier rang de la tech africaine


Depuis le 16 février, l’entreprise cofondée par Olugbenga Agboola – le directeur général, surnommé « GB » par ses collaborateurs – et l’investisseur Iyinoluwa Aboyeji, est valorisée à trois milliards de dollars et totalise 474,5 millions de dollars levés depuis sa création en 2016, dont 170 millions de dollars en mars 2021 lors d’un tour de table en série C (phase de développement relatif à la poursuite de la croissance, notamment via le rachat de concurrents).

Voir l’article source :

La fintech Flutterwave, valorisée trois milliards de dollars, s’installe au premier rang de la tech africaine

Mohamed Mbougar Sarr : « La colonisation est une épine plantée dans la chair de l’ancien colonisé »


Sénégal, relations Afrique-France, homosexualité, et surtout littérature… Le Prix Goncourt 2021 a tenu Jeune Afrique en haleine avec une verve réjouissante.

Plus d’une cinquantaine d’interviews avec des médias internationaux tels la Deutsche Welle, le Financial Times ou encore le Guardian ; entre 2500 et 3000 exemplaires de son livre événement dédicacés dans une vingtaine de librairies à travers la France…

Mohamed Mbougar Sarr tient ses comptes depuis le 3 novembre, jour de son couronnement par l’Académie Goncourt pour pour La Plus Secrète Mémoire des hommes, une enquête étourdissante entre le Sénégal, la France et l’Argentine, sur les traces d’un écrivain disparu des radars, qui questionne le pouvoir de la littérature et le face-à-face entre l’Afrique et l’Occident.

Voir l’article source :

La colonisation est une épine plantée dans la chair de l’ancien colonisé »

Dany Laferrière entre au musée Grévin, à Paris


La statue de cire de l’écrivain et membre de l’Académie française Dany Laferrière a fait son entrée au musée Grévin, à Paris, mercredi.

Selon le communiqué de presse du musée, la création de cette statue de cire a requis six mois de travail.

Elle a été réalisée à partir de photos, de vidéos et de captures en images 3D de Dany Laferrière, dont les mains ont également été moulées.

Voir l’article source :

Dany Laferrière entre au musée Grévin, à Paris

Lancement de la programmation du Mois de l’histoire des Noirs


L’édition de cette année se déroulera surtout en virtuel, contrairement à ce qui avait été prévu au départ. «C’est une année toute particulière, parce que l’année dernière, en 2021, on savait qu’on était en mode virtuel et on s’était préparé à faire une programmation virtuelle, souligne Carla Beauvais. Cette année, malheureusement, en décembre, on pensait encore qu’il y allait avoir des événements en présentiel. Il y a beaucoup d’activités qui ont été proposées qui étaient en mode présentiel et les gens n’ont pas fait le pivot en mode virtuel. Malgré le fait qu’on ait une centaine d’activités au programme cette année, c’est quand même très peu par rapport aux années précédentes.»

Voir l’article source :

Lancement de la programmation du Mois de l’histoire des Noirs

Voir également les articles suivants :

Un mois d’Histoire des Noirs pour «rebâtir ensemble»

Le Mois de l’histoire des Noirs célébré au petit écran

26 films, dont Apatrides, proposés en ligne par l’ONF

Soulignons le Mois de l’histoire des Noirs

 

 

Lancement virtuel Mois de l’histoire des Noirs /


Nous sommes heureux de vous inviter au lancement virtuel du Mois de l’histoire des Noirs.
Voici le lien direct pour visionner le lancement demain (28 janvier) à 13h30 : Lancement du Mois d’Histoire des Noirs
A demain,
******
Hello,
We are happy to invite you to the virtual launch of Black History Month.
Here’s the direct link to watch the launch tomorrow (28 janvier) at 1:30 pm : https://fb.me/e/31PetX9HG
See you tomorrow 
 
*************************************

Osvalde Lewat remporte le grand prix panafricain de littérature avec « Les Aquatiques »


Dans ce premier roman d’émancipation, la documentariste et photographe s’attaque aux conventions sociales. Le prix, nouvellement crée par la présidence congolaise de l’Union africaine et doté de 30 000 dollars, lui sera remis au mois de février à Addis-Abeba, lors du prochain sommet des chefs d’États de l’UA. Peu avant cette consécration, JA rencontrait l’autrice.

C’est à la galerie Françoise Livinec, dans un quartier cossu de Paris, que l’on retrouve Osvalde Lewat. Réalisatrice de dizaines de documentaires et photographe, elle y expose « Lumières africaines », extrait de la série Couleurs nuits, d’abord montrée dans les rues de Kinshasa en 2014.

C’est par les arts visuels qu’elle commence à se raconter : « Je consacre du temps aux personnes que je filme et photographie, pour aller au-delà de la rencontre fortuite. L’idée est de décentrer le regard, de ramener la marge au centre, ou de modifier l’idée qu’on se fait de la marge. »

Voir l’article source :

Osvalde Lewat remporte le grand prix panafricain de littérature avec « Les Aquatiques »

Quand le panafricanisme devient sectarisme


Plus de soixante ans après les indépendances, la forme-État héritée de la colonisation s’est avérée plus résiliente qu’on ne l’aurait pensé. Ses racines plongent désormais dans un humus autochtone. Tout comme d’autres objets d’importation, les Africains ont réussi à en faire quelque chose de profondément syncrétique.

Taillées au vif, les frontières sont, de leur côté, demeurées plus ou moins intactes. Peu de velléités sécessionnistes ont abouti à la formation de nouveaux États. Résultat, les grandes luttes sociales d’aujourd’hui se déroulent prioritairement dans un cadre national, et presque aucune n’a pour visée directe l’unification du continent. D’ailleurs, cet objectif ne figure dans aucune constitution africaine.

Voir l’article source :

Quand le panafricanisme devient sectarisme

 

Littérature jeunesse : quatre histoires africaines à lire avant d’aller dormir


Malgré quelques clichés récurrents, les publications jeunesse consacrées à l’Afrique se réinventent : elles stimulent l’imagination tout en parlant de solidarité et de protection de l’environnement.

Il n’est jamais trop tôt pour plonger son nez dans les livres et ouvrir les yeux sur le monde qui nous entoure. En dépit des moments difficiles qu’il connaît, le secteur de l’édition continue, en France, de proposer une grande variété d’albums pour les plus petits. L’Afrique, merveilleux réservoir d’histoires, est toujours présente d’une manière ou d’une autre dans la production.

Voir l’article source :

Littérature jeunesse : quatre histoires africaines à lire avant d’aller dormir

Samuel Fosso, le photographe sous toutes ses facettes


Pour la première fois, l’artiste d’origine camerounaise bénéficie d’une importante rétrospective à la Maison européenne de la photographie de Paris. Laquelle démontre que ses multiples autoportraits sont tout sauf égocentriques.

Il est vous, il est nous, il est l’humanité. Caméléon empathique ne parlant de lui que pour mieux dire les autres, le photographe franco-camerounais Samuel Fosso bénéficie – enfin ! – d’une vaste rétrospective en France, à la Maison européenne de la photographie (MEP, Paris), jusqu’au 13 mars 2022.

Une occasion unique de (re)découvrir et de (mieux) comprendre une œuvre subtile et complexe. « L’exposition couvre son travail depuis ses débuts à la fin des années 1970 jusqu’à nos jours, explique la commissaire d’exposition Clothilde Morette.

L’approche est majoritairement sérielle et chronologique, en fonction des espaces que nous avons. Toutes ses séries sont représentées dans le parcours. »

Samuel Fosso est né à Kumba, au Cameroun, en 1962, et a d’abord vécu au Nigeria. Très jeune orphelin de mère, il est recueilli par sa grand-mère et son grand-père, guérisseur traditionnel, alors qu’éclate la guerre du Biafra.

À 10 ans, il rejoint la République centrafricaine, où il travaille un temps pour un oncle maternel cordonnier, avant de devenir apprenti chez un photographe.

À  13 ans, il ouvre son premier studio. « Avec Studio Photo Nationale, vous serez beau, chic, délicat et facile à reconnaître », proclamait alors une publicité maison.

Voir l’article source :

Samuel Fosso, le photographe sous toutes ses facettes

Une œuvre d’art africaine dans l’espace


En décembre 2022, une fusée Ariane V lancée depuis Kourou emportera dans l’espace l’œuvre d’un(e) artiste africain(e)… et un satellite de météorologie. Sélection finale le 27 novembre à Rabat.

Mieux que Jeff Bezos, Richard Branson et Elon Musk réunis ! En 2022, ce n’est pas un milliardaire aventureux qui voyagera dans l’espace, mais bel et bien une œuvre d’art africaine.

Après quelques tentatives infructueuses, en Zambie ou en République démocratique du Congo, le continent pourra enfin s’enorgueillir d’avoir hissé ses plus belles couleurs au-delà de l’atmosphère !

Et non, nous ne sommes pas le premier avril : cette idée, saugrenue s’il en est, d’envoyer une œuvre d’art dans l’espace a bel et bien germé dans l’esprit des dirigeants d’African Artist for Development (AAD), en partenariat avec Eumetsat, l’organisation européenne pour l’exploitation des satellites météorologiques.

Voir l’article source :

Une œuvre d’art africaine dans l’espace

L’art contemporain africain s’offre en beaux livres


Comment faire un beau livre sur les artistes africains modernes et contemporains qui ont marqué et continuent de marquer l’histoire de l’art ? La question peut paraître anodine, la réponse est loin d’être évidente. Si l’on prend le temps d’y réfléchir quelques minutes, la notion même de classement relève du pur casse-tête.

Ranger les artistes en fonction de leur origine nationale et les enfermer, encore une fois, dans des frontières déterminées par l’histoire coloniale ? Diviser le continent en deux – Afrique du Nord et Afrique subsaharienne – en oubliant que le désert fut aussi un lieu de riches échanges ?

Choisir des thématiques ou des techniques qui rassemblent les uns et les autres en oubliant que les plasticiens contemporains aiment à varier les plaisirs ? Opter pour un ordre chronologique montrant les évolutions, avec le temps, des approches ?

Voir l’article source :

L’art contemporain africain s’offre en beaux livres

Voir également :

Après le Covid, l’art contemporain africain revient en force

 

 

 

 

L’héritage de Senghor est un cadeau pour l’humanité


Le 20 décembre 2001, disparaissait Léopold Sédar Senghor, premier chef d’État du Sénégal. Vingt ans plus tard, à l’heure où son compatriote Mohamed Mbougar Sarr est célébré par le gotha littéraire mondial, l’œuvre du grand poète et écrivain qui a fait rayonner la langue française, la négritude et l’humanisme reste d’une brûlante actualité. Moustapha Niasse et Jean-François Mbaye lui rendent hommage.

Il y a vingt ans, le premier président du Sénégal tirait sa révérence, après deux décennies passées à la tête de l’État. Pendant sa longue mandature, il a réussi l’exploit d’imposer son pays sur la carte de la planète, ainsi que la culture africaine, dans les cercles littéraires et artistiques.

Voir l’article source :

L’héritage de Senghor est un cadeau pour l’humanité

Voir également :

Senghor, Hassan II, Ben Ali, Compaoré, Wade, Gbagbo, Ouattara… BBY et les chefs d’État africains

À Paris, la foire d’art contemporain africain AKAA explore le temps


Il est devenu difficile de parler de rendez-vous d’art, de scènes, de spectacles… sans évoquer le Covid-19. Et la sixième édition de la foire AKAA (Also known as Africa), qui a lieu au Carreau du Temple, du 11 au 14 novembre, en est une nouvelle preuve.

D’abord parce qu’en 2020, le confinement lui a volé la vedette deux semaines avant d’entrer en scène. Mais aussi parce que cette année, elle a tenté le coup en dépit du risque de faire face au même destin, et a réussi son pari. Trente-quatre galeries ont fait le déplacement, six n’ont pas pu passer les frontières.

Alors l’édition propose un format hybride, entre présentiel et digital, bien dans l’air du temps.

Voir l’article source :

À Paris, la foire d’art contemporain africain AKAA explore le temps

 

 

Restitutions : quand l’Europe tarde à lâcher son butin


La majorité des anciennes puissances coloniales privilégient aujourd’hui une approche au cas par cas, objet par objet.

Concrètement, cela suppose de mener des enquêtes sur l’origine de dizaines de milliers de pièces afin de déterminer leur modalité d’acquisition (butins de guerre, pillages, vols, dons, trocs).

Une gageure, à la fois archéologique et historique, d’autant plus que dans de nombreux cas, les œuvres sont passées de mains en mains, du soldat colonial au marin en passant par les héritiers et les collectionneurs privés avant d’arriver dans les réserves des musées où, aujourd’hui encore, les inventaires sont loin d’être exhaustifs.

Voir l’article source :

Quand l’Europe tarde à lâcher son butin

Voir également ;

Bénin : après la réception des 26 œuvres, fierté et unité nationale

RDC-Congo : comment la rumba a fait chavirer l’Unesco


Cinq ans après la cubaine, la rumba congolaise a fait son entrée au patrimoine culturel immatériel de l’Unesco. Un projet porté par Kinshasa et Brazzaville, qui n’ont pas ménagé leurs efforts.

En juin 2019, peu avant sa mort, Fumu Fylla, alors président du Comité rumba du Congo, déclarait : « Le rythme de la rumba congolaise est la cadence même du fleuve Congo, avec ses secousses vertigineuses, avec ses élans impétueux et fusionnels. » C’était lors d’une réunion des comités scientifiques des deux Congos chargés d’élaborer le plaidoyer pour l’inscription de leur rumba sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

Voir l’article source :

RDC-Congo : comment la rumba a fait chavirer l’Unesco

Voir également :

La rumba à l’Unesco : un pas en avant pour la politique congolaise ?

 

Mafé, couscous, tieboudiène… Ces plats qui font la fierté de l’Afrique


Poulet DG, mafé, couscous, tieboudiène ou ndolè… À défaut de prétendre incarner une haute gastronomie africaine, chacun de ces plats, de la Méditerranée à l’Afrique centrale, est d’ores et déjà certain de demeurer dans l’histoire de la cuisine traditionnelle. Tout comme il peut s’enorgueillir d’avoir planté ses graines sur tous les continents, au gré des migrations. En Afrique, cette grammaire culinaire fait désormais figure d’espéranto.

Ces recettes ancestrales élèvent la nourriture au rang d’art de vivre.

Voir l’article source :

Ces plats qui font la fierté de l’Afrique

En Afrique, la Suisse passe à la vitesse supérieure


Décidé à resserrer les liens avec le continent pour profiter de ses possibilités, Berne a défini une nouvelle stratégie subsaharienne – et des zone prioritaires – pour les trois années à venir.

Si les liens entre Berne et le continent sont anciens, l’année 2021 est celle du coup d’accélérateur. La stratégie helvétique est maintenant clairement dévoilée et ses partenaires prioritaires précisément identifiés.

Voir l’article source :

En Afrique, la Suisse passe à la vitesse supérieure

Ces Africaines qui bousculent la science


La pandémie de coronavirus a souligné la nécessité de mener des programmes de recherche sur le continent. Et parce que de plus en plus de femmes africaines se lancent dans des carrières scientifiques, Jeune Afrique a voulu mettre en avant cinq d’entre elles, parmi les lauréates du prix L’Oréal-Unesco pour les femmes et la science en Afrique.

Voir l’article source :

Ces Africaines qui bousculent la science

La Côte d’Ivoire va devenir un producteur de pétrole important en 2023


Le président ivoirien Alassane Ouattara a affirmé vendredi que son pays allait devenir un producteur «important» de pétrole à partir de 2023, après la découverte en septembre d’hydrocarbures qui seront exploités par la société italienne Eni.

«L’exploitation va commencer dans les mois qui viennent. A partir de 2023-2024 la Côte d’Ivoire sera un producteur de pétrole à un niveau important», a déclaré le chef de l’Etat à l’occasion de la signature d’accords avec le géant pétrolier italien.

Saluant la rapidité avec laquelle le gouvernement ivoirien a donné son feu vert, le PDG d’Eni, Claudio Descalzi, a confirmé que «la première production de ce champ» aura lieu en 2023.

La Côte d’Ivoire avait annoncé en septembre dernier la «découverte majeure» de pétrole et de gaz naturel au large de ses côtes à l’est du pays.

Voir l’article source :

La Côte d’Ivoire va devenir un producteur de pétrole « important » en 2023

Décès de Pierre Rabhi, pionnier de l’agroécologie


Il a marqué de son empreinte la pensée écologiste et était une référence pour de nombreuses personnalités : Pierre Rabhi, pionnier de l’agroécologie, est décédé le 4 décembre à l’âge de 83 ans.

Auteur notamment de « Vers la sobriété heureuse », plaidoyer sur la « joie de vivre dans la simplicité », vendu à plus de 460 000 exemplaires, ce militant de la cause écologiste est mort samedi des suites d’une hémorragie cérébrale, a indiqué à l’AFP son fils, Vianney.

Voir l’article source :

Décès de Pierre Rabhi, pionnier de l’agroécologie

Panthéonisation de Joséphine Baker : la lutte contre le racisme se conjugue toujours au présent


Femme, noire, artiste et résistante, Joséphine Baker entre au Panthéon ce 30 novembre. Le couronnement de cette Africaine-Américaine d’origine, qui réprouvait toutes les idéologies de la haine, ne doit pas nous faire oublier que son combat reste d’actualité.

Une panthéonisation est un acte symbolique qui enrichit nos représentations collectives. Et le symbole est ici fort : née aux États-Unis, Joséphine Baker fut une artiste qui fit de la France sa patrie d’adoption jusqu’à en devenir le visage de ses Années folles, elle s’engagea contre le nazisme et la collaboration en rejoignant dès 1940 la Résistance,  elle combattit le racisme ici et dans son pays de naissance – elle fut la seule française à prononcer un discours lors de la marche de Washington du 28 août 1963 durant laquelle Martin Luther King prononça son fameux « I have a dream » – et elle incarna le rêve d’une humanité rassemblée en adoptant des enfants qui formèrent une « famille arc-en-ciel » venue des quatre coins du monde.

Panthéonisation de Joséphine Baker

Mamadou Coulibaly, le fabuleux destin d’un Sénégalais sans-abri devenu footballeur en Italie


Arrivé clandestinement en Europe en 2015, Mamadou Coulibaly évolue aujourd’hui en Série A et fait partie de l’élite du foot italien. Un parcours hors du commun, qu’il a raconté à « Jeune Afrique ».

Il y a encore six ans, Mamadou Coulibaly errait clandestinement en Italie. Le Sénégalais, issu de la classe moyenne, venait de quitter son pays au péril de sa vie. Il n’avait que 16 ans. Après de longs mois passés dans la clandestinité, il est aujourd’hui footballeur professionnel de Série A italienne, à la Salernitana, où il a été prêté par l’Udinese.

Voir l’article source :

Le fabuleux destin d’un Sénégalais sans-abri devenu footballeur en Italie

Musique : le festival Oasis, club cinq étoiles


L’Oasis Festival s’impose comme le nouveau fief des hipsters au Maroc. Sur un modèle international, pour une jeunesse friande d’électro, de strass et de paillettes.

On se croirait au Berghain, le temple de la techno berlinoise. Pourtant, c’est bel et bien sur la route de Marrakech, à quelques kilomètres de la zone touristique Agdal, que s’est tenue la 4e édition du festival électro Oasis. Dans la luxueuse enceinte du Fellah Hotel, le décor fait rapidement oublier Berlin.

Des palmiers rythment les allées longeant les douze villas et mènent aux trois scènes. Des sculptures de dromadaire s’érigent au-dessus des bars à bière, un souk aménagé pour l’occasion accueille les amateurs de chichas et autres bebouch (escargots locaux), pendant que les voyantes berbères lisent les lignes de la main sur fond de BPM enlevé.

Voir l’article source :

Musique : le festival Oasis, club cinq étoiles

Mort de Virgil Abloh, un styliste tourné vers la jeune génération


Le directeur artistique de Louis Vuitton a été emporté par un cancer dimanche 28 novembre, à l’âge de 41 ans. De nombreuses personnalités ont salué son « génie visionnaire ».

Il se battait contre un cancer d’une forme rare depuis deux ans. Virgil Abloh est décédé à l’âge de 41 ans en laissant derrière lui une femme, Shannon, et deux enfants, Lowe et Grey. Et une vision de la mode qui a su redéfinir les contours d’une industrie proprette et bourgeoise. Ce fils d’immigrés ghanéens installé à Chicago s’est construit un rêve américain sur-mesure. En 2018, il devient le premier styliste africain-américain et l’un des rares designers noirs à prendre la direction artistique d’une maison de luxe, celle de Louis Vuitton. « Nous sommes tous choqués par cette terrible nouvelle, a déclaré Bernard Arnault, PDG de la société mère de Louis Vuitton, dans un communiqué. Virgil n’était pas seulement un designer de génie, un visionnaire, c’était aussi un homme avec une belle âme et une grande sagesse. »

Voir l’article source :

Mort de Virgil Abloh, un styliste tourné vers la jeune génération

Voir également :

Virgil Abloh, le créateur tout-puissant de Louis Vuitton

ainsi que :

Manifeste pour une industrie du luxe « made in Africa »

 

Information


Africa Web Festival à Abidjan (Côte d’Ivoire) et La Maison de l’Afrique Montréal, tiennent à féliciter madame Gracia Kasoki Katahwa, du Parti Projet Montréal, pour sa brillante victoire à la Mairie de l’Arrondissement Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce (Montréal) , lors des élections municipales du 7 novembre 2021 dans la province du Québec.

Infirmière gestionnaire, et infirmière clinicienne de formation, membre du Conseil d’administration, et administratrice sur l’île de Montréal, dont le mandat prendra fin en 2024, de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ), Gracia Kasoki Katahwa, est aussi très impliquée et engagée dans la communauté africaine du Canada.

Elle a été présidente du Réseau des entrepreneurs et professionnels africains (REPAF) de 2015 à 2017. Soulignons, qu’elle est aussi une collaboratrice assidue de la Maison de l’Afrique Montréal. Elle a participé à l’édition 2017 à Abidjan (Côte d’Ivoire) d’Africa Web Festival. Les thématiques de cette édition étaient : La créativité numérique à l’africaine, à travers ses acteurs influents et les industries qu’elle révolutionne.

-L’innovation en termes d’outils ou de pratiques.

-L’entrepreneuriat pour découvrir les « success stories » entrepreneuriales du digital africain et les secteurs porteurs d’opportunités.

Gracia Kasoki Katahwa, marquera désormais l’histoire, en devenant la première afro-descendante élue dans une métropole québécoise.

Africa Web Festival, et La Maison de l’Afrique Montréal, tiennent aussi à féliciter, et à renouveler toutes leurs amitiés à la Mairesse de Montréal, madame Valérie Plante, réélue pour un second mandat de 4 ans à l’Hôtel de ville de Montréal.

#AWF2021

Le Goncourt 2021 décerné à « la Plus Secrète Mémoire des hommes » de Mohamed Mbougar Sarr


Consacré en cette rentrée littéraire, cent ans après le prix Goncourt de René Maran, « La plus secrète mémoire des hommes », le nouveau roman de l’auteur sénégalais, est un superbe éloge de l’existence.

Il y a une douce ironie dans le sacre littéraire et médiatique du jeune sénégalais Mohamed Mbougar Sarr (31 ans) qui vient de remporter le prix Goncourt 2021, la plus prestigieuse récompense littéraire française. Son nouvel opus est en effet tout entier construit autour d’une tragique histoire restée dans les annales : la fascinante trajectoire de l’écrivain malien Yambo Ouologuem, prix Renaudot en 1968 pour Le Devoir de violence, avant que des accusations de plagiat ne viennent entraver une carrière extrêmement prometteuse dans le monde des lettres et ne le poussent à s’effacer de la scène jusqu’à sa mort, le 14 octobre 2017, à Sévaré.

Voir l’article source :

Le Goncourt 2021 décerné à de Mohamed Mbougar Sarr

Voir également :

Mohamed Mbougar Sarr : « Lire apporte un surplus de vision politique »

ainsi que :

Les rêves volés de la jeunesse africaine, par Mohamed Mbougar Sarr

et :

L’émancipation par la littérature

Fespaco : le Somalien Ahmed Khadar remporte l’Étalon d’or


Le réalisateur somalien Ahmed Khadar a remporté samedi 23 octobre l’Étalon d’Or de Yennenga du 27e Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) pour son premier long-métrage, « La femme du fossoyeur ».

Le jeune réalisateur de 40 ans, également de nationalité finlandaise et dont le film est tourné à Djibouti en version originale somali, n’a pas pris part à la cérémonie de clôture du festival dans la capitale burkinabè.

Le président du jury qui lui a décerné le prix, le Mauritanien Abderrahmane Sissako, a déclaré que « pour tout cinéaste africain c’est le plus beau prix qu’on puisse avoir, c’est toute une fierté ».

Voir l’article source :

Fespaco : le Somalien Ahmed Khadar remporte l’Étalon d’or

Fespaco et El Gouna : deux festivals de cinéma pour l’Afrique


Entre le 16 et le 23 octobre, ce n’est pas un mais deux festivals de cinéma qui se tiennent sur le continent, au Burkina Faso et en Égypte : le Fespaco à Ouagadougou et le festival du film à El Gouna.

C’est à la fois une bonne nouvelle et une mauvaise nouvelle : après presque deux années plombées par la pandémie de Covid-19, le temps est enfin revenu des festivals de cinéma sur le continent. Petit bémol néanmoins, les changements de programmation provoqués par la crise sanitaire font que deux des principaux événements consacrés au 7ème art se déroulent exactement en même temps.

Voir l’article source :

Fespaco et El Gouna : deux festivals de cinéma pour l’Afrique

Fespaco 2021: 17 films en compétition pour le grand prix


Dix-sept films seront en compétition pour le grand prix du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco), le plus grand rendez-vous du cinéma africain qui se déroulera du 16 au 23 octobre dans la capitale burkinabè, ont annoncé jeudi les organisateurs.

Initialement prévue du 27 février au 6 mars, l’édition 2021 du Fespaco a été repoussée en octobre en raison de la pandémie de coronavirus dont une deuxième vague frappait le pays.

Sur 1.132 films inscrits, 17 ont été retenus dans la catégorie long métrage de fiction, pour concourir pour la récompense suprême, l’Etalon d’or du Yénnenga, a déclaré lors d’une cérémonie de présentation des œuvres sélectionnées, le délégué général du Fespaco, Alex Moussa Sawadogo.

Les réalisateurs des 17 films en lice sont issus de 15 pays du continent, avec deux Egyptiens et un Burkinabè notamment.

Les autres sont originaires du Sénégal, de l’Angola, du Cameroun, du Nigeria, de la Tanzanie, de la Somalie, de la Côte d’Ivoire, du Tchad, du Rwanda, du Maroc, de la Namibie, du Lesotho et de la Tunisie. Enfin, un film haïtien a également été retenu.

Voir l’article source :

Fespaco 2021: 17 films en compétition pour le grand prix

Voir également :

Burkina Faso : le Fespaco, enfin !

 

Le prix Nobel de littérature 2021 attribué au romancier tanzanien Abdulrazak Gurnah


Né en 1948 à Zanzibar, il est arrivé comme réfugié au Royaume-Uni en 1968. Professeur d’anglais et de littérature post-coloniale à l’Université du Kent, à Canterbury, il a écrit dix romans et plusieurs nouvelles, en anglais mais aussi en swahili, sa langue maternelle. Son roman Paradise a été finaliste du Booker Prize en 1994 (sorti en France sous le titre Paradis, publié d’abord chez Denoël en 1997 puis au Serpent à plume en 1999, traduit par Anne-Cécile Padoux). Il aussi été finaliste du Los Angeles Times Book Prize (2005) et du Commonwealth Writers Prize (2006).

Son roman Près de la mer (Galaade, 2006), a été lauréat 2007 du prix RFI Témoin du monde. Galaade a aussi édité Adieu Zanzibar en 2009. Les deux livre sont été traduits par Sylvette Gleize. Tous ses livres sont indisponibles en France, notamment à cause de la faillite de Galaade en 2017.

Son dernier roman, Afterlives, est paru chez Bloomsbury Publishing, sa maison d’édition britannique, en septembre 2020.

Gallimard Montréal

Voir l’article du Monde :

Le prix Nobel de littérature 2021 attribué au romancier tanzanien Abdulrazak Gurnah

50e édition du Festival du Nouveau Cinéma


Du 6 au 17 octobre 2021. En salle à Montréal.

Du 6 au 31 octobre 2021. En ligne

Le Festival du Nouveau Cinéma, une belle histoire qui dure depuis 50 ans…

Faire découvrir un cinéma audacieux et sans pareil, assurer le succès de films d’ici et d’ailleurs, révéler des auteurs comme Atom Egoyan, Marc-André Forcier, Souleymane Cissé, Zacharias Kunuk, Denis Villeneuve, Guy Maddin, Léa Pool, Jim Jarmusch, Jane Campion, Alfonso Cuaron, Wong Kar-wai, Wim Wenders, Abbas Kiarostami, Raymond Depardon… depuis plus de 40 ans, le Festival du nouveau cinéma assure sa mission avec bonheur et détermination.

Cette édition anniversaire verra également le lancement de la toute première édition d’un Marché de Coproductions International destiné aux projets de longs métrages et de Réalité virtuelle (VR). Le « Nouveau Marché », développé en collaboration avec le Festival du film de la Ville de Luxembourg (LUX FilmFest), se tiendra deux fois par an, à Montréal, au FNC, en octobre, et à Luxembourg en mars.

Voir le site :

Festival du Nouveau Cinéma

Festival International du Film black de Montréal


La Fondation Fabienne Colas – créatrice du plus grand festival du Films Black au Canada: le Festival du Film Black de Montréal, du très populaire Festival du Film Black de Toronto ainsi que du Festival du Film Black de Halifax – est fière et ravie d’annoncer que le mouvement de Festivals de Films Black s’étend à Ottawa, la capitale du Canada et la ville …

Voir le site :

Festival International du Film black de Montréal

Baisser de rideau sur la Saison Africa 2020


La Saison Africa2020, série d’expositions, de débats et de spectacles visant à “donner un point de vue africain sur le monde”, s’achève jeudi, après dix mois de programmation dans toute la France et plus de 4 millions de spectateurs malgré la pandémie de Covid-19

. Lancée en décembre dernier, la manifestation a été bousculée par la pandémie et les confinements “mais, paradoxalement, le fait que de nombreux événements aient été organisés en ligne a permis de toucher une audience dans le monde entier, et pas seulement en France”, s’est félicitée auprès de l’AFP la commissaire générale de l’exposition, N’Goné Fall.

Proposée par le président Emmanuel Macron dans son discours à la jeunesse africaine à Ouagadougou en 2017, la Saison Africa2020 a regroupé des participants de 54 pays du continent – artistes, chercheurs, économistes, scientifiques –, invités à débattre des enjeux majeurs du XXIe siècle.

Les divers spectacles, expositions ou conférences ont ainsi abordé des thèmes tels que l’engagement citoyen, la migration, l’urbanisme, l’éducation, le rapport au passé…

Une large place a également été accordée aux femmes, à leurs initiatives et à leurs projets. Au total, plus de 1 500 événements ont été organisés dans plus de 200 villes en France métropolitaine et outremer, mobilisant quelque 900 structures africaines et françaises.

“On a pu voir, écouter ce que les Africains avaient à dire sur l’état du monde actuel”, a estimé Mme Fall. “Il est encore trop tôt pour dire quel sera l’héritage laissé par cette saison mais, d’ores et déjà, tous les projets réalisés avec l’Éducation nationale et le fait d’avoir pu rendre visibles autant de femmes artistes, intellectuelles et scientifiques sont déjà une très grande victoire”, a-t-elle estimé.

 Par AFP

Commerce : comment Dubaï est devenu un tremplin pour l’Afrique


Les atouts de la ville émiratie séduisent de plus en plus d’entreprises internationales. En quelques années, la ville est parvenue à s’imposer comme un véritable hub vers le continent.

Du haut du 44e étage de la tour où est installé le siège de Phoenix Global, Eklavya Chandra embrasse du regard une vue à couper le souffle sur le littoral de Dubaï et sa centaine de gratte-ciel ayant poussé comme des champignons en une dizaine d’années de folies immobilières.

Phoenix Global, fondé en 2000 à Bangkok par Eklavya Chandra et trois autres associés indiens pour exporter du riz asiatique vers l’Afrique, a connu une croissance exponentielle ces dernières années.

Et décidé de s’installer à Dubaï en 2015, d’où il a diversifié ses activités vers d’autres produits agricoles dont le sucre, les céréales, les semences et les produits maraîchers.

Voir l’article source :

Dubai Afrique

 

Expo 2020 Dubaï : « Nous devons écouter ce que l’Afrique a à dire d’elle-même »


Alors que Dubaï s’apprête à organiser l’Exposition universelle 2020, repoussée en raison de la pandémie, Reem Al Hashimy, ministre émiratie de la Coopération internationale, a reçu JA pour évoquer l’événement et la place qu’y tient l’Afrique.

Après un report l’année dernière en raison de la crise liée au Covid-19, l’Expo 2020 Dubaï s’ouvre le 1er octobre sous le slogan : « Connecter les esprits, construire le futur ». Tout un symbole pour cette zone du monde où rien ne semble impossible.

Voir l’article source :

« Nous devons écouter ce que l’Afrique a à dire d’elle-même »

Thomas Sankara : derniers instants, derniers témoins, derniers secrets…


Le 15 octobre 1987, le leader de la révolution burkinabè était assassiné. Deux ans plus tard, Sennen Andriamirado, rédacteur en chef de Jeune Afrique et intime de l’ex-chef de l’État, publiait « Il s’appelait Sankara ».

Voici ici reproduit le récit de la dernière journée du président du Faso sous la plume de notre confrère disparu en 1997.

Voir l’article source :

Thomas Sankara : derniers instants, derniers témoins, derniers secrets…